Société

Loin de faire l'unanimité, la Charte du Parc National est soumise à l'avis des Réunionnais

Même s'il ne s'agit pas d'un référendum, les Réunionnais pourront donner leur avis sur la future charte du Parc National de la Réunion via la procédure d'enquête publique lancée dès demain et jusqu'au 24 janvier prochain. L'objectif est de placer la Charte du Parc National - critiquée par une partie de la population et certains élus - au coeur du projet de territoire réunionnais.


"Avec l'enquête publique il s'agit, après une phase d'élaboration, d'élargir le cadre de la concertation à la population, qu'elle donne son avis et dise ce qu'elle pense de ce projet", explique Emmanuel Braun, directeur adjoint du Parc National de la Réunion. L'enquête publique va être lancée dès demain et jusqu'au 24 janvier à la Réunion. Elle a pour but de sensibiliser le public à l'élaboration de la Charte du Parc National. Le dossier de charte est consultable dans toutes les mairies des communes de l'île et sur internet à l'adresse suivante : www.reunion-parcnational.fr

"Il s'agit de faire part des avis de façon classique mais en aucun cas il s'agit d'un référendum", précise-t-il. En clair, les Réunionnais ne sont pas consultés pour dire si "oui ou non" ils veulent l'application de la charte. "On est là pour écouter les avis et dire ce qui est encore perfectible sur le sujet", souligne Emmanuel Braun. Il faut dire que la Charte du Parc National est loin de recueillir l'unanimité auprès de la population comme des élus réunionnais. Plusieurs communes ont donné des avis favorables avec réserves ou même défavorables sur l'application de la charte sur leur territoire.

"Une cabale inutile à mon sens"

Pour le président du Parc National, Daniel Gonthier, il est nécessaire de rétablir quelques vérités. "Il y a une cabale inutile à mon sens", explique-t-il. "Rien ne changera dans le coeur du Parc après la mise en place de la Charte. Ce qui était valable sous la gestion de l'ONF ou du Département le sera tout autant avec le Parc (ndlr: désormais 'guichet unique')", précise Daniel Gonthier.

"Je veux inciter les gens à parler et à écrire", ajoute-t-il. Pour cela, Daniel Gonthier entend prendre "son bâton de pèlerin" pour délivrer la bonne parole dans toutes les communes encore réfractaires à l'idée de l'application de la Charte du Parc National. "Notre rôle est de sensibiliser autour d'un projet d'adhésion global. Mais ces communes pourraient dire non, car l'application de la charte n'est pas obligatoire", rappelle le président du Parc National. Pour convaincre les communes, Daniel Gonthier a encore un an devant lui avant que la charte ne soit mise en application. "Mon rôle est d'avoir toutes les communes autour de nous", explique-t-il.

Quant à la population, elle est invitée à donner son avis pendant les deux prochains mois pour que la charte reflète du mieux possible le "projet de territoire réunionnais", conclut Emmanuel Braun.
Lundi 3 Décembre 2012 - 14:56
Lu 1318 fois




1.Posté par John Galt le 03/12/2012 14:31
Gonthier est un menteur spoliateur qu'il cesse son commérage

2.Posté par arrogance du parc le 03/12/2012 15:08
"Il s'agit de faire part des avis de façon classique mais en aucun cas il s'agit d'un référendum"

=> voila pourquoi les administrés ont plus intérêt a demander à leur elus en commune de ne pas adherer à la charte que de perdre du temps dans cette consultation de facade.

3.Posté par CITOYENS ETANG SALE!!!. le 03/12/2012 15:24
les enquêtes publiques sous la forme actuelle qu'on connait sont inutiles!. car certains maires ne respectent déjà pas les doléances des citoyens! exemple : maire de l’étang salé concernant l'extension de la STEP sur sa commune , a ce jour il n'a toujours pas exécuté le jugement du tribunal alors qu'il a été condamné.,??

4.Posté par Sansblague le 03/12/2012 16:10
Et c'est qui le commissaire choisi?

5.Posté par noe le 03/12/2012 18:04
Est-ce que ça sert à quelque chose tout ce cinéma de mauvais goût ?
On protège point barre !

6.Posté par Didier Moulbite le 03/12/2012 19:23
Voilà une façon bien habituelle maintenant et hypocrite de pouvoir ensuite dire que les réunionnais ont été impliqué dans les décisions que, de toute façon, on va leur imposer.

7.Posté par timagnol le 03/12/2012 19:27
Le véritable pouvoir de mettre un terme à ce phagocytage administratif de l'espace réunionnais, du moins de ce qui reste face au défi d'une population de 1 million d'habitants en 2030, est entre les mains des élus. Seul l'avis des conseils municipaux compte. La consultation du pékin lamda, c'est pour la graisse de l'ineffable Mr Bean et de guignolette, la directrice par défaut.

8.Posté par jdelemaire le 03/12/2012 19:50
Il ya manifestement un problème de "gouvernance" du projet parc national et de l'établissemnt public.
Plus de 80 personnes dans le conseil d'administration; un conseil scientifique très introduit dans la haute adminitration; un conseil des usagers non constitué ... tout cela laisse les mains libres à quelques personnes de l'administration qui n'ont aucune "responsabilité" locale.
Si l'on veut que la parc vive, dans un esprit de compromis qu'exige la double mission de conservation et de développement humain des hauts, il est indispensable d'organiser un équilibre des pouvoirs et une représentantation des différents intérêts en présence obligeant à un arbitrage permanent. Avec des représentants qualifiés, reponsables devant leurs pairs et la population, des parties en présence, et regroupés à parts égales dans un conseil d'administration ne comptant pas plus de 18 membres, 1/4 pour l'administration d'Etat, 1/4 pour les scientifiques y compris des sociologues et ethonologues dont le mode de désignation doit être revu, 1/4 pour les collectivités publiques locales, 1/4 pour les usagers élus par un collège d'associations et d'entreprises locales...
Mais tout ceci ne fait pas partie de la consultation publique lancée sur les "objectifs" et quelques principes? Sur ceux-ci, on pourra être d'accord sur le papier. Mais qui les mettra en oeuvre et avec quelle responsabilité? Les objectfs du Parc ne vaudront que si dans la pratique leur mise en oeuvre n'échappe pas à une responsabilité locale assumée et équilibrée.

9.Posté par Bureaucrate le 03/12/2012 19:59
Parc national du Mercantour: les "shérifs" dégainent, les locaux se rebellent


(...) Intarissables, ils vous racontent comment les gardes les verbalisent pour un oui ou pour un non; une tente plantée à 18H45 au lieu de 19H00


=> Dans la charte de gonthier , c'est écrit "de 18H00 à 7H00". prévoir donc de ranger la tente mouillée le matin et de la monter le soir à la nuit tombée. On pouvait comprendre que les campement avec groupe électrogène soient reglementé mais là, on passe d'un extreme à l'autre

10.Posté par KIKI le 03/12/2012 20:03
YA PLUS DE REUNIONNAIS DE TOUTE FACON ! SI SDF

11.Posté par Bureaucrate974 le 03/12/2012 20:14
8.Posté par jdelemaire

la "democratie du conseil d'adminstration" ca c'est du pipo la galerie, la grosse escroquerie de merlin le traitre, puisque dans la charte les pleins pouvoirs sont accordés à la directrice.

12.Posté par Gran Moune Roger le 03/12/2012 21:45
Le classement de l'Ile de la Réunion au patrimoine mondial de l'humanité a fait connaître la Réunion au monde entier.
Dans tous les pays un classement à l'Unesco est ressenti comme une fierté.
Il n'y a qu'à la Réunion que quelques personnes ne pensent quà leurs interêts personnels et ne voient pas l'interêt général.

13.Posté par Le Comité du patrimoine mondial le 04/12/2012 05:35
Félicite l’Etat partie d’avoir pris la décision d’abandonner le projet de production
d’énergie géothermique en tenant compte de la nécessité de maintenir la valeur
universelle exceptionnelle du bien


--------------------------------------------------------

Modalités d’application de la réglementation en cœur

I. Pour les travaux, constructions ou installations en énergie géothermique, l’autorisation dérogatoire du conseil d’administration peut être délivrée dans les cas, suivants, sous réserve que les installations envisagées, en cas d’exploitation future, soient situées hors du cœur du parc national :

1° Les forages géothermiques exploratoires.

=>c'est cette meme autorisation delivrée par le bureau du parc (Gonthier, la SREPEN, les autres elus corrompus) en décembre 2008 qui a fait capoter le classement en 2009. Il a falu que ce soit Didier Robert qui abandonne le projet que le parc avait validé lui meme !!!

14.Posté par martinebonbois le 04/12/2012 09:14
12.Posté par Gran Moune Roger le 03/12/2012 21:45 |

Avec 30% de chômage, 52% de réunionnais sous le seuil de pauvreté, une démographie galopante, un espace réduit, ou imagine pas gran moune roger à quel point les réunionnais lé fière avec ce classement obtenu par des gens surémunéré et peuvent quitter l'ile pour partir en vacances.

15.Posté par pn974 le 04/12/2012 09:42
A la Réunion on met les éleveurs à la porte, en Métropole Jacques Merlin, ancien chef de mission de création du parc de la réunion met le loup à la porte du parc pour sauver l'élevage.


http://www.midilibre.fr/2012/10/18/le-parc-des-cevennes-delibere-contre-le-loup,580165.php#

16.Posté par John Galt le 04/12/2012 09:43
14.Posté par martinebonbois le 04/12/2012 09:14 | Alerter
12.Posté par Gran Moune Roger le 03/12/2012 21:45 |

Avec 30% de chômage, 52% de réunionnais sous le seuil de pauvreté, une démographie galopante, un espace réduit, ou imagine pas gran moune roger à quel point les réunionnais lé fière avec ce classement obtenu par des gens surémunéré et peuvent quitter l'ile pour partir en vacances.

Martine notre pépére Roger doit être un nanti , car ne pas comprendre que le maire de bras panon voulait rentrer dans les livres d'histoire , avec ça ce genre d'abruti ne fera rien pour résoudre les 50 % de chomeurs ni résoudre à faciliter la création d'entreprise ces abrutis préfèrent créer des emplois de fonctionnaires inutiles grassement payer pour venir vous taxer et vous réprimander parce que vous aurez déplacé un caillou il faut bien qu'ils justifient le salaire

17.Posté par Hardi le 04/12/2012 11:23
Pourquoi le Maido a-t-il brûlé ?

Parce que des réunionnais ont pu- à tort ou à raison-se sentir exclu de sa gestion. C'est un secret de Polichinelle et s'il n'y a pas eu d'enquête judiciaire (ou presque) c'est justement car on pense savoir qui a incendié le Maido : des agriculteurs/éleveurs des hauts (et ça ferait un peu "tâche" si ça sortait dans les journaux...).

Si ce Parc entend fonctionner comme la réserve marine c'est-à-dire si une poignée de "scientifiques" s'approprient le domaine public à la faveur de ses dadas et lubies personnelles (fascination des requins pour les gens du conseil scientifique de la réserve par exemple), on court à la catastrophe comme avec la crise requin.

Oui à la protection du patrimoine naturel mais non à l'exclusion de l'homme de son territoire. On doit pouvoir faire changer certaines habitudes (toute tradition n'est pas bonne) mais sans infantiliser les gens ni les traiter avec condescendance.

et puis....ras-le-bol de ces fonctionnaires ou assimilés qui pensent savoir ce qui est bon pour nous : ils ne sont pas élus, ils n'ont AUCUNE légitimité.

18.Posté par combronne le 04/12/2012 12:19
incroyable: la charte prevoit des hotel dans les zones naturelles de coeur de parc, chose que l'ONF n'a jamais fait depuis qu'elle gere nos espaces naturels. Avec 30% de chômage, 52% de réunionnais sous le seuil de pauvreté, une démographie galopante, un espace réduit, le parc national brade notre patrimoine et donc notre avenir aux promoteurs et à la finance.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales