Blog de Pierrot

Mali : une drôle de guerre sans morts ni blessés

Lundi 18 Février 2013 - 11:36

Mali : une drôle de guerre sans morts ni blessés
Le vendredi 11 janvier dernier, la France entrait officiellement en guerre au Mali.

Depuis, 4.000 hommes ont été déployés sur le terrain dans le cadre de ce que l'on a appelé l'opération Serval, pour un coût déjà annoncé de 70 millions d'euros.

Qui dit guerre dit normalement morts et blessés. Le 19 août 1942 à Dieppe, par exemple, les troupes alliées ont enregistré plus de 1.000 morts au combat et plus de 2 000 soldats ont été faits prisonniers.

Depuis un peu plus d'un mois que nous sommes censés combattre dans les sables du Mali, les troupes françaises n'ont enregistré qu'un mort, le pilote d'hélicoptère Damien Boiteux, tué aux commandes de son engin lors de la première phase de l'opération, apparemment d'une balle de kalachnikov.

Et ensuite? Plus rien...

On nous a dans un premier temps annoncé des combats violents. On a même parlé de "combats au corps à corps"... Etonnant non, des combats "au corps à corps" qui n'occasionnent aucun mort dans les rangs des troupes françaises, ni même de blessés. A part quelques blessés légers, comme l'a à un moment reconnu l'état major.

Et si la réalité était tout autre que ce qu'on a bien voulu nous faire croire au début, histoire de grossir les faits et de permettre au président Hollande de se poser en "général des armées", histoire de faire remonter sa côte de popularité bien chancelante?

De quoi s'agit-il en fait? Debut janvier, un millier de djihadistes très bien entrainés, fanatisés et fortement armés, embarqués dans une centaine de pick-up 4x4, menacent de faire tomber Bamako, la capitale du Mali. François Hollande, en réponse à une demande du président malien, décide d'intervenir et la France entre en guerre pour "sauver" le Mali.

Depuis, les soldats français ont "libéré" la totalité des villes occupées par les djihadistes, Gao, Tombouctou, Kidal... et se trouvent maintenant dans le Nord du pays, une région désertique truffée de grottes, fief des djihadistes qu'ils connaissent comme leur poche.

Comment se fait-il, dans ces conditions, que la France n'ait dénombré aucun autre mort que ce pilote d'hélicoptère et pratiquement aucun blessé? Tout simplement parce que ce n'est pas à une guerre au sens classique à laquelle nous assistons. Jusqu'ici, la France a surtout utilisé ses moyens aériens, avions de combat et hélicoptères, pour détruite les colonnes de 4x4 des "terroristes". Quoi de plus facile en effet que de repérer une colonne de pick-up dans le désert et ensuite de la détruire en ne prenant pratiquement aucun risque? Les rares journalistes sur le terrain, comme Etienne Morin de France Info, sont obligés de reconnaitre que la guerre "s'apparente plus à une chasse. Il y a eu très peu de coups de feu et c'est surtout l'aviation qui a bombardé les secteurs dans lesquels se situaient les djihadistes. Quand les troupes au sol avancent, elles ne trouvent personne et c'est une stratégie pour éviter les combats en ville et pour repousser les djihadistes".
Damien Boiteux
Damien Boiteux


"Quand les troupes au sol avancent, elles ne trouvent personne"... Tout est dit ! Et c'est tout juste si l'état-major a pu dénicher quelques "accrochages", comme autour de Gao, pour permettre à Jean-Yves Le Drian de pouvoir dire que c'était une "vraie guerre". Comme si il fallait convaincre les Français. "Lorsque toutes les nuits, en ce moment, y compris la nuit dernière, les forces aériennes françaises ciblent et frappent des lieux de centres d'entraînement ou de regroupement de pick-up des groupes jihadistes, c'est de la guerre. C'est une vraie guerre contre les groupes terroristes, c'est une guerre qui aujourd'hui nous a permis de marquer des points contre ces groupes et nous allons poursuivre", a-t'il déclaré le 6 février dernier.

En fait de vraie guerre, ça s'apparente plutôt à une sorte de tir aux pigeons. Et voila pourquoi cette "guerre" n'a jusqu'ici fait qu'un mort et presque pas de blessés.

Et maintenant que le sale boulot va commencer et qu'il va falloir aller chercher les djihadistes dans leurs grottes, "avec une fouchette à escargots" pour reprendre l'expression d'un militaire français, on enverra les soldats africains en première ligne. Pas question de mettre en danger la vie de nos soldats, ça ferait mauvais effet dans les sondages.

François Hollande va nous refaire le coup des tirailleurs sénégalais pendant la Seconde guerre mondiale, qui ont servi de chair à canons histoire de protéger la vie des soldats français. Quel journal français va faire ses gros titres sur la mort de quelques soldats maliens?
Pierrot Dupuy
Lu 2122 fois



1.Posté par Kriss le 18/02/2013 11:02

et à coté, on a droit à de jolies pub pour la campagne de recrutement de l'armée...

2.Posté par LaPulmollVerte le 18/02/2013 11:15

Tu avances et je recule...
Comment veux tu, comment veux tu...

3.Posté par lorema le 18/02/2013 12:01 (depuis mobile)

Ce FH n a vraiment rien dans le falzar.

4.Posté par galimatias le 18/02/2013 12:04

Vaincre sans péril c'est mourir sans gloire.

5.Posté par jason bourne le 18/02/2013 12:47

1/
Mr Hollande vient de monter que le format de l'armée est largement suffisant , on peut donc faire des économies là aussi. Même si tout ce qui est opérationnel est au mali , il nz faudrait pas un retour de la Lybie et Hollande a bien pris soin de déclencher le Mali après avoir fermer le front Afghan
2/
Pierrot fais le ratio des militaires morts pendant la 2 ème guerre tu verras qu'il n'y pas eu plus de sénégalais que de français métropolitains morts au combat il faut arrêter avec l'image d’Épinal de chair à canon ( quoique vu la tournure anti métro que prends ce site je comprends que cela t'arrange)

6.Posté par WQS le 18/02/2013 12:50

Les bombardement font certainement des victimes , mais comme les djihadistes sont des
musulmans croyants , ils emporteraient leurs morts pour pouvoir leur donner plus tard une sépulture dans les règles de l'islam...
Voilà sans doute pourquoi les troupes au sol ne trouvent pas de morts lorsqu'elles entrent dans des endroits qui ont été bombardés.

7.Posté par Choupette le 18/02/2013 13:28

Je crois avoir la réponse.

Les Français arrivent, tapent du pied par terre et ils détalent tous.

Ah ça, pour terroriser les petites gens avec menaces et prises d'otages, ils sont là les forts en gueule.

Mais en face de mecs armés et entraînés, y'a plus personne !

8.Posté par MARCO POLO le 18/02/2013 13:51

FAUT-IL REGRETTER (OU S’ÉTONNER ) QU'IL N'Y AIT 'PAS DE DIZAINES OU DES CENTAINES DE MORTS DANS LES RANGS DES MILITAIRES FRANÇAIS OU MÊME DES DJIHADISTES (il y a eu des victimes dans les rangs de ces derniers! ) ??? ÉVIDEMMENT NON !!! Toutes les supputations sont , bien sûr , possibles MÊME LES PLUS DÉLIRANTES !!!!
Et si tout simplement ,les" terroristes djihadistes" se rendant compte qu'avec l'arrivée de l'armée française , ils ne se trouvaient plus face à une armée malienne affaiblie , ne disposant pas de l'armement et des moyens efficaces suffisants , peu entrainée à la lutte contre leurs exactions de fanatiques sanguinaires, ont préféré fuir pour ne pas être anéantis ,le temps de mettre au point d'autres stratagèmes ? C'est aux forces françaises ,aux militaires tchadiens et à ceux de leurs amis africains de réagir en fonction de cette situation , sans mettre en péril la vie des otages que ces "islamistes" (prêts à tout ) détiennent !!! Les hauts responsables de l'armée , la diplomatie française les plus hautes instances de l’État ...ont certainement à l'esprit toutes ces questions ! Quel que soit le Président et le gouvernement au pouvoir ,toute la Nation doit faire bloc : C'est d'ailleurs ,jusqu'à présent , la position de l'opposition de droite et c'est en leur honneur !!!!

9.Posté par Caton2 le 18/02/2013 20:27

Lorsque les convois des djihadistes ont été stoppés et bombardés, il y a eu nécessairement des morts, par dizaines ou par centaines. Sous le feu de l'aviation, en plein désert, il est impossible que des survivants, s'il y en a eu, aient pu emporter leurs morts.
Cette guerre est, depuis le début, sous le signe de l'omerta .

10.Posté par lolo le 19/02/2013 08:55

Mr Dupuy a raison! Nous devrions y aller avec des couteaux, il y aurait pleins de morts, et on pourra dire que c'est une vraie guerre. Mr Dupuy sera alors satisfait, et pourra dire que Hollande est nul.
Franchement, l'angle choisi pour traiter du sujet est très partial. Que souhaite-ton quand on lance une guerre? Qu'il y ait des morts? Non, que l'objectif soit atteint, avec le moins de victimes possible de notre camp.
Parce que finalement Mr Dupuy, ce que vous voulez dire, c'est qu'on n'aurait pas du y aller? Oui ou non. Si c'est non, au moins c'est clair. Si vous pensez qu'on a eu raison, alors difficile de dire que c'est un échec (le fait qu'il n'y ai pas assez de mort à votre goût n'est pas un critère d'échec).

11.Posté par Soldat de 2ème classe appelé du Contigent - Classe 63/1. le 20/02/2013 09:42

A Zinfos974 le journal qui oZe ...

Monsieur Pierrot Dupuy votre désir de vouloir faire de l'audience à tous prix, vous amène à faire des commentaires honteux alors que plus que jamais la Réunion a besoin d'être unie au lieu de vouloir la diviser .

Votre méconnaissance de l'histoire et des affaires militaires devrait vous inciter à davantage de retenue sur les morts aux combats de la première guerre mondiale qui fit des millions de victimes de toutes origines.

La suppression de la conscription qui permettait un brassage social irremplaçable faisant, hélas, aujourd'hui gravement défaut à notre Pays ayant été compensée par la professionnalisation de nos forces armées qui nous met à l'abri des boucheries du passé.

Par respect pour les militaires tombés au Champ d'honneur dont un certain nombre d'enfants Réunionnais qui avaient choisi cet idéal de servir leur pays, La FRANCE , je vous remercie de ne pas censurer mon commentaire au lendemain de la mort d'un militaire Français au Mali.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >