Société

Manifestation contre le conseil économique, social et culturel du Parc national


Crédit photo MV
Crédit photo MV
Le Conseil économique, social et culturel (CESC) du Parc national est officiellement installé ce mercredi après-midi, à l’occasion d'une réunion entre les administrateurs qui se tient à la Bibliothèque départementale, à Saint-Denis.

Une installation contestée par le Collectif pour le maintien des activités au cœur de la Réunion (C.mac) qui considère que la société civile est une nouvelle fois exclue des décisions prises par le Parc national et son président, Daniel Gonthier.
 
Une trentaine de manifestants du collectif a donc décidé de camper devant la Bibliothèque départementale pour montrer sa désapprobation. "On ne serait pas là aujourd'hui si les procédures avaient été suivies depuis le début (...) Dans ce conseil, ils sont 34 membres dont la plupart est déjà membre du Conseil d'administration du Parc national. On a l'impression qu'ils font tout pour éloigner le peuple réunionnais!", s'indigne Benjamin Elmar, membre du c.mac. Il lance devant ses camarades : "A force de se croiser entre eux, ca fera de la consanguinité. La consanguinité amène à la dégénerescence !", ironise-t-il.

Les forces de l'ordre veillent à ce que les contestataires n'entrent pas dans les locaux. On notera d'ailleurs la présence du célèbre artiste Firmin Viry, qui rythme la manifestation au son de sa voix et du maloya… Et qui, remonté, n’hésite pas à se mouiller dans cette affaire : "Je n’aime pas le manque de respect. Nou lé moin qu’un animal ici".

Le C.mac demande toujours plus de concertation

A ses côtés, Jean-Michel un commerçant. Depuis plus d'un an et la réception d'une mise en demeure pour la présence de son camion-bar sur le site de la vierge au parasol sur la route du Volcan, il tente de négocier avec le Parc : "On a décidé à ma place, j'avais 21 jours pour partir. Je regrette le manque de concertation car même le nouvel emplacement que l'on m'a proposé n'est pas approprié. J'ai envoyé un courrier il y a un mois pour que le Parc me fasse une contre-proposition", indique-t-il.

Chacun sa petite histoire. Daniel est lui propriétaire d'un terrain de plusieurs hectares. Il y a encore quelques années, il imaginait que ce terrain familial reviendrait à ses enfants pour qu'ils puissent construire. Or, 80% de ce terrain est dans le Parc national. Les règles sont strictes... "Je n'ai droit de rien faire ! C'est un scandale".
 
Marie-Jo soutient ces agriculteurs, éleveurs, commerçants… Elle est membre du C.mac et ne mâche pas ses mots : "Il y a trop d’injustice. Une dizaine de policiers sont présents aujourd’hui pour nous, voilà quel accueil on nous réserve ! On nous prend pour des criminels !", crie-t-elle à qui veut l’entendre.

Alors que la manifestation est relativement calme, un incident est malgré tout à noter. Une femme, qui a réussi à s'introduire dans les locaux de la Bibliothèque par une autre entrée, a été interceptée. Evacuée, elle aurait fait un malaise et a été prise en charge par les pompiers.
Mercredi 17 Avril 2013 - 15:23
MR et MV
Lu 605 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales