Faits-divers

Lynchage du Chaudron : Appel du parquet

Selon nos confrères du Jir, le parquet a fait appel de la décision du juge d'instruction, Flavien Noailles, de remettre les auteurs du lynchage de deux automobilistes, dans la nuit de samedi à dimanche au Chaudron à la suite d'un accident de la circulation impliquant un de leurs camarades, en liberté sous contrôle judiciaire sans passer par la case juge des libertés et de la détention.


Lynchage du Chaudron : Appel du parquet
Le parquet de Saint-Denis a décidé de faire appel de la décision du juge d'instruction, Flavien Noailles, dans le cadre de l'affaire de lynchage de deux automobilistes dans le quartier du Chaudron, dans la nuit de samedi à dimanche, à la suite d'un accident de la circulation impliquant un de leurs camarades, remettant en liberté les agresseurs, sous contrôle judiciaire, sans être passés devant le juge des liberté et de la détention.

Six des jeunes ont été mis en examen pour violences aggravées entrainant plus de huit jours d'ITT (Interruption totale de travail), mercredi dernier, et directement mis sous contrôle judiciaire, sauf qu'ils ne sont pas passés devant le JLD (juge des libertés et de la détention). Cinq des agresseurs ont été placés sous contrôle judiciaire, un n'est pas sous le coup d'un contrôle judiciaire et le dernier a été placé sous le statut de témoin assisté. Tout le monde est ressorti libre.

"Une décision surprenante" pour le journal, d'autant que les jeunes étaient défavorablement connus des services de police, deux sont en situation "de récidive de récidive (…) donc ne sont pas accessibles à des peines de sursis", deux autres sont en situation de récidive simple et deux des agresseurs ont déjà été condamnés dans d'autres faits affaires. Le profil des jeunes agresseurs aurait pu faire pencher le JLD vers une mise en détention provisoire des accusés.

Le parquet de Saint-Denis voulait que les agresseurs passent en comparution immédiate, mais le substitut du procureur, François-Marie Cornu a opté pour l'information judiciaire car un huitième homme est toujours recherché. "En comparution immédiate, ils auraient eu de fortes chances d'être écroués".

L'appel du parquet sera examiné par la chambre d'instruction dans quinze jours.
Samedi 18 Décembre 2010 - 15:39
Julien Delarue
Lu 1425 fois




1.Posté par TIABEILLE le 18/12/2010 16:12
Enfin un retournement de situation et un regain de justice. Mais à la lecture d'un fait d'actualité du jour "prison de Domenjo" on peut mieux comprendre la précédent décision du juge. En effet, à cette prison il existe une école, des cours dans de très bonnes conditions -14 jeunes en bénéficient, "la classe", c'est TOP il paraît, même le recteur est allé rendre visite, alors qu'il ne visite que très rarement les établissements normaux. ... Alors, les place sont chères et seulement réservées au top des crimes, ceux-là n'étaient pas classés assez top. Alors ils leur faudra faire mieux pour y avoir accès. Le puzzle est reconstitué. La prochaine, ils tueront carrément. Ou à moins que le juge souhaitait laisser des places libres au cas où dans l'élite, il viendrait à ce qu'un de leurs jeunes se fasse prendre, va savoir !!!!

2.Posté par Choupette le 18/12/2010 16:18
L'appel sera examiné dans 15 jours. Traduction : après les agapes de fin d'année.
Sont quand même vernies ces brutes.

3.Posté par noe974 le 18/12/2010 17:25
Ce juge d'instruction qui a libéré ces voyous , il l'a fait exprès ? Pour se moquer des honnêtes gens ? Il a eu des menaces ? Il est incompétent ?

Le pouvoir des juges doit être revu et corrigé .... Il y a des juges-voyous !!!

Qu'on le met à la porte , ce fonctionnaire indigne qui salit sa fonction !!!

4.Posté par L.F. le 18/12/2010 17:54
C'est clair que les juges devraient être élus, comme aux States. Aux moins si ils font trop de conneries: DEHORS! Marre de ces incompétents qui se font muter ailleurs suite à des erreurs...

5.Posté par Ouïgour le 18/12/2010 21:30
Un peu de modération dans vos propos s'il vous plait! D'abord il ne faudrait pas utiliser le mot de "lynchage" pour les actes -sans doute sévèrement condamnables- commis par ces "jeunes". Un lynchage c'est quand une foule ou un groupe déchaîné condamne une ou plusieurs personnes à une mise à mort. Par contre ce qu'on appelle communément un "lynchage médiatique" c'est ce qu'on peut lire aux posts ci-dessus à l'encontre de "ces" juges.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales