Social

Maintien du RSTA: Samuel Mouen envisage de faire une grève de la faim


Rassemblement du 29 juin, peu de monde devant la Préfecture.
Rassemblement du 29 juin, peu de monde devant la Préfecture.
Le délégué régional du mouvement des indignés, Samuel Mouen, y croyait plus que tout. Le collectif 974 du mouvement international rêvait d'un 29 juin qui resterait "dans les annales du mouvement social à la Réunion. La bataille que livreront les travailleurs pauvres est une bataille qu'ils ne peuvent pas perdre", assurait-il. Le 29 juin, le mouvement qui se voulait être un "parlement de citoyens", pour notamment demander le retour du RSTA, a fait un flop. Où sont les indignés de la Réunion? Où sont les travailleurs pauvres?

Face à ce terrible constat, Samuel Mouen n'a pas dit son dernier mot. "Deux nuits de réflexion" lui ont été nécessaires après ce rassemblement du 29 juin qui "n'a mobilisé qu'à peine une centaine de personnes", reconnait-il. Deux nuits de réflexion qui l'ont amené, hier, à prendre la décision d'entamer une grève de la faim.

Jamais démotivé, Samuel Mouen ne lâche pas le combat, même seul, pour les travailleurs pauvres. Mais sans eux… Il souhaite à travers cette opération coup de poing "mieux sensibiliser les travailleurs pauvres et l'opinion publique, et amener ces derniers et leurs familles à maintenir la pression pour exiger le maintien de leur pouvoir d'achat".

Il va même plus loin et envisage d'installer "un véritable camp retranché qui sera un lieu de résistance symbolique pour ce combat que les travailleurs pauvres ne peuvent pas perdre, et que la Réunion a le devoir de gagner".
 
Pendant que Samuel Mouen réfléchit au lieu où poser sa tente, le député-maire de Saint-Leu, Thierry Robert, a envoyé un communiqué de presse pour apporter son soutien au porte-parole des indignés 974. "Il a annoncé sur une radio locale qu’il allait entamer une grève de la faim. Sensible au dévouement des femmes et des hommes qui se battent pour faire avancer la Réunion, j’ai contacté cet après-midi le porte-parole local des Indignés. Tout comme lui, je suis prompt à me battre pour le maintien du RSTA, qui est une cause juste", a-t-il indiqué.

Thierry Robert a conseillé à Samuel Mouen de ne pas entreprendre cette grève de la faim et lui a proposé une rencontre dans les prochains jours "afin de travailler sur les combats à mener et d’envisager les moyens à mettre en œuvre pour défendre la Réunion. Nous avons ainsi convenu de nous retrouver autour d’une table pour aborder le problème du maintien du RSTA mais aussi d’autres fléaux qui assombrissent l’avenir des Réunionnaises et des Réunionnais", conclut le député-maire.
Mercredi 3 Juillet 2013 - 10:44
Lu 792 fois




1.Posté par R I P O S T E le 03/07/2013 12:07
M. Samuel Mouen , 70 % des électeurs ici ont voté pour un président anormal François HOLLANDE PS le 6 Mai 2012 , ça va changer kwa , d'entamer une grève de la faim ?
Posons nous la question qui voyage en ces temps de disette pour des vacances à l'île MAURICE ?
Ces vacanciers ne payeront pas peut être leur loyer de Juillet et d'Août 2013 mais ils auront de l'argent pour voyager à l'île MAURICE , où se trouve l'erreur dans le " but de mieux sensibiliser les travailleurs pauvres " .

2.Posté par pour le plaisir le 03/07/2013 13:19
Cette gréve de la faim est une excellente idée! a une condition: ne pas l'arrêter en cours...

3.Posté par Bien le 03/07/2013 14:05
ça lui fera du bien, il a besoin de maigrir ce clown

4.Posté par chikun le 03/07/2013 14:56
« Nous avons ainsi convenu de nous retrouver autour d’une table » propose Thierry Robert : Mauvaise idée, Il faut manger mouin. Chacun connaît les méfaits du surpoids : obésité, diabète, cholestérol etc...

5.Posté par Christian le 03/07/2013 16:22
Très bonne idée : il faut aller jusqu'au bout de ses idées. Et Samuel est un digne représentant des Réunionnais, il mérite d'être écouté et entendu. Vive Samuel, vive la Réunion.

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/07/2013 17:39
la solution est à un double niveau :
1/ rendre actif les exonérations fiscales et sociales dont bénéficient les entreprises. le moyen a déjà été développé ici bien avant les EGOM.
2/ rendre possible pour un bénéficiaire de l'allocation chômage ou des minimas sociaux, de compléter son revenu sur la base du RSA par des revenus du travail sans condition de durée maximale ou minimale d'heures. l'entreprise bénéficiaire paiera ainsi un salaire cible avec une aide publique, plafonnée dans son montant et sa durée (24 mois = durée calquée sur celle de l'ARE)

Charge à l'entreprise de pérenniser l'emploi au delà des 24 mois, et charge à l'entreprise de respecter le point 1/ ci dessus, et donc de reconstituer dans son haut de bilan l'équivalent des aides à la rémunération dont elle aura bénéficier indirectement.

quand le législateur comprendra que l'on ne peut plus faire subventionner ou exonérer sans contreparties..mais l'exemple du maintien de la défisc (ou de l'octroi de mer pour ce qui concerne la fiscalité locale) démontre hélas bien le contraire.

7.Posté par audrey le 03/07/2013 18:38
quand les deux femmes se sont mariés a saint paul, il y en avait beaucoup de monde, mais quand il s'agit de manifester, il n'y a plus personne, mais pour crier sur une radio demander la charité il y en a du monde!!!!aucune solidarité a la reunion!

8.Posté par Ray_au_Port le 03/07/2013 18:45
Oh oui ! ! !
Et qu'il la mène JUSQU'AU BOUT ! ! !

9.Posté par Le Taliban. le 04/07/2013 05:31
Mais il est bien de chez nous ce monsieur Mouen!!!!
Car c'est bien de regarder deux femens de s'embrasser lors de leur mariage.
Avec ça on oublie la grise.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales