Société

Maïdo : Après l'embrasement, l'ONF craint l'érosion massive

L'effectif humain reste le même. Seule la tactique évolue. Après une semaine d'embrasement, la stratégie des spécialistes des forêts s'adapte en fonction des événements proches et à venir.


La stratégie de 2010 doit être révisée
La stratégie de 2010 doit être révisée
 
De l'inondation des bombardiers d'eau, les agents de l'ONF craignent déjà une autre inondation, plus naturelle cette fois. La saison des pluies approchant, la menace toute aussi importante d'érosion massive fait craindre le pire aux professionnels.

En 2010, à la suite de l'incendie, l'installation de fascines (voir la photo plus bas) avait été jugée comme "la" priorité. Ce dispositif sert tout simplement à retenir la terre qui n'est plus retenue par les racines d'arbres morts et d'un humus calciné qui ne joue plus son rôle de retenue des sédiments. Les fascines sont 100% naturelles. Elles sont constituées de branches d'arbustes brûlées entrecroisées en forme de terrasse. Objectif de cette tâche fastidieuse s'étendant sur 800 hectares en 2010 : éviter le lessivage d'un sol que rien ne retient d'aller se perdre en mer. Un petit tour sous les sous-bois calcinés suffit à constater l'état d'un sol réduit en poudre.

Avant même que la situation de crise ne soit levée au poste opérationnel de Petite-France, André Libeau, coordonateur à l'ONF, explique que la stratégie de 2010 devra être révisée dans les prochaines semaines, une fois que la phase d'extinction du feu sera garantie.

André Libeau annonce la couleur : toutes les zones ne pourront pas disposer de fascines
André Libeau annonce la couleur : toutes les zones ne pourront pas disposer de fascines
"L'année dernière, avec la surface conséquente incendiée, nous avions opté pour l'installation de fascines en priorité sur les pentes à plus de 15% d'inclinaison, ce qui laissait tout de même de grandes surfaces à traiter". Il y a trois semaines encore, alors que nous évoquions ici même le premier anniversaire de l'incendie de 2010, des dizaines d'employés ONF avaient encore le dos courbé à créer les fameux dispositifs. Que dire désormais d'une superficie carbonisée trois fois plus importante ?

Après l'érosion, l'invasion redoutée de l'ajonc

André Libeau dévoile l'option que l'office sera amenée à prendre prochainement: "Nous serons contraints d'agir que sur les pentes à plus de 25%". Un ciblage en forme de sacrifice aussi pour les autres parties qui auraient pu être traitées si seulement la surface brûlée n'avait pas atteint une si grande ampleur : 2.834 hectares.

Bien que le mois de janvier soit déjà dans les esprits, l'actualité commande. "Aujourd'hui, nous sommes encore 140 personnels (RSMA, RPIMA, associations Plan Ravine,…) sous notre commandement. De l'ONF, nous sommes 55", complète Stéphane Hoarau, conducteur de travaux (secteur Ouest).

Outre l'installation des barrières anti-érosion, un oeil vigilant s'attardera sur la pousse de la peste végétale : l'ajonc d'europe. Les hommes de l'ONF en savent quelque chose. Les différentes expériences des incendies des hauts de l'Ouest ont prouvé que cette plante indésirable connaît un processus accéléré à cause de la chaleur des flammes. Comme un instinct de survie, l'ajonc libère ses graines plus rapidement sous l'effet de la chaleur. Comme si l'incendie en lui-même ne suffisait pas. "Une touffe d'ajonc, c'est 30 gousses. Dans chaque gousse, c'est six à sept graines. Lorsqu'elles éclatent, les graines peuvent se disséminer sur 15 à 20 mètres", s'inquiète le professionnel. L'ajonc, l'autre cauchemar après l'érosion…

Les pentes brûlées risquent d'être lessivées sans l'installation de barrières anti-érosion
Les pentes brûlées risquent d'être lessivées sans l'installation de barrières anti-érosion
Vendredi 4 Novembre 2011 - 17:13
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1728 fois




1.Posté par Reunionnais le 04/11/2011 17:38
On aurait pu croire que les autorités allaient mettre les moyens pour éviter l'érosion massive et le développement des pestes !
Encore des mensonges, et pourtant combien de personnes au chômage pourraient être formées et pouvoir travailler alors utilement pour leur ile ?
Les pires requins sur cette ile sont bien les politiciens ! Une bande de gros menteurs !

2.Posté par noe le 04/11/2011 18:14
Il faut utiliser une colle pour retenir la terre ...Plus tard la nature reprendra ses droits !

3.Posté par mireille doulux (la soeur de noé) le 04/11/2011 21:14
il faut replanter la foret en bois de goyavier qui resiste tres bien aux incendies. et un arreté dinterdiction de l'erosion.

4.Posté par Bilou le 05/11/2011 05:03
Remplacer des espèces endémiques par des espèces "importées" et envahissantes… En voilà une bonne idée !

5.Posté par NEMO le 05/11/2011 08:22
Suggestions du non spécialiste que je suis:

1) ne pourrait-on pas répandre sur le brûlis refroidi, les milliers de tonnes de déchets végétaux broyés qui encombrent nos villes,dont on ne sait que faire ,eux mêmes sources d'incendies spontanés (?) qui pourraient, peut-être, devenir après un arrosage abondant par les services compétents, un paillis permettant à la nature de se régénérer plus facilement ?

2) ne pourrait-on pas utiliser, les hélas très nombreux "touristes" , payés par les contribuables qui encombrent les maisons d'arrêts et ceux condamnés à des " inutiles" peines de sursis qui sans doute, seraient heureux de participer à la protection de "Nout patrimoine" en prenant chaque jour le bon air des hauts encadrés par des équipes spécialisées?

3) Pourquoi nos CHERS élus Réunionnais, ne proposeraient-ils pas UNANIMEMENT comme ils ont su le faire pour réclamer l'envoi d'un "Dash 8" et la création d'une commission d'enquête parlementaire, qu'après l'extinction totale des feux par les hommes au sol, une mesure forte, consistant en l'obligation par tous les citoyens de l'île privés d'emplois officiels,qui perçoivent des indemnités mensuelles à rester chez eux ,de consacrer 1 jour par semaine pour participer, le moment venu, aux indispensables travaux de nettoyage et de reboisement du massif forestier ce qui les sensibiliserait davantage que tous les grands discours lénifiants à la protection de LEUR environnement ???

6.Posté par Y FO YA KA le 05/11/2011 11:06
Y FO terrassement et soutènement +gazon en plaques....YA KA demander monnaie ban colons péi la fré

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales