Société

Maïdo : 2500 repas entre les mains des bénévoles de la Croix-Rouge

Le poste de commandement de Petite France fourmille de monde. Dans la foule des uniformes de pompiers et militaires, la chasuble des bénévoles de la Croix-Rouge reste une valeur sûre. L'assurance aussi d'un petit-déjeuner ou d'un café préparés avant de "décoller" pour la journée.


Maïdo : 2500 repas entre les mains des bénévoles de la Croix-Rouge
 
Henri Claude Robert, président de la Croix-Rouge départementale, est de passage au poste de commandement de la Petite France. Tout naturellement, les jours qui ont suivi le début du feu du Maïdo ont réclamé un nombre considérables de petites mains. Ayant pignon sur rue, c'est à la sacro-sainte Croix-Rouge que la Préfecture a confié le soin d'organiser le ravitaillement des mille et quelques hommes et femmes assiégeant les pentes brûlées du massif chaque jour.

Le pic des passages dans le hangar de Petite-France se situe assurément le quart-d'heure après 9h du matin, puis vers midi oblige. Par bus entiers, des colonnes de militaires, de jeunes contrats CUI ou du RSMA passent au poste pour se restaurer, avant d'affronter la montagne. La journée sera intense.

Maïdo : 2500 repas entre les mains des bénévoles de la Croix-Rouge
"Nous avons 12 bénévoles au centre de vie (à comprendre au PC de Petite-France) qui sont en roulement, trois assurent la veille de nuit, un bénévole est placé au deuxième PC logistique (situé au croisement de la route du Tévelave), deux autres auprès du centre opérationnel de la Préfecture", précise Henri Claude Robert.

2.500 repas jour !

Le président de la Croix-Rouge française à la Réunion rappelle à juste titre le partenariat privilégié qu'entretient son organisation, pour ne pas dire institution, avec la puissance publique. "On a sollicité notre organisation samedi pour la gestion du centre de vie. La Croix-Rouge ce n'est pas que les repas, c'est aussi la mise à disposition des lits picots, des tentes que vous voyez, des bâches à eau qui peuvent, pour l'anecdote servir à des catastrophes intervenant dans la zone". A l'heure où l'on parle déjà d'une mutualisation du coût d'un bombardier d'eau sur le bassin océan Indien...

De ce statut privilégié qui confère à l'association le profil d'"auxiliaire des pouvoirs publics", la Croix-Rouge est de ce fait intégrée au centre opérationnel de la préfecture et cela au même titre que les directions du SDIS ou de l'ONF par exemple. 

Aujourd'hui encore, nous assurons la gestion, la commande et la distribution de 2.500 repas, petits déjeuners compris. Une coordination qui ne peut connaître de loupés, le moral des troupes en dépend. L'expression se vérifie : "gonis vide i tient pas d'bout".

9h30, après un dernier café et les commentaires sur le survol du Dash qui s'est fait entendre au-dessus du PC opérationnel, les convois de trucks de transport de troupes embarquent des dizaines de militaires, il est temps de chavirer gaiement dans les lacets interminables de la route du Maïdo.
Vendredi 4 Novembre 2011 - 09:37
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1149 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales