Santé

Maladies chroniques: Les Réunionnais plus atteints que les métropolitains


Les Réunionnais sont plus atteints de maladies chroniques que les métropolitains. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par l’ARS OI, la CGSS, la DRSM et l’Unocam en 2014. 1600 personnes avaient ainsi répondu à des questions telles que "Comment les Réunionnais perçoivent-ils leur état de santé ? Quels sont les problèmes de santé qu’ils rencontrent ? Comment accèdent-ils aux soins ?"
 
Selon l’enquête, les Réunionnais souffriraient davantage de tumeurs, diabète et problèmes de circulation. "Trop de Réunionnais souffrent de maladies chroniques par rapport aux métropolitains, constate François Maury, directeur général de l’ARS OI, on remarque également que la dépendance des personnes senior intervient plus tôt. Il faut donc davantage travailler sur ces maladies chroniques et surtout sur la prévention".

Et ce notamment grâce au dépistage, que trop peu de Réunionnais font. L’enquête a montré que 60% des personnes concernées ne font pas de dépistage pour le cancer colorectal, par exemple. Une part de la population renonce également aux soins ; les raisons financières sont plus communes chez les bénéficiaires d’autres complémentaires santé que la CMU-C et les raisons de manque de temps chez les plus jeunes.
 
Il y a aussi selon Xavier Bello, directeur santé de la CGSS, un lien entre la précarité et les maladies chroniques. "Il y a en effet cinq fois plus de bénéficiaires de la CMU-C à La Réunion que dans l’hexagone".
 
800 médecins généralistes sur l’île
 
Et ce serait en partie grâce à la CMU-C, dont 40% des Réunionnais sont bénéficiaires, que ces derniers ont, malgré cette précarité, le même accès aux médecins généralistes à La Réunion qu’en métropole. On en compte 800 sur l’île,"un chiffre tout à fait acceptable", selon le directeur de l’ARS. Et 9 personnes sur 10 déclarent être à une quinzaine de minutes d’un "service de soins courants" (médecin généraliste, pharmacie ou chirurgien dentaire).
 
Si le recours aux spécialistes est plus faible, il est néanmoins comparable aux recours en métropole. "La seule inquiétude est qu’ils sont plus âgés à La Réunion, donc il faut qu’on trouve un moyen pour attirer des plus jeunes", explique-t-il.
 
Il reste également à faire des efforts de communication quant au dispositif d’aide à la complémentaire santé (ACS) qui existe mais est peu connu de la population. Elle permet une réduction sur le montant de la cotisation. Seulement 8% des bénéficiaires en profitent.
 
L’ARS assure enfin que l’accès aux soins étant satisfaisant sur le territoire, 800 transferts par an vers la métropole sont pour des raisons technologiques. Or, 5000 Réunionnais se rendraient dans l’Hexagone pour des soins chaque année. L’image de la santé à La Réunion serait-elle à améliorer ? Ces données n’ont pas été mesurées.
Vendredi 23 Septembre 2016 - 15:24
Soe Hitchon
Lu 2382 fois




1.Posté par thierry3468 le 23/09/2016 16:37
Mais que fait le secrétaire d’État à l'égalité réelle?

2.Posté par cmoin le 23/09/2016 18:00
si les kréols sont bêtes pour ne pas entretenir leurs santé,c'est de leurs faute!!!!

3.Posté par tanguy47 le 23/09/2016 18:13
c'est la tête docteur,...??????

4.Posté par Louis Pariot le 23/09/2016 19:23
Quelles maladies chroniques ?

5.Posté par Double-Rhum le 23/09/2016 19:41
Boire est un métier, celui qui attend trop avant de s'y mettre ne sait pas ce qu'il perd et combien le chemin de la vie risque d'être long sans charrette.

6.Posté par kld le 23/09/2016 21:18
c'est un article sur les "assimilationnés ", plus atteints que les "métropolitains "?

7.Posté par kld le 23/09/2016 22:12
les assimilés pas les "assimilationnés" , les chapeaux la paille endémique, soutien de bismuth , auront compris, mais , avec eux , je tiens à "préciser" , on ne sait jamais . .

8.Posté par li le 23/09/2016 23:08
Belle brochette de stats
Pourtant nous avons tout pour être bien
Du soleil, la mer, le sable, le volcan, les pitons, les cirques, des beaux bassins d eau douce ...un littoral magnifiques, des hauts magnifiques, une île splendide
Des enseignants de 1er choix, des médecins de 1er choix, des hauts administrateurs de 1er choix
Et nous on fait dans le chronique et la précarité
Pourquoi donc, hein ?

9.Posté par JMR974 le 24/09/2016 08:11
Mais que fait la ministricule Erika Bareight (égalité réelle ?) pour régler ce problème ?

10.Posté par noe le 24/09/2016 08:57
Je crois que le seul remède c'est le bon champagne !
Les tisanes , les médicaments .... ne sont que des poisons si mal employés !

11.Posté par DR ANONYME le 27/09/2016 18:31
C'est exact, les réunionnais sont plus malades que les métropolitains. Dans cette liste ne sont pourtant pas citées les malformations congénitales. Et pourtant elles existent ainsi que les maladies orphelines en plus grand nombre. Elles sont également concernées. Je croyais, en arrivant dans l'île il y a 50 ans, que la diversité des populations allait donner moins de malformations, moins de maladies congénitales. Force est de constater le contraire. Les mixités augmentent les pathologies. C'est difficile à admettre mais c'est vrai.

Un autre aspect, à peine évoqué par l'ARS, c'est la précocité de survenue des maladies. Elles surviennent bien plus rapidement qu'en métropole. L'usure des cartilages, les arthroses, les prothèses sont nettement plus présentes ici qu'en métropole. Ce sont là des pathologies faciles à suivre sur le plan statistique. Les autres maladies plus difficiles à compter sont également plus rapidement en place. Et ceci malgré une pollution moindre. Il y a le ciel, le soleil et la mer. Oui mais cela n'arrange rien à la question.

Nouveau commentaire :
Twitter

En direct
de l'info

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales