Société

Madagascar Résistance: "A Madagascar, le changement c'est pour quand ?"

Le collectif Madagascar Résistance est sur tous les fronts depuis le "putsch" de février 2009 et l'arrivée à la tête du pays d'Andry Rajoelina en lieu et place de Marc Ravalomanana. Il a organisé une conférence de presse la veille du 26 juin, date ô combien symbolique à Madagascar puisque jour de l'indépendance du pays. Pour le collectif, l'arrivée d'Andry Rajoelina est à mettre à l'actif de l'Etat Français, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Depuis, il constate une dégradation sociale et économique, mais surtout des libertés individuelles et des droits de l'Homme. Le collectif Madagascar Résistance mise beaucoup d'espoir sur la nouvelle gouvernance française et l'arrivée de François Hollande. "En France, le changement c'est maintenant, A Madagascar, c'est pour quand ? ", s'interrogent ses membres tous en choeur.


Madagascar Résistance: "A Madagascar, le changement c'est pour quand ?"
Madagascar Résistance est à "l’initiative d’un petit groupe de personnes de sensibilités diverses, intéressées par une démarche citoyenne individuelle et rassemblées autour d’un objectif commun : défendre les intérêts vitaux de Madagascar", peut-on lire dans une lettre que le collectif fait paraitre chaque mois depuis 2010. Au cours d'une conférence de presse tenue ce matin à Saint-Denis, le collectif a dénoncé une nouvelle fois la HAT (Haute autorité de transition) avec à sa tête Andry Rajoelina. Le 25 juin n'est pas une date choisie au hasard, demain se tient à Madagascar la fête de l'Indépendance. "Pour la troisième année consécutive, la date anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar sera célébrée sous le joug des putschistes", explique Elyett Rasendratsirofo, membre du collectif Masagascar Résistance.

Pour le collectif, l'arrivée au pouvoir d'Andry Rajoelina à la place du président déchu est l'oeuvre du gouvernement français, à l'époque sous la présidence de Nicolas Sarkozy. "C'est l'initiateur de ce coup d'Etat (ndlr : en février 2009), la France a apporté un appui en encadrement et en logistique aux militaires putschistes", explique le collectif. La raison est simple pour ses membres, le contrôle du canal du Mozambique, notamment avec les Iles Eparses, enjeu stratégique en matière de gisement pétrolier et gazier. "Pour cela, il fallait s’assurer de solides complicités internes, soulignent-ils. De Mayotte à Madagascar, c’est la même géopolitique de la Françafrique : le contrôle du canal du Mozambique et de son potentiel. Pour verrouiller le dispositif, il ne reste plus qu’à conserver sous sa coupe politique un affidé comme Andry Rajoelina susceptible de signer un accord bilatéral en faveur de la souveraineté de la France sur les îles Eparses, moyennant une petite part du gâteau".

"8 millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté"

Ce "putsch" a eu des répercussions sur l'ensemble de population malgache, souligne le collectif Madagascar Résistance qui s'appuie sur différentes parutions d'Amnistie Internationale ou encore de lOrganisation mondiale de la santé. "Le prix est lourd pour payer les intérêts français, le peuple malgache a été sacrifié", lâche Elyett Rasendratsirofo. D'un point de vue économique, Madagascar a perdu plus de 330.000 emplois. "L’altération de l’ensemble de ces secteurs touche en final des hommes et des femmes, et c’est un lourd tribut que payent les Malgaches à cause de ce coup à d’Etat en terme d’emplois. L’OIT (Organisation Internationale du Travail) estime que la crise malgache a généré la perte de 336.000 emplois (dont 84,7% dans les industries, les services et les infrastructures) et a rendu vulnérable 90% des emplois", explique Philippe Andriantavy, membre du collectif.

D'un point de vue social, le constat est tout aussi "inquiétant". "Sur les 22 millions d'habitants que compte la Grande Ile, 8 millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté", souligne Mireille Ramiandriosa. Une situation qui se "dégrade" continuellement depuis 2009. Sur 169 pays à travers le monde, Madagascar se classe à la 135ème place des pays les plus pauvres au monde, un classement qui fait revenir l'île à la situation de 2001. "Toutes les heures, quatre enfants malgaches meurent", précise Elyett Rasendratsirofo.

"François Hollande avait appelé à mettre fin à la Françafrique"

Le constat fait par le collectif ne s'arrête pas là. Les membres de Madagascar Résistance pointent du doigt également le recul des libertés fondamentales. "Elles sont souillées aux pieds", explique de son côté Eric Rabenanrasana, membre de Madagascar Résistance. "Tous les lieux publics sont interdits aux opposants (…). Plusieurs dizaines d’opposants ont été emprisonnés depuis le putsch. Tous les médias considérés comme n’étant pas aux ordres ont été fermés. En octobre 2010, Reporters sans frontières dénonçait la fermeture d’environ 80 stations audiovisuelles", souligne-t-il. Sur la liberté de vote, le collectif est très critique. "L’organisation du référendum constitutionnel du 17 novembre 2010 n’a pas respecté la démarche inclusive et consensuelle prévue par les accords politiques signés et préconisés par la communauté internationale qui a refusé de le cautionner et d’envoyer des observateurs (…). Des bulletins avec la case du "oui" pré-cochée ont été trouvés dans plusieurs endroits de l’île", ajoute-t-il.

Cette dégradation a amené le collectif à "sensibiliser" et "alerter" le nouveau président de la République française, François Hollande. "François Hollande avait appelé à mettre fin à la Françafrique" dans une de ses promesses de campagne, explique Elyett Rasendratsirofo. Lors de son passage dans l'île, en tant que candidat, les membres de Madagascar Résistance ont pu remettre un dossier sensibilisant le candidat PS à la situation malgache. "Il a promis qu'il allait y réfléchir", ajoute-t-elle. Mais cette déclaration n'a pas enlevé les doutes du collectif qui voyait dans le déplacement de Laurent Fabius au Gabon, pour rencontrer Ali Bongo, en février dernier, un mauvais signal pour le changement. "Le peuple malgache sait pardonner. Nous souhaitons la fin de la politique coloniale. (…) Nous souhaitons le changement, malgré les enjeux et les importances stratégiques", conclut Elyett Rasendratsirofo.
Lundi 25 Juin 2012 - 14:13
Lu 1750 fois




1.Posté par alain le 25/06/2012 15:08
De qui se moque-t-on ? Ce collectif, piloté par des fidèles de Ravalomanana, anti-Rajoelina (ce qu'on peut comprendre au vu de l'inconsistance du président de la HAT !) parle de politique coloniale !!! Aucun d'eux n'ayant jamais vécu cette époque, bien sur ! Mal digérée par les rejetons de ceux qui l'ont vécu et savent qu'elle n'était pas celle, décrite par des crétins, ignorant de leur propre histoire, elle sert de prétexte à l'incurie des prétendant au pouvoir, dans ce pays, entre autres ! Et aux groupuscules et collectifs de tout poils, qui n'ont qu'un seul point commun : l'immaturité.
Les problèmes de Madagascar sont essentiellement endogènes, et il est temps que les malgaches l'acceptent et y mettent un terme, entre eux, pour eux, et pour leur pays, autant que ce mot ai encore un sens. Les socialistes français, aux quels ils se réfèrent, et appellent à l'aide, n'ayant eux mêmes, pas la moindre idée des mot "nation" et "peuple". Notre gouvernement (français) composés d'individus, pressés d'islamiser la France, et les français, a d'autres préoccupations, et ne peut, ni ne doit, s'immiscer dans les problèmes internes des pays, même amis.
En tant que zanatany, j'aimerais voir ces jeunes, qui interviennent sur des médias extérieurs, pour pleurnicher sur les incidences d'un un passé, qu'il n'ont pas connu, être dans leur pays, et s'activer avec courage et conviction, pour essayer de proposer, pour les mois qui viennent, des solutions réelles et honnêtes, que les malgaches pourront choisir de mettre dans les urnes.
Aucune femme ou homme politique, n'est capable, à l'heure actuelle, de se démarquer d'un courant politique, et d'avoir le charisme d'un chef d'état. C'est là, et seulement là, que se situe le problème à court terme. Pour le moyen et long terme, nous demanderons à Hercule d'envisager un 13ième travail !

2.Posté par Gajik le 25/06/2012 22:02
Tiens les planqués de la bande à Andriantavy ressortent du bois de l'insignifiance, qu'ils essayent de compenser par des kilomètres de verbiage insipide.

Si le Philippe s'appelait Pinocchio, son nez servirait de perche pour relier le Port à Tamatave ! De même la Elyette qui ment comme elle respire et trie ses "infos" selon ce qui l'arrange : ce sont ses amis de l'AGOA qui ont supprimé les dites "aides" à Madagascar pour aider leur financier adoré et divinisé Ravalomanana qui passe avant Zanahary, à précipiter encore davantage Madagascar dans la pauvreté qu'il a aggravée depuis 2002, tout en enrichissant sa caste dont ces gens font partie et qui ne cherchent qu'une seule chose, c'est de retrouver leurs privilèges perdus .

Ils fustigent la "françafrique", alors qu'ils sont pour la vente de "leur" pays aussi aux anglophones et à le brader à qui voudra bien signer des contrats en versant des commissions occultes au président et à ses courtisans.

Heureusement, Madagascar est en voie d' émarger à l'EITI, dès que Wisco, le dernier récalcitrant Chinois aura apposé sa signature sur la Charte de transparence. Les loosers peuvent remplir des articles de cent mille mots, l'Histoire les balaye chaque jour un peu plus. Pfffuitttt ! ... Le vent de l'Histoire de Madagascar ne souffle pas en arrière.

3.Posté par phil974 le 25/06/2012 23:52
Madagascar ne sortira jamais de sa merde car tout le monde y est corrompu depuis la naissance.
Madagascar se laisse mener par le bout du nez par la mafia de la SADC!
Ce beau pays si riche pourrait être le grenier de la zone océan indien mais il a toujours été dirigé par des gens corrompus! A ma connaissance Marc Ravalomanana est le pire des sale type de la planète, c'est un assassin qui failli me tuer!
Mr Andry Rajoelina a fait plus pour Mada en 3ans de transition que Ravalo en 8ans de pouvoir totalitaire!
Mr Ravalo a chassé le Père Hurfer, etc.
Je ne tolère pas que des malgaches fassent de la politique hors de leur frontière, c'est du reste interdit par la constitution et il faut porter plainte contre ces gens et les refouler dans leur pays!

4.Posté par Gajik le 26/06/2012 08:28
Mais non Phil974, ces gfens ont droit de s'exprimer en France, la bande du Collectif, Mad résistance, GTT (ils sont comme l'hydre à plusieurs têtes mais ce sont les mêmes), etc .... sont des franco-malgaches qui ont choisi courageusement de faire leur vie en France au lieu de combattre pour améliorer le niveau de vie de leurs concitoyens.

Ils "combattent" en France, en Suisse, à Bruxelles, à l'ONU, etc ... en tant que lobbyistes de Marc Ravalomanana dont ils sont les fidèles parmi les fidèles.

Ceux qui sont rentrés à Madagascar exposent leur personne à la colère des braves gens qui en ont marre de leurs magouilles avec la SADC, l'UA, l'ACP-UE qui retardent les élections qu'ils refusent parce qu'ils ne maîtrisent plus l'appareil d'Etat pour tenter de revenir au pouvoir.

Au pays, ceux qui sont rentrés, soit ferment leur bouche et font des attentats et quantité d'actes de sabotage économique, fomentent des troubles, manipulent des syndicats, arment des bandits et risquent la prison, soit ils participent en hypocrites saboteurs au gouvernement de coalition imposé par les dite "Cté internationale", (en fait quelques pays qui, sous la houlette des USA roulent pour les intérêts divergents des compagnies minières et autres intérêts occidentaux).

Mais quant à ces bounties comme Andriantavy et consorts, ils devraient se contenter d'exploiter les malgaches avec leurs boites à fric comme Labocast pour nous fabriquer nos prothèses dentaires et enrichir prothésistes et dentistes français, mais surtout cesser à chaque fête nationale de se faire passer pour des patriotes.

Oui, c'est vrai que la plupart des politiciens de Madagascar sont pourris jusqu'à la moelle, mais c'est le cas de bien des hommes politiques partout sur la terre. Rien de plus à Madagascar qui n'existerait pas en France sur ce sujet. Simplement, en France les sommes en jeu sont bien plus importantes et les méthodes de trafic bien plus sophistiquées et même légalisées par des lois adh'oc votées ... par ceux là mêmes.

L'art stratégique de Rajoelina est justement de faire avec ces politiciens véreux que la SADC lui a imposés pour tenter de détruire la révolution orange malgache, et de les neutraliser tout en feignant de les associer afin d'arriver aux élections en empêchant les plus corrompus de se présenter.

Ravalomanana et ses sbires ne sont pas dupes, c'est pourquoi eux aussi jouent le jeu de la SADC et de l'imbécile "inclusivité" de cette inique feuille de route (qui n'existe dans aucun pays mais qu'on impose à Madagascar, ce magasin à ressources minières si convoité) mais en fait tout çà n'est qu'un jeu pour contenter la communauté de coquins ultra libéraux (donc pro-Ravalaomanana) qui se cache derrière le vocable de "communauté internationale".

On en est là, mais comme vous le soulignez, Rajoelina avance malgré tout, comme David contre Goliath et installe peu à peu les conditions à ce que des élections libres et justes, représentatives de la vraie population malgache et non faussées par les magouilles et grâce au bulletin unique, pour la première fois à Madagascar depuis 50 ans puissent se tenir et contraindre la communauté internationale à reconnaître les résultats, car Madagascar aura respecté ses oukases et règles "inclusives" qu'elle a imposées dans l'espoir de faire tomber le mouvement de démocratisation. C'est pervers mais important à comprendre.

Une analyse fine de ce qu'est en réalité la prétendue "Communauté Internationale", la SADC, l'UA, l'ONU, etc ... permettrait à beaucoup de gens de comprendre la vie politique internationale avec des yeux ouverts. Et ce n'est pas joli joli assurément.

Un pays souverain qui ne joue pas le jeu de l'ultra-libéralisme et des directives de l'OMC de transfert à bas prix de ses richesses vers les pôles industriels affamés des occidentaux et des chinois est contraint de subir des actes de déstabilisation, des coups d'Etat de la CIA ou d'autres officines.

Souvenons nous toujours de Thomas Sankara, parmi tant d'autres qui a osé dire devant ses pairs africains et devant Mitterrand qu'ils étaient tous des magouilleurs et des marionnettes de la françafrique et qui a prédit son assassinat. Son meurtrier Blaise Compaoré est toujours là, impuni, et joue même les médiateurs.

Il est bon de se souvenir de Sankara, 25 ans après son assassinat pour comprendre que la dénonciation par le GTT Reunion-Collectif-Mad Résistance de la françafrique qui soutiendrait Rajoelina contre le souverainiste Ravalomanana ce n'est que du FLAN, de la manip idéologique.

Car Ravalomanana, comme tous les PDG et Banquiers qui dirigent la plupart des pays directement ou par hommes de paille interposés est un homme d'affaire avant tout et il n'a absolument pas enrichi le pays, mais ses propres sociétés. Il a ouvert encore plus la voie aux sociétés étrangères , canadiennes et anglophones pour le pillage des richesses malgaches qu'il leur a BRADEES.

Ravalomanana n'était pas un souverainiste mais un souverain, un homme d'affaires autoritaire, un oligarque prêt à vendre le pays à TOUTES les multinationales qui lui verseront sa commission, comme le font la plupart des chefs d'Etat africains.

Le GTT-Collectif défend les intérêts privés d'un clan politico-financier, ils sont donc un lobby économique de plus, et non un honnête parti politique qui défend l'intérêt général, point. Je crois que les malgaches de la diaspora l'ont peu à peu compris et que les masques tombent de plus en plus à chaque fête nationale qu'ils tentent de salir à la Réunion et en France continentale avec leurs mensonges honteux et grossiers.

Tiens, un article de la Gazette qui montre la lassitude des malgaches contre l'omniprésent absent ravalomanana :

5.Posté par Gajik le 26/06/2012 08:58
Une vidéo d'hier, les déclarations du président Rajoelina en malgache de retour du sommet de Rio + 20.
Sera-t-il le Sankara de Madagascar, ne sera-t-il pas éliminé avant même d'avoir pu aider son pays à entrer dans sa souveraineté réelle, jamais acquise depuis sa dite "indépendance" qui n'a été en fait qu'un passage de l'ère du colonialisme à celle du néocolonialisme ?

Que les sceptiques chroniques gardent au fond d'eux mêmes un peu d'espoir que Madagascar rentre dans une ère nouvelle après ses premières élections démocratiques, que ce soit en septembre 2012 ou en Mai 2013 après la saison des pluies, peu importe, il faudra bien que les malgaches officialisent par leur vote leur choix de société pour sortir de cette allégeance minable aux intérêts des multinationales étrangères, canadiennes, étasuniennes, françaises, chinoises ou autres.

Juste un détail qui a son importance : pourquoi l'ONU tient-elle absolument à encore repousser les élections à Mai 2013, alors que la CENIT, totalement indépendante de la HAT, affirme que tout sera prêt pour septembre 2012 ?
Tout simplement parce que les lobbyistes de Ravalomanana et la mère Clinton leur première alliée, savent que la nouvelle Constitution ratifiée par referendum impose une présence sur le territoire malgache de 6 mois au moins à tout candidat aux présidentielles. Ils espèrent ainsi faire amnistier avant puis faire rentrer (au pays ou à Tsiafahy ?...) le criminel d'Ambohitsorohitra avant le délai de 6 mois, donc avant Novembre 2012. Voilà la raison occulte première de cette manoeuvre. L'ONU n'est qu'un panier de crabes majoritairement au service de l'OMC où les petits pays sans armes y sont traités en colonies des puissants.
Le trafiquant de drogue mozambicain et ami personnel du duce Ravalomanana, Chissano reprend du service. S'il croit qu'on a oublié les télégrammes de l'ambassade américaine sur ses activités criminelles, il se trompe. Certains sauront les lui rappeler en temps opportun s'il la ramène un peu trop.

6.Posté par Gasy Vazah Fier le 26/06/2012 10:53
A Gajik, Phil974! En France, tout citoyen peut s'exprimer librement! L'opinion de chacun est respectée.
Dans vos posts respectifs, les attaques personnelles sont courantes. C'est plutôt une marque de faiblesse et un manque de capacité à discuter ouvertement.
Osez proposer, exprimez-vous dans les différents supports de médias pour vanter les bienfaits de Rajoelina et son entourage. Montrez-vous...Ce serait bien une conférence de presse de Gajik pour dire que tout va bien. Les journalistes n'attendent que ça.
Soyez courageux

7.Posté par Gajik le 26/06/2012 22:27
Andriantavy et consorts sortez de ce pseudo, on vous sent à 10 kilomètres, c'est toujours les mêmes mots, les mêmes invitations à en découdre après chaque publication de votre prose mensongère. Soyez courageux vous même en signant vos appels à me "produire" en public.

Vous oubliez cependant une chose, je ne représente que moi-même et non comme vous une association et je n'ai aucune raison de m'exposer à vos violences verbales et agressions diverses dont le GTT est familier. Le courage n'est pas d'affronter des gens bornés, vindicatifs et de mauvaise foi.

Donc cessez vos appels hypocrites à me démasquer. C'est inutile, vous avez des indics partout, vous savez très bien qui je suis, alors arrêtez avec vos idées farfelues de toute puissance. En ce jour de fête nationale, que faites vous ici, vous devriez être à Antsirabe chez Tiko pour démontrer votre puissance sans limite, en bon roquet de son Eminence d'Imerinkasinina. dada souffre le mal du pays , et vous vous êtes là à la Réunion alors que vous pourriez grassement vivre là bas ... si Dada revenait au pouvoir absolu.

Mais je crois que Madagascar n'en prend pas le chemin, pauvre orphelin ! Je compatis assurément.

De plus votre façon de vous exprimer sur les "journalistes qui n'attendent que çà" montre bien que qsi vous vous permettez de parler en leur nom, c'est que vous en avez quelques uns dans la poche, de F B à qui déjà ? .... Allez, "donnez pour le kere", à votre bon coeur, ces pauvres malgaches si travailleurs si méritants, donnez braves gens, allons soigner gratis et vendre la camelote de Sanofi Aventis par la même l'occasion.... C'est çà votre idéal pour Madagascar ?

8.Posté par Gasy Vazah Fier le 27/06/2012 12:02
Je suis un simple citoyen franco-malgache (gasy vazah fier)! Je vis à Saint-Denis et n'espionne personne. Il y a autres choses plus intéressantes à faire que courir après Gajik. Notre seule différence: je ne suis pas atteint de logorrhée chronique associée à une paranoïa.
Tout seul, il est tout à fait possible d'exposer ses idées face à des journalistes. Pourquoi pas! Ne rougissez pas, vous avez le verbe facile. Vous y arriverez.
Depuis quand on peut mettre les journalistes dans sa poche ici. On n'est pas sur chez Madagate ou La Gazette ici. N'insultez pas les journalistes qui font correctement leur métier.
Puisque vous souhaitez que je signe, je vais le faire.
M. Rakotomena Mijoro

9.Posté par Gajik le 01/07/2012 11:23
Un autre son de cloche que celui des pisse-vinaigre de GTT alias Collectif, alias Madagascar Résistance (au changement) : un peu de vrai patriotisme au pays, çà fait du bien, comme la fête malgache au Barrachois de ce samedi, ignorée ici. Pour une fois on n'a pas vu la kiosque souffreteux du Collectif distiller son fiel. Peut-être à Ravine Blanche ? je n'y étais pas.

Voilà l'arrivée ovationnée de Rajoelina à Mahamasina : alors les tout petits insignifiants mais bien médiatisés de Madagascar Résistance, toujours prêts à parler de dictature du disc-Jockey ?

Qui est "petit" n'est-ce pas désormais cet ex-dictateur en fuite, le Ben Ali des tropiques, réfugié piteusement dans les hôtels de luxe d'Afrique du Sud, vautré sur les milliards de 6 ans de son règne de corruption, occupé à fomenter avec votre aide des troubles contre les intérêts du Peuple Malgache pendant que sur place l'espoir d'un changement profond et durable s'affirme cahque jour comme IRREVERSIBLE.

Vous entrez lentement mais sûrement dans les poubelles de l'Histoire et de l'Oubli, vous les groupuscules et officines des ex-dictateurs :

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales