Culture

Maloya nout mizik !

A l'occasion des journées du patrimoine, le musicien Willy Philéas, fils de Granmoun Lélé, s'était rendu la semaine dernière, dans une école élémentaire du quartier du Moufia à Saint-Denis. Les enfants ont été plongés durant une heure dans l'histoire et les rythmes du maloya. Petit retour sur une rencontre magique, tant pour les artistes que les enfants.


Quoi de mieux que le maloya pour parler du patrimoine réunionnais ? Ce dimanche, plusieurs centaines de personnes s'étaient donné rendez-vous dans la rue de Paris à Saint-Denis, où plusieurs podiums étaient consacrés aux artistes du maloya tel que Danyel Waro, Willy Philéas et son groupe...

La semaine dernière, en avant première, les enfants de l'école élémentaire les Eglantines dans le quartier du Moufia à Saint-Denis ont pu rencontrer le musicien Willy Philéas, fils de granmoun Lélé.
Au programme découverte du sonorités du maloya, initiation aux percussions, échanges avec le fils de Gramoune Lélé, le tout dans une belle ambiance musicale.

Les élèves sont arrivés dissipés dans la salle, curieux de toucher à tous les instruments qui les entouraient. Mais rapidement, Willy Philéas réussit à les faire voyager à travers les différentes musiques qui font aujourd'hui son propre métissage : créole, malgache, comorienne.

"Je suis le fils de Granmoun Lélé" annonce le musicien à son jeune public attentif. "Vous connaissez Gramoune Lélé?" interroge Willy Philéas avant de raconter..."Quand papa était petit, sa maman l'appelait quand elle avait besoin de lui: Julien ! Julien ! C'était son prénom, Julien Ernest Philéas. Il ne venait jamais. Mais quand elle l'appelait pour manger, elle savait qu'il lui suffisait de dire : "Lélé!" et il accourait. Voilà comment, plus tard, celui qu'on considérait comme un sage, un gramoun, est devenu Granmoun Lélé".

Place à la musique et à la danse. Willy Philéas jongle entre des mini prestations avec son groupe de maloya et des initiations aux instruments et à la danse. Un moment d'amusement partagé, la bonne humeur des élèves en est un parfait témoignage.
Mardi 22 Septembre 2009 - 16:38
Melanie Roddier
Lu 2754 fois




1.Posté par dalon le 22/09/2009 17:58
Citation Mélanie Roddier :
Maloya nout misik !

En créole on aurait dû écrire : Maloya nout mizik !

Bonne continuation ...

2.Posté par Alain BLED le 22/09/2009 20:38
Les temps changent : il y a trente ans, le maloya commençait timidement à sortir de l'ombre, sur l'impulsion intéressée de politiciens, certes, mais tant mieux pour la musique ! d'ailleurs à St-Pierre aussi (de droite à l'époque), une troupe vit le jour, avec...Jacques Dambreville et René Paul Eleilara; toujours là d'ailleurs, le René Paul, comme Firmin Viry, dont on n'avait jamais entendu parler dans les médias avant 1977 !
A Basse Terre, en 1979, un groupe de dangereux subversifs jouait comme il pouvait dans des petites salles, les deux leaders, tels Lennon et Mac Cartney, s'appelaient Gilbert et Alain. Le second a mal tourné : il est dans la politique ;)
Un peu plus haut, au Tampon, en 1980, le maire menaçait la troupe Vollard qui osait répéter une pièce d'Aimé Césaire dans son beau théatre tout neuf. En 2009, hommage officiel durant plusieurs mois à Aimé Césaire à la médiathèque du Tampon., et cocktail d'honneur pour le 30ème anniversaire de Ziskakan. Et Baster aussi au théatre pour ses 25 ans !)
mais trêve de nostalgie, les temps changent, et c'est tant mieux, même si ça fait grincer les dents, quand il leur en reste, des vieux ringards passéistes !

3.Posté par Elie .... depuis 1811 le 23/09/2009 16:16
Bravo aux animateurs de cette journée ... espérons que cela ne soit pas que ne soit pas qu'éphémères... une tite action comme çà et puis c'est tout.. j'espère que cette action est inscrite dans un programme socio-culturel en quête de fruits sur le long terme et non juste du soupoudrage.. histoire d dire qu'on fait quelquechoses et pas juste des arragements entres amis.

Les temps changent effectivement mais je trouve celà encore incohérent. Je m'explique : Qui sont à la tête des Théâtres, des salles de spectacles, ... organisation de grandes manifestations culturelles ??
C'est pas sur la scène uniquement qu'il faudrait retouver les dignitaires de la culture Réunionnaise dans son ensemble. A quand un de ses artistes à la tête de l'ODC par exemple.

4.Posté par alain BLED le 23/09/2009 19:11
Tout à fait, Elie, et pas seulement dans la culture !
Mais, un détail, comme vous parlez de l'ODC, l'ancien responsable en était Jacques Dambreville, donc un réunionnais pure souche, même si tout le monde ne l'aimait pas.
Et pour revenir au sujet, la musique réunionnaise n'avait jamais réussi à "percer"artistiquement en métropole, quand elle se contentait de copier celle-ci : je pense à la période slow-séga, copié collé de Frédéric François-Mike Brant etc. qui garde ses adeptes mais qui ne pouvait pas concurrencer, pas plus ici que là bas, le zouk love et autres antiniaiseries commerciales.
Maintenant , les artistes ont acquis une maturité et un professionnalisme, qui pourront les mener plus tard dans des postes locaux à responsabilité.
C'est ainsi que d'autres, pourtant très connus chez nous et très talentueux, se sont cantonnés dans un registre n'intéressant que les 2512 km carrés de l'île, et les réunionnais exilés en métropole.
C'est un avis personnel, mais je pense qu'en musique comme pour le reste, il faut évoluer, s'ouvrir sur le monde mais sans copier, sortir du "folklore doudouiste", et en même temps ne pas trahir sa culture, sinon, on passe dans les bals de quartier et dans les petites salles de sa région, sans espoir d'aller plus loin, Attention, je ne méprise pas la chanson de variété dite populaire, ( il n'y a pas de mauvais style musical, il n 'y a que des mauvais musiciens) mais il faut bien reconnaitre que certains artistes ne jouent pas dans la même cour que d'autres. On ne peut pas comparer Florent Pagny à Jacques Brel, pas plus que Jean Pierre Boyer à Danyel Waro. Mais excusez moi d'être aussi bavard ! c'est peut-être une vocation d'artiste refoulée !



5.Posté par Elie .... depuis 1811 le 25/09/2009 09:54
Tout à fait Alain Bled !
L' ODC étant le premier exemple me venant à la tête... mais après mure réflexion... je suis pas sure que l'exemple que vous citez soit ... euh euh... représentatif de la pensée que nous dégagions ici.. je pense que vous connaissez les tenants et les aboutissants de la nommination de ce M à l'époque et de son remplacement aujourd'hui... bref je vé m'arrêté là... ( je me suis promis de ne plus politiser mon propos pour ne plus leur donner de l'importance aux politicien).

J'aime bien votre démarche : Ouverture ( mais pas que sur l'extérieur ... ne pas sectariser le milieu ici même) ... professionnalisme....originalité ( pour s'affirmer et exprimer son originalité fo déjà connaitre qui on est et arrêté de copier... à l'école un instit me disé toujours = Copier égale 0). Si si, je pense aussi que c'est la voie de l'évolution positive de la Réunion.

Que pensez vous du modèl brésilien ... M Gilberto Gill par exemple...c'était pas facile pour lui aussi de s'affirmer notament chez lui... ( nul n'est prophète sur sa terre) mais il à su le faire avnt de s'affirmer à l'extérieur... Ce que je veux dire par là.. il vo mieux avoir des bases solides avant de se lancer à la conquête du monde.....

Ps : Copier = 0..... s'inspirer = intelligent


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales