Social

Les transporteurs demandent une “baisse significative” du carburant au 1er février

Au bout d’une heure et demie de réunion, l’intersyndicale a annoncé vouloir rencontrer le préfet demain, puis la Région Réunion mercredi ou jeudi. Les transporteurs veulent 10 à 20 centimes de diminution du prix du carburant au premier février prochain, mais uniquement à la pompe.


“Ce sera pour tous les Réunionnais”. Les transporteurs étaient au moins unanimes sur ce point en fin d’après-midi, au sortir de la réunion de l’intersyndicale organisée à la Chambre de commerce et d’industrie, suite à la décision de la Région Réunion de suspendre le paiement de la prime de carburant.
Cette unanimité de façade ne cachait pas les divergences qui existent désormais au sein de l’intersyndicale. Si l’arrivée tardive d’Ary-Claude Caro, porte-parole, a calmé les esprits en début de séance, il y avait une différence de ton entre Ary-Claude Caro et Bernard Caroupaye à l’issue de la rencontre.
La déception se lisait aussi sur le visage de Paul Caro, président par intérim en l’absence d’Eric Magamooto. “Il y a un protocole d’accord qui a été signé. Je leur ai proposé de rencontrer la Région”.
L’intersyndicale préfère d’abord discuter avec le préfet. “Nous allons nous appuyer sur la préfet pour demander le respect du protocole d’accord signé le 7 novembre 2008”, a indiqué Ary-Claude Caro à l’issue de la réunion.
Les transporteurs devraient ensuite rencontrer les représentants de la Région Réunion, ce sera mercredi ou jeudi, pour la levée de la suspension du paiement de la prime de carburant. Il reste encore un million d’euros à verser aux professionnels du transport.
Demain, l’intersyndicale va aussi demander à Pierre-Henry Maccioni, “une baisse significative” du carburant au 1er février 2009. Sur ce point, l’intersyndicale et surtout Jean-Bernard Caroupaye, premier vice-président de la FNTR locale, affichent une grande détermination.
“Si on n’obtient pas satisfaction, il y aura un mouvement”, a dit Jean-Bernard Caroupaye. Sur ce sujet, l’intersyndicale a montré une plus grande solidarité et une forte envie de monter au créneau. Et, les barrages filtrants pourraient se dresser sur nos routes dans des délais très courts…

Lundi 19 Janvier 2009 - 20:35
Jismy Ramoudou
Lu 826 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 19/01/2009 22:45
l'accord pétroliers - état permet ou garantit aux premiers, une rente économique que le second lui octroie par révision périodique, en fixant un prix plafond de vente.

ce prix plafond permet la constitution de marges aux pompistes, qui permet le maintien d'emplois aujourd'hui disparus en France métropolitaines (pompistes), et permet aux fournisseurs de se garantir d'une marge comptable constante ou en progression, au gré des évolutions de la parité dollar / euros.

deux observations :
l'Etat peut il décider d'un prix plafond qui ne tiendrait pas compte des intérêts financiers de la SRPP, mais de l'intérêt social ...? autrement dit, la SRPP et ses actionnaires accepteront ils d'être des outils de politique économique au nom de l'Etat pour le bienfait de ses concitoyens ?ou la logique économique implacable issue d'années de situation de rentes, allié à la puissance de chaque actionnaire de la srpp pris individuellement, oblige t elle l'Etat à fixer un prix qui permet la préservation de l'emploi dans les stations services...?

Au delà du point central que représente la répartition de la manne pétrolière entre actionnaires, clients, ayants droits au titre de la législation fiscale et pompistes, la question du rôle de l'Etat (régulateur ?) et de ses missions de service public mérite d'être soulevée dans le cadre d'une population insulaire. Plus de spécificité en raison de l'insularité ? Droit commun purement et simplement ?

autrement dit, l'approvisionnement en pétrole doit il rester aux mains d'actionnaires privés qui exigent une rente, ou cette rente paraît elle suffisamment forte pour être gérée directement ou indirectement, par les instances locales (la disparition des départements le permettraient elles ?) ? que représente par ailleurs cette rente ? les comptes de la SRPP sont ils disponibles pour qu'une analyse des comptes du haut de bilan ainsi que les distributions de bénéfices, puissent être rapportés annuellement aux prix des volumes de vente et des quantités consommées en moyenne par automobiliste sur les quelques dernières années...?


2.Posté par Horreur ! Caro m'a tuer .... le 20/01/2009 04:07
.... de 10 à 20 centimes, les dés sont jetés.
Caro le taximan a fixé arbitrairement la fourchette de baisse.
Dans une négociation, l'intelligence voudrait qu'on parle d'un geste fort, sans abattre ses cartes.
Dans le cas présent, on digère avant de manger. Quelle malbouffe.
Pas malin du tout ce gars là.
Hein, oté transporteur, zot la roule a nou, zot vilain causement traine a nou dans la boue

3.Posté par tro fort pou moin le 20/01/2009 08:40
Caro....le Roi des négociateurs!!! le Préfet doit bien se marrer avec des bougs comme ça en face de lui !!!!
Nous connaissions la méthode du " réclamer plus" (demandons 20cts) pour en obtenir au moins la moitié (10 cts)...Caro il invente la méthode..."bienvenu au pays du Yoyo"...le pays ou tout le monde i lé bo, tou le monde i lé gentil, J'imagine le préfet lui dire.: bon M. Caro, vous demandez entre 10 et 20 cts...alors comme vous avez une bonne tête je vous en donnnerez 20 cts même si vous vous seriez contenté de 10 cts !!!! MDR !!!
Zenfant y pleure pa na poin tété dit le dicton!!! Caro lé tellement gavé que lu demande un forrfait entre 10 et 20 cts !!! la force de pleurer lu na plu tellement le ventre lé plein dawar !!!
sérieusement!!! remarquez j'essayerai bien cette méthode de négoc la prochaine fois que je prendrai le taxi!!! peut être celui de M. CARO!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales