Politique

Madagascar : Une possible "intervention militaire" selon la Comesa

La Comesa, le plus grand marché commun de l'Afrique australe et orientale, a évoqué hier au Zimbabwe une éventuelle "intervention militaire" pour ramener la démocratie dans la Grande Ile.


Madagascar : Une possible "intervention militaire" selon la Comesa
Hier, les 19 pays membres de la Comesa ont déclaré dans un communiqué, à l'issue d'un sommet à Victoria Falls, qu'ils soutenaient "les efforts pour rétablir l'ordre constitutionnel à Madagascar en examinant toutes les options, y compris la possibilité d'une intervention militaire",

Par ailleurs, la Comesa "rejette de manière inconditionnelle et condamne dans les termes les plus forts le changement anticonstitutionnel du gouvernement à Madagascar".

Selon le président du Zimbabwe Ruphiah Banda, l'instabilité politique à Madagascar enraye l'intégration régionale et pénalise les pays membre de la Comesa : "En tant que Comesa, nous n'avons pas à chercher d'excuses aux changements anticonstitutionnels de gouvernement".

Les partisans du président déchu Marc Ravalomanana continuent de reclamer son retour, depuis qu'il a céder le pouvoir à l'Armée le 17 mars dernier, qui l'a retransmise le jour même à Andry Rajoelina, l'actuel président de la HAT (Haute autorité de transition) de Madagascar.
Mardi 9 Juin 2009 - 10:31
Karine Maillot
Lu 813 fois




1.Posté par mastercard le 09/06/2009 10:47
Entre "une intervention militaire" selon le communiqué du COMESA et une "intervention de l'armée" selon le titre de l'article, il y a une sacrée différence. Dans le premier cas, cela signifierait une intervention militaire extérieure, dans le second une opération de l'armée malgache.

2.Posté par titi le 09/06/2009 12:41
Parler d'intervention militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel à Madagascar dans un pays comme le ZIMBABWE avec un dictateur fou et sanguinaire comme chef d'état me fait vraiment bien rire !!!

3.Posté par Jean Pierre Chottin le 09/06/2009 15:06
Il est certain que le Zimbabwe, la Lybie et le Soudan sont particulièrement qualifiés pour rétablir la démocratie où que ce soit.
C'est un sujet sur lequel, nous français, avons intérêt à faire profil bas, nous qui avons prêté notre concours logistique à ces mêmes dictatures sanglantes pour "rétablir" l'état de droit à Anjouan.

4.Posté par Fabrice PAYET le 09/06/2009 18:04
bizarre que la COI n'intervienne pas.....

5.Posté par thierry le 10/06/2009 19:38
angolais, congolais, lybiens, rwandais....incapables de faire la loi chez eux ou de nourrir leur peuple, les v'là qui veulent intervenir à Mada....

Tant qu'ils ne montent pas une armée de libération pour soutenir le père des peuples Vergès dans une guerilla pei inspirée du modèle cubain, ça me va...

Plus que mal barrée l'afrique, plus ils sont riches plus ils sont dans la merde là bas ! quelle pitié de voir ça alors qu'angola et mozambique étaient de petits paradis dans les années 60 !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales