Social

Lutte contre la précarité: Le Département avance ses propositions avant la venue de François Chérèque

Les derniers chiffres de l'Insee l'attestent, la Réunion est de plus en plus confrontée à la précarité. A quelques jours de l'arrivée de François Chérèque à la Réunion, le "Monsieur lutte contre la Pauvreté" du gouvernement Ayrault, le Conseil général a décidé de présenter ses nouvelles propositions dans la lutte contre la pauvreté. Et une nouvelle fois, la présidente du Département, Nassimah Dindar, a réclamé la recentralisation du RSA vers l'Etat au risque de ne plus pouvoir assurer les missions de service public de la collectivité auprès des publics vulnérables.


Lutte contre la précarité: Le Département avance ses propositions avant la venue de François Chérèque
Il y a quelques semaines, l'Insee a présenté la cartographie sociale du territoire de la Réunion. Le constat a été sans appel. Les chiffres ont montré l'accroissement de la précarité dans notre île. François Chérèque, mandaté par le gouvernement pour mettre en place le plan de lutte national contre la pauvreté, sera à la Réunion la semaine prochaine. L'occasion pour le Département, "chef de file de l'action sociale", souligne la présidente de la collectivité, Nassimah Dindar, de faire "ses" propositions pour lutter contre la précarité grandissante dans l'île.

Critique sur les esquisses de ce plan national, Nassimah Dindar a rappelé l'urgence de trouver des solutions pour permettre au Département de pouvoir continuer à assurer ses missions de service public. "On est critique, ce plan national ne nous semble pas correspondre à l'attente des Réunionnais", souligne Nassimah Dindar. "Je dis attention. Si un Conseil général et nos travailleurs sociaux ne peuvent plus accompagner ces publics vulnérables (…), nous n'avons plus de raison d'être", poursuit-elle. Une nouvelle fois, Nassimah Dindar réclame la "recentralisation" vers l'Etat des dépenses de RSA. "L'Etat ne compense pas. Les députés votent et demandent aux Départements de payer. Le changement de braquet ne permet plus aux travailleurs sociaux l'accompagnement du public", martèle-t-elle.

La présidente rappelle que le Département, aidé par les partenaires locaux dans la lutte contre la pauvreté, avait oeuvré pour trouver des solutions pérennes à cette situation de crise sociale par la publication, en juin 2012, du "Livre blanc de l'urgence sociale". Mais dans le plan d'action du gouvernement dans sa lutte contre la pauvreté, les propositions faites au travers de ce livre, dans leur ensemble, n'ont pas été retenues à l'exception d'une, le relèvement du plafond de la CMU-C. Pas assez aux yeux de la collectivité, d'où les propositions présentées une nouvelle fois cet après-midi.

"Aujourd'hui, les politiques publiques déconstruisent le modèle familial"

"Pour prendre en compte le caractère hors norme de la pauvreté à la Réunion, le Conseil général propose de garantir au préalable une compensation des allocations individuelles de solidarité versées par la collectivités. Il faut définir un schéma directeur départemental de l'action sociale, concerté et qui s'impose à tous, décliné au plus proche des territoires à travers des projets sociaux de territoires et intégrant trois volets : une gouvernance simplifiée, la prévention et la lutte contre la précarité des plus vulnérables et leur insertion durable", précise Albert Marimoutou, directeur général adjoint du pôle famille au Département. Une nouvelle fois, le Département demande l'application et la prise en compte d'une dizaine de propositions jugées "pertinentes" du livre blanc de l'urgence sociale.

Toutefois, le Conseil général entend faire des propositions nouvelles. Dans le cadre de la prévention et la lutte contre la précarité des plus vulnérables, la collectivité entend demander la revalorisation des petites retraites, systématiser l'exonération des taxes locales pour les personnes âgées touchant le minimum vieillesse ou encore établir un cadre législatif plus protecteur en faveur des familles. "Aujourd'hui, les politiques publiques déconstruisent le modèle familial", souligne Nassimah Dindar.

Sur le volet "insertion durable", là aussi le Conseil général va faire plusieurs nouvelles propositions. "Nous allons établir des contrats aidés de 30 heures pour une durée de 24 mois financés à parité entre le Conseil général et l'Etat. Ce sera effectif dès le 1er décembre dans la collectivité, car sinon nous créons de la précarité", explique la présidente du Conseil général. Autres propositions nouvelles avancées par la collectivité, l'automatisation de l'activation du RSA activité pour les bénéficiaires de contrats aidés ou la priorisation de l'insertion des jeunes majeurs de l'ASE (Aide sociale à l'enfance) dans le cadre de la garantie jeune.

Reste à savoir si ces propositions anciennes et nouvelles seront entendues par François Chérèque, attendu dans l'île lundi prochain. Nassimah Dindar se dit optimiste. "J'attends que l'Etat nous aide. Je le demande et même si l'Etat ne nous donne pas, je ferai les propositions au Conseil général en optimisant les moyens", conclut-elle.
Mardi 22 Octobre 2013 - 16:08
Lu 1038 fois




1.Posté par JORI le 22/10/2013 18:38
Mais où sont les propositions autres que celles servant à financer la précarité?. Des emplois aidés ne sont en aucun cas des emplois pérennes. Personne ne fait carrière dans ce type d'emploi, sauf à la Réunion peut être. Le C.G ek N.Dindar ne présentent aucune solution pour l'aide à l'emploi ce qui de facto devrait réduire précarité et misère. Aucune proposition pour maitriser la démographie locale, source de tous nos problèmes dont misère et précarité. Ce que l'on demande à N.Dindar, ce n'est pas de financer misère et précarité car elle ne cessera jamais de cette façon mais de trouver avec les autres responsables de collectivité (tous réunionnais; pour l'AJFER ek Leperlier) des solutions pour en sortir, pour les éradiquer.

2.Posté par SoLdAtKréoL_974[MoDe-SoLdAt-SaNs-GrAdE] le 22/10/2013 19:05
Pas besoin inkiet à ou Nassimah Dindar... Les vrais élus de la majorité et proches du gouvernement bossent déjà pour ts ça...

Au fèt... le vent politik i souffle kel coté actuellement selon ou? Dsl de la kestion mais où reste la professionnelle en la matière....lol

Ou lé là juste pour une opération Com à nouveau... Dommage pou nous réunionnais ke ou lé pas aussi incisive hors période électorale...

"Politik politicienne kan tu nous tiens.....!!!!!!"

3.Posté par alain dimitri le 22/10/2013 20:03
elle a combien d'étiquettes de chefs et salaires quel la ferme questions pauvretés chez moi j"ai besoins d'un brasseur d'air pour l été .

4.Posté par Dom le 22/10/2013 21:28
Autre mesure proposée, "autoriser le cumul de l’API, des aides au logement et le RSA du conjoint pour ne pas déconstruire la cellule familiale". .. (source Linfo.re)

API (allocation parent isolé) cumulé au RSA du conjoint ????????

Qu'elle explique ce grand n'importe quoi !!

Prête à tout , manipuler etc

5.Posté par mékisonkons! le 22/10/2013 21:45
Le schéma post-colonial qui se met en place à la Réunion s'inspire des réserves indiennes des USA...
Une caste de privilégiés , les fonctionnaires grassement sur-rémunérés , veille au bon ordre en assurant
à une population de chômeurs à vie des revenus minimaux qui leur permettent tout juste de s'alcooliser ,
de bouffer de la M pour devenir obèses et pour les plus récalcitrants de se starshooter à grand coup
de tranquilisants et autres anxiolitiques payés par la cmu...et on sera bientôt 1 million sur ce caillou ?
Tristes tropiques , triste Réunion !

6.Posté par l'assistanat rien que l'assistanat le 23/10/2013 08:42 (depuis mobile)
demandez plutôt qu'on cumule aides logement, aPI et RSA lors de la reprise du boulot plutôt que de conforter les gens dans l'assistanat total !! c'est affreux ! on n'en sortira jamais avec celle la !! + de 10 ans au CG pour un bilan aussi minable

7.Posté par l''assistanat rien que l''assistanat le 23/10/2013 08:45 (depuis mobile)
post 4 : +1!! cumul de l'API et du RSA !!! j'y crois pas !! tout le monde sait que bcp touche l'API en étant toujours en couple ! mais demander sa légalisation ! trop foorrttt Nassimah !!!!! je vais arrêter de bosser, c'est plus rentable !!!

8.Posté par timagnol le 23/10/2013 09:01
BWANA, nou y fé pitié ! Don a nou in ti moné ! Et voici que la lavandière ex spécialiste du lavage de petites culottes se transforme en dame de charité ! Et tout ça, en oubliant qu'elle est au pouvoir de la pétaudière de La Source depuis quelques 10 ans ! La plim zoizo tout kouler y pali ! Vivement qu'elle (aussi) soit "foutue dehors" !

9.Posté par ASSENJEE.M le 23/10/2013 09:55
La campagne municipale a bien commencé!

10.Posté par DOM le 23/10/2013 11:17
C'est du grand n'importe quoi elle encourage la fraude fiscale maintenant si ce n’est pas de la démagogie ça et le personnel de l'ARRAST je vous rappelle ce que vous avez dit circuler il y a rien à voir. ils ne loubliront pas ... Madame..

11.Posté par Pour une fois, je suis d''''accord avec Nassimah le 23/10/2013 12:16
Les pauvres se séparent pour toucher plus d'allocations.

Inversement, les riches se mettent ensemble pour payer moins d'impôts !

Le système est pourri !

Lire :

Cela revient cher d'être pauvre

12.Posté par pseudo jetable le 23/10/2013 13:27
pour lutter contre la précarité à la réunion nassima demandera à francois un chéréque en blanc. précarité instituée par ces memes politiques

13.Posté par DOM le 23/10/2013 14:07
Overdose de Dindar (Konm karapate si tété béf' maig')
demander aux personnels de L'ARAST elle avait dit
Circuler il n'y a rien à voir 3000 personnes dans la Galère on s'en souviendra..MADAME DINDAR

14.Posté par manuel le 23/10/2013 16:37
il faut une politique d'immigration maitrisée. la Frontiere doit etre maitrisée. nous accueillons trop de gens et il n y a pas de place. Oui on est français mais comprendre que le territoire est petit demande pas un cerveau si développé que cela !!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales