Social

Lycéens et étudiants, main dans la main

Après plusieurs semaines de manifestation, lycéens et étudiants se préparent activement à la mobilisation nationale du 18 décembre.


Lycéens et étudiants, main dans la main
IUT, IUFM, université, lycées seront jeudi dans la rue pour poursuivre leur mouvement contre les choix effectués par le gouvernement.  Mais avant, les actions ciblées continuent de parts et d’autres dans l’île.
Par exemple, ce soir devrait avoir lieu « la nuit des lycées ». La mobilisation sera-t-elle être suivie ? Il est trop tôt pour répondre, car c’est à partir de 17 heures, à l’occasion d’une rencontre entre les parents, professeurs et élèves dans chaque lycée que la décision de dormir sur place sera prise.
Depuis ce matin, beaucoup de lycéens occupent les cours et salles de leur établissement pour préparer ce fameux 18 décembre. C’est le cas, par exemple, au lycée Jean Joly où le responsable départemental de l’UNL, Robin Naucelle, tente d’organiser un kabar pour jeudi matin sur le campus de la faculté du Tampon.
Du côté du lycée des Avirons, une réunion qui a eu lieu ce matin à 9h30, a été déterminante puisque le proviseur a décidé la fermeture de son établissement dès ce midi, et ce jusqu’à la rentrée scolaire de janvier 2009.
Concernant la mobilisation de jeudi, ultime rendez-vous avant les vacances, la coordination lycéenne et étudiante s’est accordée sur un rassemblement, sur le campus le matin, puis une manifestation à partir de 13 heures en direction de la préfecture.
"Nous avons vraiment la volonté de construire un mouvement unitaire, de marquer le coup. Arrivés devant la préfecture, nous espérons être reçus par le préfet et nous demanderons qu’une visioconférence soit organisée avec un membre du gouvernement, que ce soir Xavier Darcos ou Valérie Pécresse", explique Gilles Leperlier, président de l’UNEF Réunion.
Lundi 15 Décembre 2008 - 11:54
Melanie Roddier
Lu 720 fois




1.Posté par MoA le 15/12/2008 13:34
Comme à chaque fois qu'il y a une manifestation de ce type on a du mal à savoir qui veut quoi.
Encore une fois apres avoir fait une grande recherche (5mn) j'ai pu trouver les documents suivant :
- la proposition de l'UNL (la fameuse contre réforme) - http://www.unl-fr.org/documents/dossier_reforme_lycee.pdf
- la proposition du ministre (la fameuse réforme dont on a aucune infos) - http://www.education.gouv.fr/cid22779/reforme-lycee.html
- la synthese de la consultation du 15/11/08 - http://media.education.gouv.fr/file/11_novembre/64/1/Synthese_Ateliers_du_nouveau_lycee_39641.pdf

A la lecture de ces differents documents je me rend compte que la réforme n'est peux être pas si flou que ça. La filiére ES n'était pas vouée à la disparition ; Effectivement elle n'était pas prévu dans le tronc commun, mais c'est déja le cas aujourd'hui. Personnellement je trouve bien que la seconde puisse être une classe un peux touche à tout et je me ravis de l'integration de l'économie dans le tronc commun.

Concernant la contre réforme, on pas voir dans des reportages tv qu'elle était soutenue pleinnement par les syndicats enseigant et réclamée par l'ensemble des lycéens. Si tel est vraiment le cas j'aimerais bien avoir les avis et/ou commentaires des différents suporter de cette contre réforme sur les points suivants:
- la diminution des vacances scolaires afin de pouvoir garder le même nombre d'heure d'enseignement qu'aujourd'hui mais avec une journée ne dépassant pas les 6h dont 4h de cours magistraux. l'UNL devrait préciser de combien de semmaine il faut réduire les vacances pour atteindre cet objectif.
- la modifications des épreuves du bac afin d'y introduire du control continu. Dans sa poposition l'UNL nous bien en garde qu'il ne s'agit en aucun cas d'une reprise de la proposition du gouvernement en 2005, leur proposition prend en compte le caractère anonyme et national du diplôme.Ceci dit j'aimerais avoir la position des syndicat d'enseignant sur ce point. Si les épreuves sont nationales (donc le même sujet pour tous) que devient alors la liberté pédagogique ? Certain prof préférents aborder le programe par des angles differents. Ce la se fait non pas par caprice mais en fonction de la classe, de l'experience de l'enseignant ... En aucun cas je remet en cause ce droit fondamental. Mais je me questionne sur l'opportunité de faire des examuns communs entre des classes dont la progression n'aura pas étée la même.

J'éspére vraiment avoir un débat constructif sur ces differents points ou sur d'autre.
merci

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales