Politique

Lurel à St-Paul: "Les sinistrés réunionnais bénéficieront du même traitement que ceux de Bretagne"


Lurel à St-Paul: "Les sinistrés réunionnais bénéficieront du même traitement que ceux de Bretagne"
Le ministre des Outre-mer a achevé son tour d'horizon des conséquences du cyclone Bejisa par Saint-Paul ce samedi après-midi.

Comme son nom le prédispose, le quartier de l'Etang a subi les affres de la montée des eaux. Une récurrence dans le coin se souvient Alida Itema. "La dernière fois que l'eau la monté c'était  pour Dina", en 2002 donc. "Jeudi, vers 15h, l'eau la arriv jusqu'aux genoux", raconte la mère de famille. La brusque montée des eaux a juste permis aux occupants de sauver l'essentiel : appareils électriques, meubles. "Nou la pa gagn sauve le frigidaire", regrette Gélina.

A chaque crue d'ampleur, le même dessein attend ces familles vivant à 100m de l'étang. Difficile pour le ministre d'apporter une réponse globale tant la solution réside dans le cas par cas.

Evidemment sans titre de propriété, les résidents hésitent entre rester coûte que coûte ou quitter définitivement les lieux pour un logement social.

Lurel à St-Paul: "Les sinistrés réunionnais bénéficieront du même traitement que ceux de Bretagne"
Victorin Lurel fait remonter ses souvenirs d'élu local de Guadeloupe. "Tous les élus d'outre-mer connaissent ça. Quand vous avez une famille qui est là depuis des générations, et quand il y a une inondation, vous allez reloger 1, 2, 3 personnes dans la famille, mais il y a toujours quelqu'un qui va garder la vieille maison. Et au prochain cyclone, ça va être le même problème donc il faut parfois prendre des décisions douloureuses", indique-t-il aux sinistrés. "Le quartier de l'Etang est classé dans le Plan de prévention des risques d'inondation (PPRI)", rappelle à ses côtés la sous-préfète de Saint-Paul, Chantal Ambroise.

Avant de quitter le quartier, Victorin Lurel a invité les familles à se rapprocher de la mairie, des intercommunalités et des bailleurs sociaux pour envisager une accession en logement évolutif social (LES) groupé ou individualisé. "LEtat répond présent sur ce type de dispositif", idem pour les opérations de RHI, soit 80% du financement, assure-t-il. Voilà sa réponse en matière de cases insalubres.

Pour ce qui est de la réponse du gouvernement après un cyclone, Victorin Lurel rappelle que l'Etat peut faire jouer la solidarité nationale avec un arrêté de catastrophe naturelle. "Mais si le préfet a du retard (dans la remise du dossier évaluant des dégâts, ndlr), cela voudra dire que vous les particuliers, vous les entreprises, vous les collectivités, vous avez du retard", adresse-t-il en guise d'invitation. Le préfet dispose de six mois pour transmettre ce dossier au Ministère de l'Intérieur et des Outre-mer, mais celui-ci pourrait être bouclé "avant la mi-février si tous les acteurs de la chaîne agissent rapidement". Une fois ce dossier transmis, Victorin Lurel garantit que "les sinistrés réunionnais bénéficieront du même traitement égalitaire que les sinistrés de Bretagne".

Lurel à St-Paul: "Les sinistrés réunionnais bénéficieront du même traitement que ceux de Bretagne"


Samedi 4 Janvier 2014 - 20:00
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2638 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 04/01/2014 22:17
venir nous dire que nous avons les mêmes droits qu'en Métropole...non mais franchement..victorin..Est ce sérieux ??!!

tant qu'à nous promettre l'évidence, pourquoi ne pas parler de pouvoir d'achat équivalent tant que tu y es...!!

mais il est vrai qu'il est plus facile d'indemniser ... que de donner une véritable égalité et/ou équité aux citoyens de l'ultra-périphérie française...

2.Posté par severin le 05/01/2014 00:13
Camarade créole,a l'instant j'ai (icouté) sur BFM TV la déclaration de notre sinistre Victorin Lurel.Après la bouclation de l'étendu des dégâts dans l'île de la Réunion,on pourra déclarer l'état de catastrophe naturelle J'ai un petit problème dans la culture de la langue de Molière.Est-ce-que sa se dit BOUCLATION? personnellement je préfère bouclage d'un dossier.S.V.P éclairé ma lanterne,in yab des Yvelines

3.Posté par Agnès HAGAÏ le 05/01/2014 00:27
C'est la moindre des choses que la Réunion bénéficie des mêmes aides que la Bretagne. Je me demande même pourquoi on doive le spécifier !!!!!!!!! il me semble que la République doit traiter tous ses citoyens également, et que cela doit aller de soi !

4.Posté par Choupette le 05/01/2014 00:49
Quand je fréquentais ce qui était alors le CES de l'Etang rebaptisé Lycée Payen, il n'y avait aucune construction au-delà.

C'est quand même risqué d'habiter dans une embouchure. Surtout de plain-pied ...

5.Posté par iliade974 le 05/01/2014 07:34
Pas de titre de propriété !!!!! mais chacun habite là ...
Quand à nous citoyens lambdas nous payons à qui mieux mieux...
Pas de titre de proprieté, pas plus que d'assurances of course...
Un peu fort de café tout de même... Et bien entendu chaque moune s'est vu proposer un relogement dans le cadre du RHI mais tres certainement ''lé pas une case a terre mi veut pas''
De qui se moque t'on....

6.Posté par africa addio le 05/01/2014 08:30
il n'y a pas de raison que les réunionnais n'aient pas droit à la même quenelle que les bretons, les promesses n'engagent que ceux qui y croient !

1....je vous croyais un fervent défenseur de la discrimination positive ! Ayrault ne pourrait donc discriminer positivement les bonnets rouges et autres "autonomistes" bretonnants via une préférence pécuniaire pour la région Bretagne ?

7.Posté par ndldlp le 05/01/2014 10:07
Il s agit ici d indemnisation d un phenomene ponctuel..et non d un.sujet relatif à la situation structurelle de la Reunion qui necessite des solutions discriminantes ou derogatoire..

8.Posté par africa addio le 05/01/2014 10:27
je ne suis pas sur que vos amis gaucho indépendantistes bretonno-bretonnants partagent ce point de vue quant à la situation structurelle de la Bretagne ! la concurrence dans la victimisation est rude semble t'il.....

9.Posté par L''''Ingenu le 05/01/2014 10:28
Les Réunionnais seraient -ils d'éternels mécontents rouspéteurs ,comme on le dit souvent ou alors y a t-il les "professionnels" de la contestation systématique qui saisissent toutes les occasions de se manifester???
On a reproché au gouvernement et à Lurel ,il y a peu de temps, de ne pas nous accorder le même traitement que la Bretagne (5 départements ! ) ... CETTE RÉGION est touchée ,actuellement par par de graves intempéries ,elle aussi ,depuis plusieurs jours . LUREL EST VENU ,RAPIDEMENT VOIR SUR PLACE , L’ÉTENDUE DES DÉGÂTS : on lui reproche ce déplacement . IL ANNONCE que "les Réunionnais bénéficieront du même traitement égalitaire que les sinistrés bretons " :on n'est toujours pas content ET L'ON SOUHAITERAIT (???) pour la Réunion , une "discrimination positive" ,sans préciser en quoi elle consisterait . Et ,l'on remarque même qu'il n'utilise pas "la langue châtiée" de Molière !!! INCROYABLE , MAIS VRAI ! VOILA LES PRÉOCCUPATIONS ESSENTIELLES DE CERTAINS COMPATRIOTES , AU LENDEMAIN D'UN CYCLONE QUI A DÉVASTÉ ET ENDOMMAGE SÉRIEUSEMENT NOTRE ILE !!!!

10.Posté par noe le 05/01/2014 10:36
Tout doit être fait pour aider ceux et celles qui sont dans le besoin , qui souffrent , qui n'ont pas de boulot ...
La solidarité !

11.Posté par AREQUIOM le 05/01/2014 11:15
QUEL POUVOIR MR LE MINISTRE. J ESPERE VOUS ALLEZ METTRE DE L OR

DRE

12.Posté par Mamba noir le 05/01/2014 11:59
D'accord avec post 9.

Beaucoup de râleurs ne savent même pas ce qui se passe en Bretagne actuellement (à trop se regarder le nombril n'est-ce pas ?) et poussent des cris ridicules "nou lé pas plis nou lé pas mwin que la bretagne"... sur les réseaux sociaux surtout berkkkk

franchement... consternant.

13.Posté par iliade974 le 05/01/2014 12:55
Certains ne savent meme pas ou situer la bretagne sur une carte de France....
Alors imaginer leur parler des problemes sociaux que rencontre cette région.....

14.Posté par jason bourne le 05/01/2014 13:07
une fois de plus censuré !!

post 5

+1 bien sur on squatte un terrain on construit ... et on demande le ramassage des ordures l adsl sans payer d'impôts locaux

15.Posté par cireur de pompe le 05/01/2014 13:36 (depuis mobile)
L idiot africa..va lire les stat comparatives des regions dom y compris.

16.Posté par africa addio le 05/01/2014 15:23
les stats ? celles qui disent que le chômage et la délinquance baissent ?

y'a bon bwana.....moi y en a courir toubab ! le travail au noir est inclus dedans ??? les femmes "seules" aussi ? et les pécheurs de bichiques au RSA, combien sont ils en Bretagne ?

Les stats sur les planteurs qui ne trouvent personne pour couper la canne sont elles aussi présentes ?

17.Posté par iliade974 le 05/01/2014 16:21
Huguette dobout sur lo mur ek son bottes noire !!!
Manque plus que le fouette et Mr LUREL i pense des choses ..... LOOOOL

18.Posté par africa addio le 05/01/2014 18:15
7....tu causes comme Marine ! La situation structurelle de France nécessite des solutions discriminantes ou dérogatoires telles que la préférence nationale, la discrimination positive des français, et le patriotisme économique.


Alors que Marine ne fait aucune différence entre les français quelle que soit leur origine ethnique....tu voudrais donc pouvoir t'en prendre non seulement aux étrangers mais en plus aux français non ethniquement "réunionnais" !

Comment peux tu taxer le FN de racisme alors que tu proposes leur programme avec des discriminations non seulement contre les étrangers mais en plus entre français ???


Il y a là une incohérence majeure, taxer Marine et le FN de racisme à tout va....et vouloir faire comme eux mais à un degré cette fois foncièrement raciste puisque discriminant les français selon leurs origines.....tout en se présentant comme un brave antiraciste issu du camp du bien !

19.Posté par L'Ardéchoise le 05/01/2014 19:06
Les Français sont râleurs.
Les Réunionnais sont râleurs.
Les Réunionnais sont français...
CQFD.
...

20.Posté par ndldlp le 05/01/2014 21:08
on va pas revenir sur ce vieux débat des discriminations sectorielles ou géographiques, nécessaire au rééquilibrage des territoires les uns par rapport aux autres.

on va pas revenir sur l'analyse de Ferdinand Mélin-Soucramanien que j'ai déjà cité à plusieurs reprises, sur ce sujet.

on ne va pas revenir "ducon lajoie" parce que tu me les brises menues, pleutre anonyme, sur ce débat.

Regarde donc la réalité des dispositions législatives ou réglementaires s'appliquant à la Réunion, et qui sont notoirement discriminantes dans des biens des domaines :

sur rémunération des fonctionnaires
fiscalité des entreprises et des ménages
statut des fonctionnaires quant aux droits à la retraite et le calcul des annuités
statut RUP / région de Métropole

Le fait de rajouter le principe de la discrimination à l'emploi, cantonnée au public, avec obligation d'affectation pour un premier poste (ce que je propose depuis bien longtemps, relis donc ma prose sur le sujet triple buse!!) hors Réunion, et une durée limitée d'occupation d'un poste à la Réunion (cf la parenthèse précédente) pour les fonctionnaires natifs, d'origine réunionnaise..en quoi cela serait différent de ce qui se passe déjà dans d'autres départements ou territoires au statut spécifique Outre Mer ??!!!

pour le privé, je l'ai déjà sur-écrit, l'actionnaire fait ce qu'il veut ! l'outil du service public, par contre, peut montrer l'exemple en matière de lutte contre les dérives de quelques uns.

tu m'as bien lu ? c'est bon ou il faut que je le réécrive ?!!

africa idio..!

21.Posté par ndldlp le 05/01/2014 21:10
les stats de tous ordres ! triple con.

22.Posté par cireur de pompe le 05/01/2014 21:43
dans le même sens que proposé par ndldlp:

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/root/bank_mm/pdf/Conseil/positives.pdf

---------------------
[...] PAGE 7 :

Les distinctions opérées pour l'accès aux emplois, ou en matière de droit civil, en
raison de l'appartenance à une entité géographique, religieuse ou ethnique sont
impossibles sauf base constitutionnelle expresse.
Mais, même dans ce cas (qui ne se rencontre qu'outre-mer), le Conseil
constitutionnel fait une lecture stricte des dérogations constitutionnelles au principe
d'égalité.
Il a ainsi jugé qu'en abolissant la polygamie et la répudiation pour les Mahorais de
droit civil local atteignant l'âge requis pour se marier au 1er janvier 2005, le
législateur n'avait pas violé l'article 75 de la Constitution aux termes duquel : « Les
citoyens de la République qui n'ont pas le statut civil de droit commun (...) conservent
leur statut personnel tant qu'ils n'y ont pas renoncé » (n° 2003-474 DC du 17 juillet
2003, cons. 26 à 30).
Dans le même esprit, et alors que la révision constitutionnelle de mars 2003
permettait d'instituer en Polynésie une certaine « préférence locale » pour l'accès
aux emplois et pour les transferts de biens fonciers, le Conseil a fait une stricte
interprétation de ces dispositions constitutionnelles en vérifiant que la préférence
jouerait à mérites égaux pour l'accès aux emplois et en censurant un critère
renvoyant indirectement à l'appartenance ethnique pour les transferts de propriété
(n° 2004-490 DC, cons. 8 et 30 à 34).
-----------------------

et plus loin (page 8 et suivant) :
Décision n° 2004-490 DC du 12 février 2004 (Statut de la Polynésie française)
[...]
Quant aux compétences de la Polynésie française lui permettant de prendre des
mesures particulières en faveur de sa population
[...]
30. Considérant qu'aux termes de l'article 1er de la Constitution : " La France est une
République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la
loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte
toutes les croyances. Son organisation est décentralisée " ; que, conformément au
premier alinéa de l'article 72-3 de la Constitution, " la République reconnaît, au sein
du peuple français, les populations d'outre-mer, dans un idéal commun de liberté,
d'égalité et de fraternité " ; qu'en vertu du dixième alinéa de l'article 74 de la
Constitution, la loi organique peut déterminer, pour les collectivités d'outre-mer qui
sont dotées de l'autonomie, les conditions dans lesquelles " des mesures justifiées
par les nécessités locales peuvent être prises par la collectivité en faveur de sa
population, en matière d'accès à l'emploi, de droit d'établissement pour l'exercice
d'une activité professionnelle ou de protection du patrimoine foncier " ;
[...]
32. Considérant que l'article 18 de la loi organique détermine les conditions que doit
respecter la Polynésie française si elle envisage de prendre des mesures favorisant
l'accès à une activité professionnelle salariée ou non salariée " au bénéfice des
personnes justifiant d'une durée suffisante de résidence sur son territoire ou des
personnes justifiant d'une durée suffisante de mariage, de concubinage ou de pacte
civil de solidarité avec ces dernières " ; qu'il prévoit notamment que " les mesures
prises en application du présent article doivent, pour chaque type d'activité
professionnelle et chaque secteur d'activité, être justifiées par des critères objectifs
en relation directe avec les nécessités du soutien ou de la promotion de l'emploi local
" ; que, dans ces conditions, l'article 18 n'est pas contraire à la Constitution ;

[...]
Extrait des commentaires aux cahiers du Conseil constitutionnel n° 16

Les articles 18 et 19 de la loi organique sur le statut de la Polynésie françaisejouent
un rôle particulier puisqu'ils entendent mettre en oeuvre les dispositions du dixième
alinéa de l'article 74 de la Constitution qui habilitent désormais les collectivités
d'outre-mer dotées d'un statut d'autonomie à prendre certaines mesures « de
discrimination positive » en faveur de leur population, en vue d'assurer la protection
du marché du travail local et celle du patrimoine immobilier local.
Le Conseil constitutionnel a déjà eu à connaître de semblables entorses au principe
d'égalité à propos de la Nouvelle-Calédonie. Il les a admises en raison de leur
fondement constitutionnel, mais les a interprétées dans la stricte mesure nécessaire
à l'application de prescriptions constitutionnelles dérogatoires (il s'agissait en 1999
de l'accord de Nouméa « constitutionnalisé » par l'article 77 de la Constitution issu de
la révision du 20 juillet 1998).
----------------------------------

voilà, comme dirait ndldlp, africa super idio... à vouloir comparer les nécessités des territoires OM à la problématique posée par le Fhaine, ce parti nauséabond..


allez , soit beau joueur..tombe le masque que l'on rigole..

23.Posté par severin le 05/01/2014 22:29
@16/18/22 Conclusion,si la merde avait de la valeur les pauvres n'auront plus de trou du cul pour chier.(Roucas dans les années 80) in yab des Yvelines

24.Posté par africa addio le 06/01/2014 04:16
tu ne réponds pas sur le racisme de tes propositions préférencieuses et discriminantes et leur coté FN en bien pire puisque basé sur une discrimination ethnique......


Tout ton blabla sous tes deux pseudos n'est que de l'enfumage pour ne pas avoir à répondre à cette question fondamentale...., et pourtant clairement posée !

COMMENT OSES TU TAXER LE FN DE RACISME ALORS QUE TON PROGRAMME DE DÉFENSE DE L' EMPLOI EST LE LEUR EN PIRE ?


Je comprends que ça te les brises menu qu'un "antiraciste" affirmé de ton espèce se retrouve le nez mis dans sa propre merde raciste....mais je suis sur qu'un intellectuel courageux tel que tu prétends l’être trouveras le moyen de nous expliquer succinctement, sous un seul pseudo, sans jargon, ni copié collé ni insultes....cette contradiction antiraciste et cette similitude évidente avec les propositions FN !


OU alors on peut faire autrement....si tu es incapable mentalement d' admettre la similitude de tes positions avec celles du FN........EXPLIQUES NOUS EN QUOI TU ES DIFFÉRENT ET POURQUOI LES PROPOSITIONS FN SERAIENT RACISTES ET PAS LES TIENNES !!

25.Posté par ndldlp le 06/01/2014 13:57 (depuis mobile)
Encore une fois ducon, les mesures discriminatoires visant à corriger les ecarts à la norme sont constitutionnelles. Cela t ennuie. Ce n.est pas mon probleme.
il n.y a pas de racisme là dedans.

26.Posté par Choupette le 06/01/2014 15:52
2.Posté par severin

" ...BOUCLATION?", ça doit être de l'antillais ou de lentillais. :-)

Il est sûrement copain avec le Franky de Free Dom "il faut que les gens atteindent ...". Une autre formulation maison du verbe atteindre à la 3ème personne du pluriel.

27.Posté par africa addio le 06/01/2014 18:42
ne te réfugies pas derrière la constitution....le conseil constitutionnel ne s'est pas prononcé pour les DOM, les textes qui prévoyaient des avantages pour les profs domiens retoqués...( il ne suffit plus d’être bien né mais d'avoir des intérêts dans l’île...) seul ton obscur copain prof de droit qui fait des piges au conseil a pondu un rapport à ce sujet qui a d'ailleurs atterri à la poubelle.....par contre le projet de marine que tu qualifies de raciste est bien dans l'esprit de la constitution !

Jamais un projet qui prévoit de discriminer les gens selon leurs origines ethniques ne passera en métropole ou dans un DOM....a contrario de la préférence accordée à tous les nationaux quelle que soit leur origine (fonctionnaires par exemple ) prônée par le FN , idée remontant au Front Populaire !


Si vraiment tu veux améliorer la vie des Réunionnais qui résident ici et sont français, sois cohérent et vote FN....ceux ci seront enfin prioritaires au niveau logement et emploi par rapport aux étrangers....à moins que tu n'en ais rien à battre des réunionnais et que seule ta zoreilophobie guide tes choix, ce qui est la seule explication à ton comportement incohérent !


Tu ne nous as toujours pas expliqué en quoi ton programme serait différent de celui du FN, Marine raciste et pas toi le zoreilophobe primaire....serais tu gêné aux entournures lorsque l'on te fout le nez dans tes contradictions ?

28.Posté par ndldlp le 06/01/2014 20:56
27.
en.plus tu ne sais pas lire le contenu des liens indiqués par cireur de pompe.. ton cas est grave.. les données fournies sont precises et opposables à tout à chacun qui sait un temps soi peu lire..

retourne au cp l idiot..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales