Social

Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles


Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles
 
Aujourd'hui, des milliers de personnes mènent des actions à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes. A la Réunion, cette mobilisation s'est notamment traduite par l'organisation d'un forum au sein de l'hémicycle du Conseil général.

Le Cevif (Collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales) est à l'origine de cet événement. Face à des professionnels du travail social, de bénévoles associatifs et d'élèves, Thérèse Baillif, la présidente du Cevif, a rappelé en préambule combien les violences envers les femmes sont devenues un problème de santé majeur, et de tous.  Les violences envers les femmes, c'est le résultat d'un mélange dangereux entre "problème de société et histoires personnelles", une partie de l'intitulé de ce forum.

Face à un public nombreux, les visages de Coralie (26 ans), Roseline (43 ans), Laure (20 ans, Henria (45 ans), Nadia (45 ans) et Dominique (50 ans) étaient affichés dans la salle. Ces six femmes sont celles qui sont mortes sous les coups de leur compagnon, ou ex, durant l'année 2011. Avant le début du forum, Thérèse Baillif a souhaité leur rendre hommage à travers une minute de silence.

Des débats, des échanges en passant par les travaux en ateliers, une synthèse sera rédigée à la fin de cette journée. Une seule ambition demeure, que ce forum puisse toucher les plus hautes instances, et que des mesures soient prises pour lutter contre ces violences.

Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles

Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles

Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles

Les violences envers les femmes : Problème de société et histoires personnelles
Vendredi 25 Novembre 2011 - 15:23
.
Lu 1089 fois




1.Posté par L'Ardechoise le 25/11/2011 16:48
Elles sont affichées où, les photos des victimes? On ne voit que des hommes, grand format, sur 3 des 4 illustrations de cet article...
Problème de société récurrent, dont la médiatisation a enfin donné la mesure!
Ce n'est pas pour autant qu'un coup de baguette magique va le régler, car comme il est justement signalé, mélangé avec les histoires personnelles, cela devient difficile à combattre et à résoudre.
Les femmes ne chantent plus "y m'fout des coups, y m'prend mes sous, mais je l'ai...ai...aime" mais dans leur tête parfois encore "je l'ai tellement dans la peau qu'j'en suis marteau, c'est mon homme..."
C'est les mentalités qu'il faut changer, c'est à notre jeunesse qu'il faudrait inculquer ce respect du sexe dit faible, mais on est mal barrés!
La femme-objet est une triste réalité, et ça ne va pas en s'améliorant.
Reste à espérer que cette table ronde donnera plus de résultats que les "journées de la jupe"...
Une pensée aussi pour les hommes victimes de violences, il y en a moins que des femmes, certes, mais il y en a!

2.Posté par virginie le 25/11/2011 19:57 (depuis mobile)
vous trouvez normal de placarder des affiches de dire aux femmes de ne pas rester dans le silence....mais quelle sécurité on t elles une fois que elles ont parlé ? personnes pour les protéger...je parlé en connaissance de cause...vive la loi française...

3.Posté par babs le 25/11/2011 21:06
6 femmes ! 6 victimes de trop... Et l'année n'est pas terminée... Plus d'excuses (les fameuses "histoires personnelles" ) pour ces montres ! Il faut des peines exemplaires, aussi bien pour les coups que pour les meurtres.

4.Posté par roule pa el le 28/11/2011 20:04
Bande d'hypocrites, du ramdan pour rien c'est du pipo.

Mme Nassima vous connaissez les appétits sexuelles de votre directeur de communication en rapport à la gente féminine et ça se dit militer en faveur de la violence faite aux femmes.

N'est ce pas mme ELIZEON ?


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales