Blog de Pierrot

Licenciement d'un syndicaliste à Air Austral : Gérard Ethève a raison

Lundi 3 Janvier 2011 - 10:06

La CFDT proteste contre le licenciement d'un de ses responsables syndicaux à Air Austral. Selon elle, il faudrait voir là une nouvelle preuve de la dictature que fait régner Gérard Ethève sur ses employés.

Avec Antoine Franco, je suis sans doute celui qui ai le plus critiqué Gérard Ethève par le passé. Non pas sur sa gestion, qui a permis à Air Austral de devenir la meilleure compagnie de la zone en matière de qualité de service à bord, mais plutôt sur sa gestion humaine digne de Mme Desbassyns et sur son échec sur la mission qui aurait dû être la sienne d'offrir des billets d'avion à bas coût aux Réunionnais, du fait des subventions publiques qu'il a reçues.

Si je suis critique, je ne suis pas dans une critique systématique. C'est pourquoi j'affirme sans détours que Gérard Ethève a parfaitement raison de licencier ce délégué syndical CFDT.

Quels sont les faits? Cet employé d'Air Austral travaille sur la piste. A ce titre, il bénéficie d'un badge délivré entre autres par les forces de police et de gendarmerie et par les douanes puisqu'il s'agit d'une zone extrêmement sensible et que tous ceux qui y travaillent doivent avoir un casier judiciaire irréprochable.

Et cela se comprend aisément. Ces personnels travaillent quotidiennement au contact des avions et sont donc exemptés de contrôles. On leur donne une accréditation à leur embauche, après une enquête sévère, et ils sont ensuite libres de travailler sans surveillance.

Par contre, en cas de problème grave, cette accréditation leur est immédiatement enlevée, et ils ne peuvent donc plus accéder à la piste.

Dans l'affaire qui nous intéresse, cet employé a récemment été condamné par le tribunal correctionnel pour escroquerie à l'assurance. Il avait mis le feu à sa voiture pour toucher la prime.

C'est donc tout naturellement que les forces de l'ordre lui ont retiré son accréditation. Conséquence : comme il ne pouvait plus exercer son travail, Air Austral a engagé une procédure de licenciement.

On est dans le même cas de figure qu'un chauffeur de bus qui perdrait son permis. Son licenciement serait parfaitement justifié.

La CFDT ne conteste pas ces faits. Elle demande simplement que l'employé indélicat soit muté sur un poste dans un bureau. Outre le fait que si ce poste n'existe pas, il n'y a aucune raison d'en créer un, et d'alourdir ainsi inutilement les charges de l'entreprise, je comprend parfaitement que Gérard Ethève n'ait pas envie de conserver dans son personnel quelqu'un qui a été condamné pour escroquerie... D'autant qu'il se dit parmi le personnel d'Air Austral qu'il n'en était pas à son coup d'essai !

Si les syndicats veulent être crédibles, il faudrait qu'ils apprennent à arrêter de défendre l'indéfendable...
Pierrot Dupuy
Lu 2573 fois



1.Posté par vihache le 03/01/2011 10:44

Il (le syndicaliste) a joué (au con), il a perdu, rien ne va plus pour lui.

Il ne faut pas croire qu'être délégué d'un syndicat, c'est un permis de faire n'importe quoi !

2.Posté par Mounoki le 03/01/2011 11:09

"Gérard Ethève a raison" : La justice Zinfos a tranché...lol

3.Posté par Billou le 03/01/2011 12:05

"D'autant qu'il se dit parmi"… ladi lafé ? ou véritable information ?
Ladi lafé !

4.Posté par noe974 le 03/01/2011 12:09

Ce patron a raison de mettre à la porte cet employé escroc .... Un jour il risque de faire une connerie sur un avion et alors-là bonjour les dégats !

La législation du travail devrait permettre à tout chef d'entreprise de licencier quand ça ne va plus avec les employés : insultes , grêves inutiles pour casser l'outil de travail ...employés non productifs=souvent absents=malades imaginaires ...

C'est un grand patron ! Il sait que dans le monde des affaires , on n'a pas de blaguer : les incapables .... à la porte (surtout que beaucoup attendent un boulot !)

5.Posté par Choupette le 03/01/2011 12:56

"... que l'employé indélicat soit muté sur un poste dans un bureau...".
Pourquoi pas un poste de directeur pendant qu'on y est ?
Après avoir lu les écrits de la personne concernée, je ne pense pas qu'elle ait une quelconque qualification ni les aptitudes pour travailler dans un bureau quelqu'il soit.
Pour le syndicat, il faudrait créer un poste de complaisance pour un monsieur qui sait à peine lire et écrire.
C'est vraiment dénigrer le personnel administratif tous domaines confondus; surtout ceux qui ont fait des études pour être assis derrière un bureau et qui exercent leur métier avec professionnalisme.
Di à li prend un grat' plitôt.

6.Posté par anonyme le 03/01/2011 13:19

Mon cher Pierrot,
pour etre précis, un aéroport est divisé en 2 zones: la zone publique ou coté ville et la zone reservée ou coté piste (selon la nouvelle reglementation européenne applicable depuis le 29 avril 2010).
pour accéder à la zone coté piste il faut soit etre en posséssion d'une carte d'accès à bord soit etre autorisé à y penetrer. C'est le Prefet qui délivre non pas une accréditation mais un TCA ( Titre de circulation Aéroportuaire) qui définit également la zone à laquelle le titulaire peut prétendre ( F=fret, P=Passager, B= Bagages, A=Avion etc..)
Vous avez raison, pour obtenir un TCA, des conditions particlières sont nécessaires . et une enquète est exigée par le Prefet afin d'habititer le titulaire.
il est évident qu'une condamnation pour certains délits est rédhibitoire et souvent une des consequence est le licenciement si une solution de repli n'est pas possible dans l'entreprise.

7.Posté par ANONYME977777 le 03/01/2011 13:54

Je suis rarement d'accord avec Monsieur DUPUY!! Mais sii cette information se confirme, je pense que Air Austral a eu parfaitement raison de licencié cet individu!! Et dire qu'il s'est posé en victime devant les caméras et micros des médias de la place!! Il avait oublié de nous donner les raisons de son licenciement!!

8.Posté par @noe974 le 03/01/2011 14:30

Est-ce que les employés peuvent virer les patrons-voyous ?

9.Posté par jumeau_974 le 03/01/2011 14:58

Il me semble avoir lu sur clicanoo que le syndicaliste en question avait fait appel, et ce qu'il était reproché à la compagnie c'est de ne pas en avoir tenu compte. Elle doit attendre le verdict de la Cour d'appel

10.Posté par Billou le 03/01/2011 16:05

Et, comme on a pu le lire ici, il risque quoi Ethève pour engraisser sa famille sur le dos de l'entreprise qu'il dirige ?

11.Posté par franck le 03/01/2011 18:11

je vois que le post 10 billou est en faveur des délinquants
c'est bien
quoique l'on en pense, la personne incriminée, si les faits sont avérés, ne peut plus travailler là.
quant au reproche du post 10, il est assez surprenant. chacun travaille aussi pour sa famille.
mais les frustrés s'expriment très souvent sur ce site internet

12.Posté par citoyen le 04/01/2011 07:00

Zinfos974 serait sensible à mes posts sous les articles antiAA? J'ai la prétention de le croire. Il est temps en tous cas d'arrêter ce flngage systématique contre AA. A mon avis. Mais zinfosç974 reste bien sûr tout à fait libre d'écrire et publier ce qu'il veut.

Sur le fond, je suis réservé sur 2 points:

1 - Cet employé fraudeur a été condamné pour une affaire privée: si on peut lui enlever son accréditation, on peut le recaser ailleurs (dans une entreprise de 900 personnes...) alors qu'il n'a pas commis de faute dans son travail. C'est le point de vue du syndicat que je tends à partager. Même si je comprends qu'on veuille se débarasser d'un tel indélicat à la moralité douteuse...


2 - Comment un tel syndicat peut continuer d'accepter dans ses rangs en tant qu'élu un condamné? Moralement, c'est contestable et problématique. Il ferait mieiux de faire profil bas.

En tous cas, cela montre que les syndicalistes ne sont pas tous des "saints".....

13.Posté par jojo le 04/01/2011 08:19

Tout à fait d'accord avec Mr Dupuis ,il y a une réglementation à respecter ,cela n'a pas été le cas .Les syndicats ont bien essayé de mobiliser les troupes,sans succès 'pour soutenir cet agent (CFDT ,CFTC ).Il doit assumer les conséquences de ses actes ,et bravo aux syndicalistes qui n'ont pas foncé tête baissée dans cette brèche "du pauvre DS attaqué par le patronat ",bravo pour votre lucidité et votre sens de la mesure .

14.Posté par tardigrade le 04/01/2011 12:57

Pierrot deux choses.
1°) sur le fond tu as totalement raison sur les explications concernant les accès aux pistes et la suite. Pour le reste sur la création d'un poste de bureau et la suite, c'est un pb interne à l'entreprise et qui les regarde.
2°) sur le plan purement juridique. Encore une fois deux points.
- A : Effectivement cette personne a été condamnée par le tribunal correctionnel (j'étais), cependant, il me semble qu'elle aussi fait appel de sa condamnation. Comme l'appel est suspensif, et que sa condamnation en première instance n'est pas définitive, elle est toujours présumée innocente jusqu'à son jugement en appel. Elle peut être suspendue, mais pas virée. Les forces de l'ordre ont été un peu vite. Cas d'école : Elle est relaxée par la cour d'appel. Bonjour le bordel....
- B : C'est un délégué syndical et quelque soit la faute qu'il ait commis, l'avis de l'inspection du travail est obligatoire. Il semblerait que cela n'ait pas été fait. Donc faute...
Dura lex sed lex

15.Posté par ledomien le 04/01/2011 18:43

En lisant ces réactions, certaines sont lucides et d'autre données sur le vif sans même connaître le dossier. Mais quand même avant de jeter la pierre, de distribuer la raison, d'accabler, de dire bien fait pou li et tirer à boulet rouge sur ce personnage, à mon sens la seul règles applicables pour ce cas d'espèce, c'est avant tout la présomption d'innocence, que M DUPUY lui même à du faire valoir pour lui même dans sa vie. Dans tout procès l'appel est suspensif, ce qui devrait alerter vos consciences, alors attendons la décision définitive et si ce citoyen est reconnu coupable alors justice sera rendue, arrêtons de polémiquer et laissons la justice faire son travail, et non pas se substituer à elle.

16.Posté par citoyen le 05/01/2011 06:14

Post 14 et 15: d'accord que le jugement n'est pas définitif mais dans le cas présent, on est en face de ce que l'on pourrait qualifier de présomption de condamnation .

Car la présomption d'innocence, c'est quand aucun tribunal n'a statué (ce qui n'est pas le cas ici, un tribunal a statué). Nuance.

Selon wikipédia:http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9somption_d'innocence://

"La présomption d'innocence, telle qu'entendue actuellement dans la plupart des pays d'Europe, se fonde sur l'article 11 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 de l'ONU qui la formule de la façon suivante :

« Article 11. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
»

Et dès la condamnation, l'employeur peut "agir", à ses risques et périls, certes, puisque la décision n'est pas définitive ....

17.Posté par Tardigrade le 05/01/2011 08:57

Post 16 : Avant de raconter n'importe quoi renseigne toi mieux. Dans le droit français une condamnation est définitive lorsque toutes les possibilités de recours ont expirée. Et là on peut parler réellement de culpabilité. Dans le cas de la correctionnel l'appel est suspensif même s'il y a un condamnation à de la prison ferme. Comme tout le temps en france, il y a des exceptions, mais c'est trop compliqué pour entrer dans le détail ici

18.Posté par nicolas de launay de la perriere le 05/01/2011 22:40

"On est dans le même cas de figure qu'un chauffeur de bus qui perdrait son permis. Son licenciement serait parfaitement justifié"

oui exigeons que toutes les personnes contrôlées positives lors des weekend routes bleus, soient licenciées par leurs employeurs...

voilà bien une réflexion saugrenue, mais complètement en phase avec le propos de ce post.. chacun jugera.

dans le privé, c'est bien moins compliqué que dans le public..toutefois, rappelons nous le temps pris pour le cas de ce professeur tenant des propos racistes..

dernier point, un contrat de travail repose sur notamment la confiance entre les parties..une fois cette confiance perdue..le sort en est jeté !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >