Culture

"Maloya j’écris ton nom": Un film, une ode à la liberté


Avec un titre faisant référence à un poème de Paul Éluard, la réalisatrice Anais Charles-Dominique, ancienne journaliste, continue ici à s’intéresser à la société réunionnaise en développant plus particulièrement les thèmes de l’histoire, la culture, et tout ce qui fait l’identitaire réunionnais.

25 jours de tournage, de mai 2014 à août 2015, du Mozambique, au Danemark en passant bien évidemment par La Réunion, en suivant les traces du Maloya de deux artistes en pleine lumière: Christine Salem et Olivier Araste, leader du groupe Lindigo. "L’enjeux du film est à travers le succès international de deux artistes de Maloya, d’évoquer la quête de liberté, de liberté des consciences, cette fois de toute une frange de la population encore emprisonnée dans les carcans du passé".

Financé par France Télévisions et Canal + Réunion, le film sera diffusé le 15 Octobre sur Réunion Première.
Mardi 29 Septembre 2015 - 16:59
Lu 1567 fois




1.Posté par maçonnerie le 29/09/2015 18:16
ne sont enfermés dans les carcans du passé, que ceux qui le veulent bien..

2.Posté par kld le 29/09/2015 19:09
le blues de nout ti péi, belle initiative.

3.Posté par noe le 29/09/2015 19:13
Musique débile ...
Toujours la même rengaine du passé !

4.Posté par Ray_au_Port le 29/09/2015 19:54
Quand les réunionnais arrêterons de regarder leur nombril, de regarder exclusivement vers le passé, et qu'ils oseront regarder plutôt vers l'avenir, nous commencerons à être au devant de nos affaires !

5.Posté par kld le 29/09/2015 21:07
post 3 et 4 : oté créole , pas possible laisse domoun comme ça kosé en dénigrant l'histoire de nout ti péi ............ c'est domoun comme ça y fé le malheur de la Réunion . un jour Zarboutan y ça levé et fout ça un bon causeman ..........

6.Posté par Axel Ardan le 30/09/2015 00:33
"une fraude de la population" ?

7.Posté par metizage créole le 30/09/2015 06:24
Pour le post 3 et 4
Mwin l arrive par bato enchaîner kome z animos
Aujourd'hui je suis fier de crier haut et fort ma liberté gagnée par mes ancêtres et de continuer de m en souvenir chaque jours surtout quand ont je vois vos commentaires je me dis que l oublie ne met pas permis
Et puis ma dit a zot un z affaire tous les jours n'a l avion y décolle pour zot pays alors suive la flèche
Et laisse la Réunion avec avec toute sont défauts
Car pour habite pays la y faut ou sang lé mélanger et mi croit sais pas le cas toute monde sur ce ti bout terre

8.Posté par Ray_au_Port le 30/09/2015 12:42
Mes parents, africains, sont arrivés aussi enchaînés, il y a plus de trois cents ans.

Mais je suis passé à autre chose.

Il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé, il ne remontera pas dans le bol, pas plus que mes ancêtres sur le bateau !

9.Posté par margouya le 30/09/2015 17:40
Aou! poste 3 "Noé"! ou yèm réazir su tout' bann zartik pou di la tay.
Bien caché derrière son petit clavier son gros ... calé sur sa chaise!!
C'est tellement facile pour sortir des âneries.
Tansion panga......

10.Posté par metizage créole le 30/09/2015 17:59
Si nos ancêtres l avez pas rappelle à li sont passer d hommes libres (dans la savane ,la forêt ,sont village en case la terre ....) quand li la regarde sont futur et sa sont z enfants mi croit aujourd'hui nos té encore esclaves
Alors mon frère lé vrais faut pas vive seulement dans passé mais dit a ou bien pour avoir un futur y faut un passé si non gagne pas construire un avenir
Et oublie pas l esclavage aujourd'hui lé sans chaînes c pour sa nos passé faut pas oublié a li sinon ou avance pas

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales