Santé

Manifestation: Le directeur du projet PSO porte plainte pour dégradation


Le directeur du Groupement de coopération sanitaire - Groupement sanitaire de l'Ouest (GCS-GSO) en charge du Pôle Sanitaire Ouest a porté plainte pour "dégradation" lors de la grève de mercredi dernier à l’hôpital Gabriel Martin de Saint-Paul.
 
Des manifestants s’étaient introduits dans le bureau de David Le Spégagne pour tenter de prouver le caractère fictif de sa mission. Un "bureau fantôme" s’en étaient-ils amusés mercredi dernier lors de la grève de l’intersyndicale CFDT-FO-Unsa.
 
L’intrusion dans son bureau a, au passage, détruit une porte. La plainte ne mentionne aucune demande de dommages, indique Gérald Kerbidi, directeur de l'hôpital, mais pour le principe, elle devait a minima être déposée.

Suite à la plainte de David Le Spégagne, il est revenu au directeur de Gabriel Martin, en tant que personne morale du CHGM, de suivre automatiquement la même démarche.
Vendredi 10 Juillet 2015 - 16:56
Lu 3021 fois




1.Posté par tamarin des hauts le 10/07/2015 21:28
ah ouais, le directeur de ce GCS-GSO en charge du PSO, c'est le même qui a bénéficié des primes qu'il n'aurait jamais du y toucher (car DRH contractuel) à l'époque au CHU Nord. primes pointés par la Chambre Régionale des Comptes .
a t'il rendu l'argent ? sinon il pourrait payer quelques portes avec ce qu'il n'aurait pas du percevoir, et là les syndicats ne réagissent pas ?
il faut lui demander de rembourser l'argent, non ?

2.Posté par Pauvre hospitalier le 12/07/2015 07:18
ah c'est marrant ! M. Le Spegagne a pourtant été très conciliant avec certains membres d'un syndicat aux couleurs orange ... Et rouge ... Au détriment d'autres hospitaliers ... A quand de vrais directeurs pour nos hôpitaux? Marre des largesses des directeurs et des syndicats corrompus

3.Posté par Pauvre syndicat le 12/07/2015 11:21
A l'arrière d'une rivalité syndicale qui empoisonne l'avancement du PSO.

L’histoire commence au déménagement sur Cambaie :
Acte 1 : La construction d'une cuisine équipée était prévue pour les 2 établissements, au dernier moment le CHGM refuse et fait marche arrière….
Acte 2 : Pendant la crise du chikungunya, alors qu’un bâtiment à l’EPSMR était vide, il a fallu l’intervention de l’ARS pour obtenir les locaux vides, alors que l’EPSMR avait mis un véto ! Vous parlez de service public ? Vous parlez de soins à la population ou simplement vos intérêts ?
Acte 3 : Grève à l’EPSMR le 25 juin, pour améliorer les conditions de travail et la lutte de la précarisation des emplois, des nombreux emplois de contractuels dont les services sont appelés à être mutualisés….L’intersyndicale CGTR et CFDT obtient des garanties avec un plan de titularisation semble t-il au protocole.
Acte 4 : L’intersyndicale du CHGM appelle à une grève quelques jours après aux motifs de manque de transparence des Directions communes et dénonce « l’OPA » de l’EPSMR sur leur établissement et parle même que le CHGM sera « déplumé ».
Acte 4 : Le jour de la grève au CHGM, les élus CFDT de l’EPSMR arrivent en marche arrière en fin de grève, gardent une bonne distance avec leur collègues CFDT, précisent qu’un syndicat ne doit pas défendre son Directeur, mais doit défendre le personnel ! On se trompe de combat !(entendu dans la discussion entre eux)
Acte 5 : Les élus CFDT disparaissent au bout de 10 minutes et montrent leurs désaccords à qui veut l’entendre.
Acte 6 : On force la porte du bureau d’un Directeur = dégradation du mobilier dont la porte, et violation de bureau privé.
Acte 7 : Plainte est déposée par ce Directeur. La vérité éclatera à partir delà ! Qui protège qui et dans quel intérêt veut -on garder ce D.........?
Acte 8 : Que fera le Directeur du CHGM, la personne morale ? Va t-il porter plainte ?

Après ce cinéma qui déserve une fois de plus le service publique hospitalier, comment réparer auprès des patients et futurs patients ?

Comment redonner une bonne image au PSO quand cette image a été tant dégradée ?
Comment travailler sur une base de confiance réciproque dans l'intérêt de la population ?
Ne risque t-on pas de perdre le financement du PSO avec cette querelle de "clochette" ?
Saint expédit, St Dominique prions pour le PSO bien sûr le plus important sera le saint- JOSEPH !

4.Posté par Des adhérents syndicaux le 12/07/2015 19:36
Le 8 décembre 2006, 27 élus CFDT de l’hôpital psychiatrique ont signé une lettre de démission à Jean-Pierre Rivière, dont ils contestaient la méthode et une position non démocratique du secrétaire Génér. de la santé.... A partir de là, les 27 élus démissionnaires créeront le syndicat SUD santé à l’EPSMR et du coup les élections de 2007 sont remportéeslargement par SUD au détriment de la CFDT.
Aujourd’hui, encore un positionnement du syndicat CHGM qui met, la CFDT de l’EPSMR en colère….Alors, va t-on assister encore à une implosion de la CFDT ? Et pourquoi ce mépris envers nous personnel de cet hôpital ? Quant le secrétaire parle de « main mise », "d'OPA "de l’EPSMR sur le CHGM, dans la presse !!! Alors que les deux hôpitaux sont publics !!!! Est-ce normal ????
Il ne faut surtout pousser vers un remake de 2006, nous sommes à la CFDT et nous comptons y rester, aux dirigeants de régler en urgence ce malaise et le plus tôt sera le mieux avant que l’orange soit aigrie !!!!!!

5.Posté par DJ surgeon le 12/07/2015 21:01
au post 4

mesdames, messieurs les adhérents

à mon sens il s'agit plus de la part de la CFDT du CHGM d'une réaction de frustration (légitime ce que vous pourriez même concéder) que de l'abandon d'un axe public public, un principe auquel ce syndicat a toujours été attaché depuis 1997 quand le projet de PSO est né notamment sur l'action du maire de Saint-Paul de l'époque, monsieur Joseph Sinimale (conférence de presse, délibération du conseil municipal et cela bien avant l'arrovée de madame Bello dont il faut aussi saluer le combat).

Reste donc au dit syndicat (CFDT) de redresser le tir. Ce n'est pas en effet tel ou tel directeur qui gêne vraiment ou gênera à l'avenir le fonctionnement du PSO.

Le vrai problème me semble être la manière (indigne et sans vergogne) dont le CHGM a été traité dans cette affaire. Les personnels de cet établissement n'oublient pas que l'EPSMR n'a rien fait (voir à combattu le PSO à son origine (au moment où il travaillait sur son propre déménégament).

Quant la CFDT du CHGM aura le courage de faire la vraie analyse de la "mainmise de l'EPSMR" qu'il dénonce publiquement, quand en le faisant il reconnaitra et dénoncera au grand jour les vrais responsables depuis 10 ans de la perte totale de souveraineté et/ou de crédibilité du CHGM qui a été à l'origine d'une OPA peu élégante, peut importera le nom du directeur du PSO. Le problème n'est absolument pas là.

Le problème est l'OMERTA qui règne depuis 10 années au CHGM, une OMERTA facilitée Gérald Kerbidi qui s'est montré faible devant un contre pouvoir extrêmement malsain d'une toute partie de la communauté médicale du CHGM (les Barons), une OMERTA que ce même syndicat dénonçait même dans le passé avec - faut il le rappeler - un certain courage et ce, jusque devant le maire de Saint Paul et le ministre de la santé.

Aujourd'hui, tout à chacun sait que des médecins du CHGM émargent déjà du côté de l'EPSMR et ce, après avoir tiré tous les avantages possibles et imaginables de leur propre directeur.Si ce dernier ne réagit pas d'ici au 15 septembre, preuve sera "faite"' que ces médecins qui viennent de poignarder le représentant légal du CHGM avec la publication d'une mention du directoire de cet établissement (leur donnant de surcroit le beau rôle) le tiennent bien.....même s'ils tiennent plus à Bien

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales