Courrier des lecteurs

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur de la FDSEA-La Creuse


 Lettre ouverte à Monsieur le Directeur de la FDSEA-La Creuse

Monsieur le Directeur,

Vous n'êtes pas sans savoir que les paysans de La Creuse sont loin d'avoir bonne renommée à La Réunion à cause des enfants réunionnais, pupilles de l'Etat, qui se plaignent du traitement infligé par vos agriculteurs hébergeurs. A l'époque de Debré, quelques années seulement après le début de la départementalisation, on a envoyé en Creuse et dans une soixantaine d'autres départements un peu plus de 1.600 pupilles de l'Etat, une vingtaine d'années durant. Ils en gardent un douloureux souvenir. Un historien réunionnais, Sudel Fuma, a épousé, en même temps qu'une des leurs, leurs causes avec la plus grande ferveur en étayant sa pauvre thèse de quelques arguments fallacieux. L'occasion pour lui de rejeter sur Debré cette "déportation" et le servage des pupilles de l'Etat. Et le succès est là : les journaux ont semé à tout vent son argumentation.

Moi-même, fils d'agriculteur, ex-gardeur de vaches, je suis profondément étonné de cette pauvre argumentation qui a eu des échos jusqu'à l'Assemblée nationale ! Les travaux de Sudel Fuma ne citent aucun nom de paysans nazis, aucun nom de fermes où ont vécu les victimes ! Et garder les moutons est considéré par cet historien comme un supplice. C'est fort de café !

J'ai vécu 42 ans à La Réunion. Je sais trop bien l'acharnement du PCR (Parti communiste réunionnais) à vouloir descendre en flèche Michel Debré qui, il est vrai, est loin d'avoir été sans défauts. Mais tout faire pour cuisiner l'histoire de La Réunion avec de gros piments rouges dépasse mon entendement. Aussi aimerais-je redorer un peu le blason des paysans creusois qui, j'en suis sûr, n'ont pas eu un comportement nazi. Pourriez-vous contacter certains d'entre eux ou certains de leurs enfants et leur demander d'entrer en relation avec moi, membre de l'association "Réagissons" ? D'avance grand merci.

Bien cordialement.
Gérard Jeanneau (à Gières)
Mardi 4 Août 2015 - 19:51
Gérard Jeanneau
Lu 608 fois




1.Posté par maçonnerie le 05/08/2015 11:53 (depuis mobile)

Adage creusois : Avec l âge on devient non seulement con mais on renforce sa bêtise primaire.

2.Posté par li le 05/08/2015 13:19

Alors la!
Y a de quoi s etouffer!
Cher ignoble, M. Fuma est mort mais les déportés eux sont toujours là...

3.Posté par A "Ma çonnerie" le 05/08/2015 13:59

Votre pseudo est tout un programme.
Mais vous avez oublié l'espace entre Ma et çonnerie.
Armand Gunet

4.Posté par maçonnerie le 06/08/2015 10:37

3.
Hélas non cher Armand..Maçonnerie s'écrit bien en un seul mot..pour une fois qu'il n'y a rien à redire sur l'orthographe de ce mot ...

mais revenons en à notre révisionniste de pacotille, le gérard...
vois tu Gérard, les réunionnais et notamment les plus jeunes d'entre eux, mineurs, exilés en Creuse, n'avaient pas pour vocation d'être la variable ajustable pour les exploitants agricoles de cette région bien en peine de trouver au sein de leur propre famille, la ressource humaine nécessaire à leurs travaux des champs.

en niant la réalité démontrée par de nombreux historiens, et par deux rapports de l'IGAS, vous vous ridiculisez !

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/024000602.pdf
(page 12 et 13 notamment, courrier de 1968 !)

"quelques uns de ces enfants les plus âgés, placés en apprentissage artisanal ou agricole ont posé certains problèmes d’adaptation ce que (mon prédécesseur), particulièrement averti des problèmes de l’enfance à La Réunion ne pouvait ignorer lorsqu’il a, avec un optimisme exagéré, lancé l’opération » (3°§ de
la p.2) ;
« (...) il devient de plus en plus difficile de trouver des enfants remplissant les
conditions pour migrer valablement en métropole »

page 17 du rapport en lien :
C’est dans ce contexte que le directeur général de la santé, semble-t-il à la suite d’une
synthèse d’informations collectées début 1975 sur les personnes hébergées dans les
aériums réagit à la présence signalée par la DDASS du Gers de « pupilles
réunionnais » dans l’aérium de Saint-Clar et citant explicitement
« un rapport établi par Madame le médecin inspecteur départemental de la santé sur le Centre sanitaire et scolaire de Saint-Clar» indique dans un courrier du 03/09/75 que
« (son) attention a été appelée sur la présence dans cet établissement de pupilles de l’Ile de La Réunion ».Ce courrier adressé au préfet de La Réunion se conclut dans des termes assez vifs :
« Ces « déportations » d’enfants ne suffiront d’ailleurs probablement pas à résoudre le
problème de l’emploi dans les Départements d’Outre-Mer que l’on met en avant pour
les justifier » ; et son dernier paragraphe demande de « tenir informé de la suite que
vous comptez donner à cette affaire »
.

allé tir deux ti bois gérard et armand !

5.Posté par Gérard Jeanneau (alias Bill Boa) le 09/08/2015 18:16

A 4
Mon cher maçon,
Il faut changer de truelle. La maçonnerie va mal. Le rapport de l'IGASS ne parle pas des enfants placés chez les paysans, mais Sudel Fuma en parle, lui : il signale des maltraitances dans ce milieu, mais sans jamais citer le nom d'un paysan ou d'une ferme. Chez ce brillant historien, le récit qu'il propose n'est pas un récit historique, c'est plutôt un conte fantastique où le flou a toute son importance.

Ataleur, avec une nouvelle truelle !

PS - Un bon lien pour un ciment de qualité !

6.Posté par maçonnerie le 10/08/2015 21:33

hélas mon cher jeanneau, affirmer que le rapport ne parle pas des enfants placés chez les paysans alors qu'il en est fait expressément mention, me fait m'inquiéter pour le reste de vos jours.. je vous conseille donc de vous rapprocher au plus vite d'un neurologue, pour que l'on puisse diagnostiquer la nature de votre mal.

si vous ne pouvez supporter que l'on puisse rappeler les mauvaises conditions d'accueil des réunionnais, que l'on en fasse un film, qu'un rapport de l'IGASS le mentionne, que les échanges préfet / DDASS de l'époque mentionne la bêtise qui a prévalu pour la mise en place de ce régime de déportation, et que l'on rappelle que les conditions d'existence dans la campagne creusoise n'étaient pas acceptables pour des jeunes réunionnais, quand bien même ils aient connus des conditions de vie matériellement moindre à celles proposées dans les étables ou fermes qui devinrent leur lieu de dépit... que dire... vous êtes un passionné défenseur de vos valeurs culturelles et éducatives.

pour avoir connu l'un de ces anciens responsables de la DDASS péi lorsque ces pratiques honteuses étaient encore en vigueur, ce qui n'est pas votre cas, comment dire...cacahuète mon jeanneau ?

ah si ! seuls les imbéciles ne changent pas d'avis..faites donc preuve d'intelligence une fois au moins dans votre vie.

et pour finir, faire mention d'un seul témoignage face à une enquête de l'IGASS...c'est faire preuve d'aveuglement..mais avec l'âge..la vue ne baisse t elle pas ??

7.Posté par Bill Boa le 11/08/2015 10:11

A 6
La truelle de mon maçon est toujours bien rouillée : que l'IGASS mentionne que des pupilles soient placés chez des paysans est une chose, que cet organisme ne dise pas comment ils vivent est un pas que l'on n'a pas franchi. T'as compris, mon bon maçon ?

Seul, Sudel Fuma signale des maltraitances, mais sans donner de noms de paysans ou de fermes. Son idée est bien de comparer ces paysans à des nazis pour les besoins de sa cause ! L'historien nous laisse vaillamment sur notre faim.

Par ailleurs l'IGASS a mené des enquêtes, c'est bien son rôle; sa mission s'arrête aux contrôles des services de l'Etat qui a été défaillant après la guerre 39-45 à cause de la misère qui n'a échappé à personne. Et les pupilles, réunionnais et métropolitains, ont dû connaître de mauvais moments. Dans mon pré où j'ai gardé les vaches, je n'avais rien. Je ne connaissais pas la valeur de l'argent : mon bon papa se chargeait de tout. On vivait comme en autarcie. Et les pupilles devaient être traités comme je le fus. C'était ainsi à cette époque.

Mon maçon est-il trop sénile pour comprendre cela ? Je m'excuse de lui torturer un peu ses petites méninges. Bien avant l'âge, sa vue baisse. I fé pitié !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Septembre 2017 - 17:23 Thierry Robert, le roi du buzz à 2 balles

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:55 Contrats aidés au Tampon : Le mépris des nantis