Santé

Les victimes réunionnaises du Médiator s'en prennent désormais à leurs médecins

Le feuilleton Médiator est parti pour durer. Un peu à la manière de l'affaire du sang contaminé, la recherche des responsabilités se précise pour désormais glisser vers celle des médecins eux-mêmes, en quelque sorte le dernier maillon de la chaîne.


Le cabinet de Me Antoine (au centre) en charge des victimes réunionnaises du Médiator
Le cabinet de Me Antoine (au centre) en charge des victimes réunionnaises du Médiator
 
Nouvel angle d'attaque pour les victimes du Médiator. Après avoir fait vaciller le fabricant Servier, puis l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) dans un second temps, l'avocat de victimes réunionnaises, Maître Alain Antoine, livre une nouvelle approche.

"Ce n'est pas le médecin qui suit à la lettre son Vidal mais l'apprenti sorcier qui utilisait le médicament à toute autre fin", qu'envisage désormais d'attaquer l'avocat saint-paulois.

Une seule mauvaise prescription suffit

Pour l'heure, un médecin en particulier est en ligne de mire de l'avocat qui a pris sous sa coupe la demande du Collectif Mediator Réunion océan Indien. Mais quelle est la limite que s'impose l'avocat pour caractériser l'attitude douteuse d'un professionnel de santé?

"Toute prescription du Médiator contre son usage premier est déjà suffisant", répond l'avocat. Il n'est ainsi pas question de privilégier les mauvaises prescriptions en fonction de leur durée. "Une seule mauvaise prescription suffit pour engager la responsabilité du médecin", précise Me Antoine, ce qui laisse entrevoir une ribambelle de mises en cause. Encore faut-il les prouver.

Même s'il n'est nullement question de chasse à l'homme, le nom d'un premier médecin est pour le moment évoqué, sans évidemment être dévoilé car la justice sera saisie.

Deux actions sont entrevues. Une première au pénal pour mise en danger de la vie d'autrui car "adresser une molécule en contre-indication à un patient nous amène pas loin de l'homicide". En deuxième lame, et en présence d'une faute caractérisée, le juge civil devra également remettre ses conclusions. "A mon avis c'est acquis", affirme, sûr de sont fait, l'avocat en ce qui concerne le jugement au civil.

La "médecine de confort" dans le collimateur

La certitude qui entoure les agissements d'un médecin est complétée par la présence "d'une dizaine de victimes" à qui le Médiator a été prescrit pour maigrir. A écouter l'avocat, ce nouvel angle d'attaque vis-à-vis des prescripteurs eux-mêmes réveillera la conscience d'autres patients lésés qui hésitent peut-être encore.

Sur les autres plans évoqués plus haut, alors que le laboratoire Servier avait fait amende honorable en s'engageant à mettre la main à la poche, le cheminement judiciaire se poursuit vis-à-vis du "gendarme" de la mise sur le marché des médicaments, comme le dit Maître Alain Antoine. La brèche ouverte localement et qui a fait parler jusqu'en métropole sur la mise en cause directe de l'Afssaps est en cours. L'avocat saint-paulois n'en démord pas : "Je suis sûr qu'il y a une dépendance économique de l'Afssaps vis-à-vis de Servier". Un tableau aujourd'hui complété par la "médecine de confort" que fustige l'avocat.
Lundi 25 Juillet 2011 - 11:32
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1701 fois




1.Posté par falcucci pascal le 25/07/2011 13:37


JE LEUR SOUHAITE BONNE CHANCE ET DE RÉUSSIR A GAGNER CE COMBATS !!!!

LEUR AVOCATS SES UN BON !!!ALORS FAITE LUI CONFIANCE !!!

PASCAL FALCUCCI

2.Posté par zorro !!!!!!!!!!!!!!!! le 25/07/2011 15:43
Un bon avocat peut être mais un mauvais médecin bien sur !!!!!!!
On verra le jugement, pour moi les professionnels de santé qui ont prescrit du MÉDIATOR pour les régimes vont être relaxés !!!!!!
On pari

3.Posté par noe200000000000000000 le 25/07/2011 15:56
Il est temps qu'on fasse payer les prescripteurs de ces médicaments somme toute inutile pour maigrir ...

On bouffe n'importe quoi jusqu'au gosier , à n'importe quel moment (l'estomac n'est jamais vide) de la journée ...on se gave de sucreries ...La 1ère responsable est la maman , ne l'oublions pas ...Elle habitue son bébé au sucre dès la naissance au lieu de lui donner ses seins ...

On ne fait rien toute la journée , tj devant la télé ...
A partir de 20 ans on a un indice IMC dépassant 27 (130 kg) , on se regarde dans un miroir et là , problème ...on est obèse ...la voiture penche sur le côté à cause du poids ...on a honte ...on ne ressemble pas à Pokora ou à lady Gaga ...
On prend le Médiator et là , gros problème de santé ...

4.Posté par Urge le 01/08/2011 21:11
Il est grand temps de réparer ces erreurs, les hommes ne sont pas des rats de laboratoires, on nous fait avaler n'importe quoi, à chaque profession il y a un être humain à ce que je sache à moins qu'on est proche de remplacer l'homme définitivement par des robots dociles, les neuroleptiques sont étudiés dans ce sens , les médecins qui sont des hommes et les pdg des laboratoires qui sont des hommes hyper fortunés car ce sont eux le principal fabriquant et les prescripteurs de produits dangereux qui nous apportent semble -t-il la santé, une bien merveilleuse santé dans ce monde qui ne fabule que pour l'argent , le vin n'est t-il pas dangereux s'il l'on en abuse, la cigarette si on en fume énormément et j'en site...Il faut arrêter de nous prendre pour des rats, les maladies rapportent de gros bénéfice ,ils le savent c'est pour cela qu'ils entretiennent et ne guérissent pas...Vous êtes tous des hommes, (femme enfant),conçu de chairs ,d'os et d'un coeur, n'oubliez jamais de gardez la tête sur les épaules.Bon procès pour toutes les victimes et pour tous nos disparus.On a tous droit à la vie et au respect.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales