Economie

Maïdo: L'ONF ouvre 15km de pistes pour atteindre le bois exploitable


Maïdo: L'ONF ouvre 15km de pistes pour atteindre le bois exploitable
L'incendie 2011 des hauts sous le vent semble être un lointain épisode. Et pourtant sur le terrain, le travail d'évaluation des hommes de l'office national des forêts n'a pour ainsi dire jamais cessé.

La priorité constituait en l'extraction d'arbres parcourus par les flammes mais ayant encore une valeur marchande.

L'extraction de tous les troncs qui étaient facilement accessibles depuis les axes routiers comme celui de la route Tévelave "sont quasiment achevés" affirme Pierre Sigala, responsable territorial Ouest à l'ONF.

Selon son estimation, cette extraction aisée de matière première ne représente que "15% à 20%" de la masse totale de troncs potentiellement exploitables.

Le temps joue contre les professionnels de la forêt, des menuisiers et des ébénistes. "Les bois les plus fragiles sont déjà atteints par les champignons". La grosse crainte des professionnels réside dans le fait que beaucoup d'entre eux finissent par pourrir sur place, faute de temps et de moyens pour les dégager de la forêt.

En accord avec le Conseil général, une convention a été signée avec la Région pour un montant de 150.000 euros. Cette somme doit venir couvrir les frais engagés dans l'ouverture de pistes forestières et l'exploitation des bois jusque-là inaccessibles en coeur de forêt explique Pierre Sigala.

En tout, le nombre de kilomètres arrêtés pour l'heure est de 15 km. Quant à la capacité du marché local à absorber cette ressource massive consécutive à l'incendie, l'ONF est rassurée. "On arrive quand même à écouler du tamarin, du cryptoméria3. Le seul bémol vient des Scieries de la Réunion, très regardantes sur la qualité première des bois. "Ils ont du matériel de découpe qui coûte cher alors ils réclament du bois facile à travailler, c'est l'inconvénient". Mis à part cela, de nombreux petits scieurs ou associations achètent à l'ONF du bois de feu ou des copeaux pour l'élevage.

En plus d'engendrer une valeur marchande pour du bois qui finirait par pourrir sur place, extraire cette matière première est aussi une manière de nettoyer la forêt de troncs et de branches facilement inflammables au prochain incendie.
Jeudi 10 Janvier 2013 - 07:14
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 760 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales