Social

Manifestation contre le harcèlement moral au sein de l'Education nationale


Manifestation contre le harcèlement moral au sein de l'Education nationale
Opération coup de poing et surprise ! Le Saiper 974 et la CGTR Educ'Action sont arrivés sans prévenir au Rectorat mais quelques fuites sans doute ont permis aux forces de l'ordre d'être présentes et d'éviter tout débordement.

Des membres du Saiper 974 ont tout de même réussi à entrer dans l'enceinte alors qu'une vingtaine d'autres manifestants continuent à crier haut et fort leur protestation. Ils dénoncent le harcèlement moral au sein de l'Education nationale.

Tous souhaitent que "l'on arrête de déplacer les victimes mais plutôt qu'on bouge les harceleurs", dixit un manifestant qui bloque l'entrée.
Vendredi 14 Octobre 2011 - 11:23
Mélanie Roddier et Julien Delarue
Lu 962 fois




1.Posté par eve le 14/10/2011 13:00
Finalement , qui harcèle qui ?
En 50 ans de carrière , je n'ai jamais été harcelé(e) par qui que ce soit ...

On me demande de faire un travail , en bon serviteur de l'état , je le fais ...je ne vois pas où est le problème .

2.Posté par surmely alain le 14/10/2011 17:58
« Au niveau du vécu »,comme on disait jadis ,le 2ème clip de la récente campagne d’information de la CFDT-SGEN n'est pas le plus drôle.Il semblerait que les fameuses « ressources humaines » aient été inventées par les nazis.La source?Le réalisateur des Vivants et les morts,Gérard Mordillat,s'en est expliqué lors de la présentation de son film à la fête de l'Humanité en 2010.Pour ma part je suis prêt à témoigner des pratiques managériales qui ont cours dans l'Education Nationale.Non seulement ça ne manque pas de sel mais je confirme que l'idéologie que ces gens DEFENDENT est effectivement celle des nazis=racisme biologique,antisémitisme meurtrier,eugénisme....etc.Deux chefs d’établissement(un lycée et un collège) n’ont jamais fait mystère de leurs « convictions » :pour être clair les dites personnes savent qui est juif et qui ne l’est pas et distribuent des étiquettes religieuses,ethniques voire « raciales » comme bon leur semble,à la volée en quelque sorte.Sous la houlette de ces deux « responsables »menaces de mort,incitations répétées pour ne pas dire continuelle à la HAINE raciale(que même Jean-Marie Le Pen n’oserait pas proférer),insultes diverses et variées,diffamations publiques,harcèlement quotidien,appels téléphoniques anonymes,agressions jusqu’à mon domicile ne constituent en rien des délits.Il en va évidemment de même pour les Ressources Humaines du Rectorat de Créteil qui entretient avec les pouvoirs locaux en question des rapports de connivence:c’est la juste réponse à la pratique d’un enseignant qui ne se soumet pas à des incapables psychopathes(#névropathes)que je crois assez dangereux.En ce qui concerne mon identité,à partir de 1998,lors de ma mutation dans l’Académie de Créteil, je dois dire que je l'ai perdue.En effet selon ces gens-là je ne porte pas de nom patronymique:les courriers multiples et variés que je reçois de mon administration l'attestent.Il doit s'agir d'un "petit jeu" de la part de dirigeants de cette valeur humaine,intellectuelle et morale qui peuvent toujours se réfugier derrière la VH(=voie hiérarchique)et leurs amis.C’est surtout une façon de dire à leur interlocuteur « vous êtes rien » ou un instrument d’usage incommode.Il est surhumain de ne pas mépriser(entendons le mépris dans la pleine acception de ce terme)des gens à l'intelligence médiocre,à la culture fort modeste,au sens moral pour le moins douteux,aux conceptions POLITIQUES incompatibles avec la République(tout à fait compatibles en revanche avec les pires régimes dictatoriaux)et à l’arrogance illimitée.Il faut des NOMS maintenant pour cesser de continuer à parler dans le vide.Les personnes en question(inamovibles)ne peuvent plus continuer à agir en toute impunité.Que le ménage que certains dirigeants ont daigné faire au sein du Parti Socialiste soit également fait au sein de l’administration française en général et de l’Education Nationale en particulier.
Je suis d’accord avec ce que disent les syndicats d’une façon générale.mais il y a aussi des lois dans ce pays.A moins que la France soit une dictature qui s’ignore ? Les faits que je relate de façon lapidaire plus haut ont commencé à la fin des années 1990 !A moins qu’il faille attendre un meurtre ou l’immolation d’un(e)enseignant(e) pour que quelque chose change ? Les enseignants,les « profs » doivent témoigner maintenant.Il faut briser le mur du silence.Il est encore temps.

3.Posté par David ASMODEE le 14/10/2011 18:04
"On me demande de faire un travail"
Voilà : c'est ce qu'on appelle harcèlement.

4.Posté par lim le 14/10/2011 19:45
C'est vrai, Eve: être un enseignant harcelé n'arrive pas à tous. Mais cela arrive même à ceux qui font "le travail demandé, en bons serviteurs de l'état". Le harcèlement moral n'arrive pas qu'à ceux qui ne le font pas mieux, bien au contraire quelquefois.

Qui harcèle qui? Dans l'éducation, comme ailleurs, le harcèlement vient de tous bords.
1) De clients (élèves, parents dans l'enseignement; pas forcément parce que le travail est mal fait, mais parce que la tête de l'enseignant ne leur revient pas),

2) de supérieurs (à la suite de plaintes des clients qui ne supportent pas l'enseignant),

3) de collègues qui médisent et calomnient pour se faire passer pour les meilleurs aux yeux de ceux qui sont prêts à tout gober,

4) de travailleurs au sein de l'établissement scolaire qui ne sont pas de l'éducation nationale (qui rêvent sans doute d'être enseignants,

5)........

5.Posté par Claudette S. le 15/10/2011 12:52
Moi aussi je n'ai pas eu à souffrir de harcèlement , dans les mutations sollicitées et obtenues Ici ou en Métropole !
Quelque soit le chemin emprunté , c'est obligé de passer par la relation établie avec sa Hiérarchie ?
-Je dois savoir respecter l' Espace entre cette hiérarchie et moi : je ne suis que le lien que j'ai créé avec ma hiérarchie; c'est donc à moi d'en prendre conscience et d'élargir mon choix, si position de harcèlement existe, et dans laquelle, la relation à l'autre n'existe pas ; et où, l'espace même entre deux personnes intimes n'existe pas ? -Si en tant que tel , la personne vient à en souffrir d'un quelconque harcèlement, c'est aussi par manque d'une autre personne avec qui en parler ? Elle ne peut rien recevoir , ni aides , ni conseils, parcequ'elle s'est enfermée dans une bulle , et qu' il ne lui reste plus qu'à créer sa propre histoire pour cette personne-là !
Face à ses harceleurs, soit :
-Il devient nécessaire pour elle de quitter cet environnement , parceque , seule, isolée, elle court le risque de se retrouver à la manière de Robinson Crusoé , presque fou sur son île déserte.
Soit:
- Il devient urgent de se dégager de ces "enveloppes verbales et non verbales " et d'aller vers d'autres Promesses.
Soit :
Passer à l'acte d'une voix qui sait se faire entendre, et, pour reprendre aussi , les propos de Monsieur Summerli, "briser ainsi, le mur du silence " !
C'est tout un cheminement ...Encore faut-il l'entreprendre et entrevoir que c'est possible ?!
Sauf que pour se mettre sur la voie de ce long cheminement , il va falloir trouver la Faille , une parole, une présence, une écoute, où la victime en harcèlement sera appelée par son nom, invitée à se faire entendre par sa Hiérarchie , et ce, combien même, cette Hiérarchie serait protègée par une armure, ou de la boue, ou du béton armé !
Cest donc une " Bréche Ouverte " qu'il faut trouver pour bouger les harceleurs; et non , une manifestation de protestataires avec des banderolles et des slogans criards et plus ou moins fantaisistes devant un Rectorat ? çà fait désordre ?!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales