Faits-divers

Licenciement abusif : Caroupaye condamné aux prud'hommes


Licenciement abusif : Caroupaye condamné aux prud'hommes
Jean-Bernard Caroupaye a été condamné par le Conseil prud'hommal pour licenciement abusif. Une affaire qui remonte au 21 décembre 2012. Ce jour-là, Sylvie Dijoux, employée en contrat d'apprentissage dans l'entreprise Caroupaye, vient réclamer son salaire, en compagnie de sa mère, à son employeur. Le ton est alors vite monté et une altercation s'en est suivie.

"Le conseil des prud'hommes a estimé que l'attitude de l'employeur était inacceptable et a prononcé la résiliation du contrat de travail aux torts de l'employeur. Le Conseil des prud'hommes a fait droit à des demandes indemnitaires", souligne maître Alain Antoine, avocat de la plaignante.

Le Conseil des prud'hommes condamne donc Jean-Bernard Caroupaye à verser 7.823.03 euros à titre des salaires perçus durant la période de janvier 2013 à septembre 2013, date de fin du contrat d'apprentissage de Sylvie Dijoux. Il condamne également le syndicaliste à payer 5.000 euros à titre de préjudice moral et 500 euros à titre de l'article 700 du code de procédure civile. L'employeur doit également fournir sous 15 jours un certificat de travail et une attestation à destination du Pôle emploi.

Sylvie Dijoux (en blanc) et Maître Alain Antoine
Sylvie Dijoux (en blanc) et Maître Alain Antoine
Une suite au pénal

L'avocat de la plaignante se dit "ravi" de la décision du Conseil des prud'hommes mais avertit qu'une suite au pénal est en cours :

"La partie judiciaire n'est pas terminée avec Monsieur Caroupaye. Une enquête préliminaire est actuellement en cours suite aux agressions qu'aurait fait Monsieur Caroupaye sur Mme Dijoux. J'attends l'issue de cette enquête. Comprenez bien que le Conseil prud'hommal est pour nous un excellent point d'appui pour soutenir la culpabilité éventuelle de Monsieur Caroupaye. Le deuxième round se fera devant le tribunal correctionnel", indique Me Antoine.

Sylvie Dijoux accuse Jean-Bernard Caroupaye et son fils de violences à son encontre. Suite à l'altercation du 21 décembre 2012, elle a en effet eu le nez cassé.

Sylvie Dijoux, qui a été soutenue par l'UFR (Union des femmes réunionnaises) - l'association était à ses côtés ce matin-, se dit "soulagée" : "On avait un peu de craintes par rapport à l'influence qu'il a et le pouvoir qu'il a", explique-t-elle. "Je n'ai pas réussi à tourner la page. On a toujours cette crainte de le revoir sur la route", ajoute Sylvie Dijoux, qui souligne qu'elle est toujours "psychologiquement" affectée par cette affaire. A ce jour, Sylvie Dijoux n'a toujours pas retrouver d'emploi.

Jean-Bernard Caroupaye, qui n'avait pas fait le déplacement ce matin, peut faire appel de la décision du Conseil prud'hommal.
Jeudi 21 Novembre 2013 - 10:39
Lu 3586 fois




1.Posté par PaulHO le 21/11/2013 11:02
Cet homme qui se croit sorti de la cuisse de Jupiter, est l'archétype même de l'individu sans foi ni loi, imbu de lui même, arrogant au possible, primaire sensitif de base et sans scrupules!...


Et ça se croit Syndicaliste, et ça veut devenir grand homme politique...

Quand on vous dit que tout fout le camp!...

2.Posté par Maya le 21/11/2013 11:08
Rien que sur la photo tu vois ce qu'il est ce type.

3.Posté par ti garçon vilain, mais pas couillon le 21/11/2013 11:14
avant alé fé lo "jacquot" dan' chemin, allonge a ou dessus la route pou "donne" out vie pou in combat qui serve out propres z'intérêts, paye out z'employés et arèt fé lo chien ensemb zot!

4.Posté par Pitoyable le 21/11/2013 11:28
Ah ces patrons.... j'ai envie de dire tous les mêmes mais j'ai pas envie de généralisé.... soyez contente madame d'avoir gagné ce procès et d'avoir pu récupérer votre certificat de travail. car à la Réunion bon nombre d'employés n'ont pas cette chance.

5.Posté par Lex le 21/11/2013 12:53
Enfin une condamnation pour ce personnage odieux, il est temps car depuis trop longtemps les procédures établies contre cet individu n aboutissent pas.

"Na un jour y appelle demain " et ce jour c est maintenant.............bon courage Mme.DIJOUX.

6.Posté par almuba le 21/11/2013 14:00
Un bien triste individu!
S'il a un peu de pudeur il devrait éviter de se mettre encore sous les projecteurs.

7.Posté par jhm le 21/11/2013 14:43
DRÖLE DE PATRON, CELUI LA !

8.Posté par pfff le 21/11/2013 14:57
Bloque la route pou faire rembourse à ou les dommages et intérets.

9.Posté par Choupette le 21/11/2013 16:07
M'enfin. Puisqu'il vous dit qu'il mort pour La Réunion !

Ça mériterait une circonstance atténuante, ça, non ?

^ ^
L
==

10.Posté par Titi or not Titi le 21/11/2013 16:14
Minable Individu !!
Et ca travaille a la CCIR !!

mon fils tu feras quoi plustard ?
Domenjo ou CCIR !! Sinon Zélus !!

Run Island : Poncs , Rsa , Sharks and Zélus(es) Milliardaires !!

11.Posté par Kaloupillé le 21/11/2013 18:38
Toute Vérité n'est pas bonne à dire à l'île de la Réunion sur ses deux Mégalos.....
CAROUPAYE et MONGIN à Méditer sur leur BUSINESS ......

12.Posté par c.francois le 21/11/2013 18:50
le regard d'un loup enragé c'est sa le type d'élu qui dirige la CCIR , il pas que lui .ce sont des délenq... aux colles blancs.

13.Posté par sa bloque la route pour pouvoir payer? le 21/11/2013 19:46
Aller bloque la route pour pouvoir payer ot salarie

14.Posté par Tonton le 21/11/2013 19:49
Mais c'est un sauvage !

Qu'est qu'il attends l'Untion des transporteurs de le virer de leur syndicat?
Il n'est pas digne de les representer.

15.Posté par ndldlp le 21/11/2013 19:51 (depuis mobile)
Influence et.pouvoir?? Rigolons un peu..

16.Posté par Dom le 22/11/2013 04:51
Ils sont tout simplement abjects. Le père, le fils....

On devrait lui interdire les apprentis et stagiaires à ce Caroupaye ! On imagine comment il doit les traiter !

SALE BONHOMME ! ALLEZ PAYE OUT CHARGES SOCIALES AVANT DE FRIMER...
Et en France, on ne cogne PAS ses employés. On ne cogne pas. C'est tout, c'est la loi.

Un ti séjour Domenjod serait pas du luxe. Histoire de rabattre son caquet à ce prétentieux.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales