Courrier des lecteurs

Lettre ouverte aux territoriaux de la Réunion


L’UNSA TERRITORIAUX DE LA REUNION informe l’ensemble des territoriaux de la Réunion qu’elle ne participe pas à la journée d’action de la CGTR, FSU… du 12/09/2017, décidée par elle-même sur sa ligne syndicale.

Nous rappelons aux territoriaux de la Réunion que la Fonction Publique Territoriale (FPT) est régie par le statut général des fonctionnaires de l'Etat et des collectivités territoriales (et non par le code du travail, excepté pour les agents en contrats aidés). 
A ce jour, plus de 2/3 des territoriaux  est en dehors du statut.

Nous avons entamé en collaboration avec le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale (CSFPT) depuis  un  an, un travail d’identification et d’analyse des pratiques de recrutement et de gestion locale du personnel territorial.

Seize ans après l’état des lieux réalisé en 2000, nous constatons malheureusement que la situation des territoriaux à plus de 65% est toujours HORS STATUT. Hier, une gestion de journalier pour faire fonctionner le service public de proximité, aujourd’hui une gestion grandissante avec des emplois aidés. C’est inacceptable.

Dès la finalisation du rapport CSFPT et les différentes concertations que nous aurons réalisées avec nos partenaires locaux et nationaux, nous vous tiendrons informer dans les mois qui viennent des suites que notre organisation préconisera  pour le plan de « déprécarisation » des territoriaux de la Réunion.

L’actualité accrue à la rentrée 2017 a mis en lumière les difficultés que la gestion locale peut avoir lorsque cette gestion fait reposer les missions de service public de proximité par des emplois aidés (quid ATSEM, sans oublier le personnel de la restauration et celui de la Petite Enfance…).

 Dans notre île, une vraie réflexion s’impose sur le dossier des  précaires chez les territoriaux (les territoriaux de non droit – les territoriaux en contrat aidés).

Nous sommes la seule région et la seule Fonction Publique qui n’a pas eu de plan de « déprécarisation » par la voie législative. Ces plans sont inscrits dans la loi du 12/03/2012 prorogé dans la loi du 16/04/2016.Même le département de Mayotte a le sien depuis 2016. 

Nous participerons et serons force de propositions à tous les niveaux pour que le dossier des territoriaux de non droit qui assument des missions de service public depuis des décennies entre dans le statut. Il en sera de même pour les contrats aidés, dont l’objectif principal est de faire entrer les populations les plus précaires et en difficulté d’insertion vers l’emploi.

A l’aube des assises de l’outre-mer, il est urgent que tous les acteurs locaux intègrent dans les concertations à venir le sujet des précaires territoriaux afin d’aboutir à des solutions pérennes et partagées.

Nous allons désormais nous attacher à informer nos adhérents et nos collègues territoriaux du contenu précis du rapport du CSFPT concernant le dossier des territoriaux précaires de la Réunion ainsi que les préconisations que nous allons formuler au gouvernement et aux élus locaux.

Même si les territoriaux ne sont pas directement impactés  par les ordonnances concernant la loi travail, notre point de vue à l’UNSA, est que, ces projets d’ordonnances sont un pari gouvernemental à haut risque qui ne protège pas suffisamment les salariés 
Revenons, aux mesures directes qui concernent tous les territoriaux, de nombreux points obscurs sont abordés en ce moment et jusqu’au mois d’octobre avec l’ensemble des partenaires sociaux concernant les prochaines réformes qui impacteront le volet salarial dans la Fonction Publique.

Ce « rendez-vous » salarial est en effet prévu le 10 octobre avec le ministre des comptes publics pour fixer les orientations pour 2018. Si ce rendez –vous est manqué alors nous reviendrons vers vous pour une mobilisation.

Le Secrétaire Général de l’Union Régionale UNSA TERRITORIAUX de la Réunion,
Patrick JAYME
Mardi 12 Septembre 2017 - 16:40
Patrick JAYME
Lu 679 fois




1.Posté par geronimo le 12/09/2017 17:44

Question aux syndicats :" Comment ont été recrutés les 3/4 des territoriaux ?" Ce sont aux modalités et aux critères d'embauche que vous devez faire le ménage pour donner du sens à votre action .On ne peut se contenter : mi té colle zaffiches po lo maire , mi té fais campagne po li , mi té assiste à ses réunions , mi té tiens bureau de vote po li , si i fo bataille mi lé la , mi té distribue tracts . Avec autant de compétences et en plus avec un niveau scolaire dépassant la maternelle mi mérite d'être titilaire et fonctionnaire .Heureusement syndicat i veille sur notre sort . Tienbo largue pas .

2.Posté par MICHOU le 12/09/2017 18:59

le problème c'est qu'on embauche hors natifs en général pour des emplois pérennes et des "locaux" sous payés et en situation précaire. il y a la France et la SOU(sf°)France. Comme il y a celle d'en haut et celle d'en bas

3.Posté par MICHOU le 12/09/2017 19:04

UNSA territoriaux sait aussi être sourde et absente quand des agents titulaires en Métropole sollicitent son aide car malgré plusieurs créations de postes sur l'île, et des lettres élogieuses du Département ou des collectivités autres, les postes sont donnés à des héxagonaux ignorant totalement le réseau social sur le territoire, alors que c'est ce qui est demandé sur les profils de postes

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Septembre 2017 - 17:23 Thierry Robert, le roi du buzz à 2 balles

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:55 Contrats aidés au Tampon : Le mépris des nantis