Economie

Les transformateurs peï du riz réclament l'octroi de mer pour leurs concurrents

En 10 ans, la part de marché des importateurs de riz brut est passée d'une situation de quasi monopole à une situation concurrentielle plus que tendue. A tel point que les acteurs du secteur tirent la sonnette d'alarme auprès de la Région, seule compétente dans la mise en place d'une taxation particulière, via l'octroi de mer, sur le riz blanchi importé en provenance du Cambodge notamment.


Les transformateurs peï du riz réclament l'octroi de mer pour leurs concurrents
Le phénomène n'est pas nouveau mais il s'accentue au fil des années pour les acteurs de la filière riz à la Réunion. La croissance des importations de riz blanchi ne cessent de gagner du terrain depuis 10 ans. Plus grave pour les acteurs locaux, ils sont passés en deçà des 50% de part de marché depuis la mi 2010. Les résultats de l'année 2010 sont attendus avec beaucoup d'appréhension.

Les statistiques mises à jour mensuellement par l’Association des Rizeries de la Réunion, sur la base des chiffres des douanes, révèlent l’apparition d’une nouvelle source d’approvisionnement pour le marché réunionnais à partir de septembre 2009 : le Cambodge.

La filière de la transformation du riz local est en péril


Près de 10.000 tonnes de riz cambodgien sont entrées dans l’île en l'espace d'un an. Un concurrent plus que sérieux qui a réussi à supplanter les pays fournisseurs traditionnels que sont la Thaïlande, l'Inde, le Pakistan ou le Vietnam.

"L'élément déclencheur qui a concouru à notre perte de parts de marché s'explique par la mise en place en septembre 2009 du programme Tout Sauf les Armes", constate Marc Gautheron, porte-parole des Rizeries de la Réunion. Ce dispositif permet ainsi au pays d’exporter vers l’Europe, et donc vers la Réunion, en franchise totale de taxes.

Un programme qu'a su saisir le Cambodge. A tel point qu'il met en péril la filière de la transformation du riz des trois sociétés locales spécialisées dans ce créneau, à savoir l'UCR (Unité de conditionnement du riz), SIS Sodériz et Soboriz-Capricorne.

Les transformateurs peï du riz réclament l'octroi de mer pour leurs concurrents
Le tableau est alarmant précise Marc Gautheron. On ne peut pas lutter contre le marché asiatique avec ses coûts de main-d'œuvre extrêmement bas. "Nous avons besoin de l'instauration de l'octroi de mer sur le riz blanchi importé", ajoute-t-il.

Les trois concurrents péi se liguent pour trouver une solution


En annonçant cette mesure, que les transformateurs de l'île appellent de leurs vœux, Marc Gautheron, sait qu'il pourrait susciter l'incompréhension des acheteurs.

Sur ce point, il veut rétablir la vérité : "la mise en place d'un octroi de mer n'influera pas sur les prix du riz transformé à la Réunion par les trois sociétés locales. Seuls les riz blanchis importés directement d'Asie seraient pris pour cible par l'octroi de mer". Autrement dit, le prix du riz récupéré en vrac et travaillé localement ne bougerait pas.

D'ailleurs, pour prouver sa bonne foie, la profession est prête à jouer le jeu de la transparence. "Nous, on dit à la Région qu'on leur propose une formule de calcul pour la révision des tarifs du riz usiné localement. Des tarifs qui pourraient être vérifiés par l'instance régionale régulièrement. De cette manière, nous ne pourrons être accusés d'alimenter une inflation sur nos produits", rappelle Marc Gautheron.

Cet octroi de mer, que les riziers de la Réunion fixent aux alentours des 20%, devra être avalisé par le Conseil régional. Une demande qu'il considère comme "légitime". "Il y a une quinzaine de jours, nous recevions des représentants de la filière riz des Antilles. Ces derniers ont été surpris d'apprendre qu'aucune protection régionale ne sauvegardait notre plus-value locale dans la transformation du riz", argumente-t-il.

Une demande de taxation que la Commission européenne se disait prête à examiner en... 2004 déjà. Dans sa décision du 10 février 2004, la Commission affirmait ainsi qu'elle était ouverte à l'examen d'une "demande de taxation différenciée entre octroi de mer interne et octroi de mer externe" (article 3).

Pour l'heure, les chiffres restent inquiétants

En 2000, le riz blanchi importé (ndlr : celui qui serait sujet à taxation) représentait 6% de parts de marché face au riz cargo blanchi (ndlr : celui transformé localement). Les derniers chiffres constitués en juillet 2010 rappellent cette progression fulgurante. Aujourd'hui, le riz blanchi importé occupe 58% des parts de marché.

Hier, les transformateurs ont officiellement demandé à être reçus par David Lorion, 3ème vice-président au Conseil régional. "Un courrier parallèle a été envoyé au préfet", précise Marc Gautheron.
Mardi 23 Novembre 2010 - 13:48
Ludovic Grondin
Lu 2768 fois




1.Posté par Ded le 23/11/2010 14:12
"Pas possible , c'est du protectionnisme!" vous diront les politiqes de tout poil.
Interdit chez nous au nom de la liberté du commerce et de la mondialisation des échanges....mais totalement toléré par les mêmes lorsque pratiqué en permanence par les USA ( le grand modèle !!) ou par l'Allemagne ( le meilleur pays européen , celui qui achète à bas pris en chine les pièces des machines outils qu'il revend cher )
Pour lutter contre ces riz importés ( comme l'autre d'ailleurs , celui qui est ensuite blanchi et ensaché ici) une seule attitude , ne pas l'acheter!

Mais l'appel au boycott est interdit aussi ( toujours pour défendre le commerce libre, ouaf, ouaf comme si ça existait vraiment)
juste une question:
Qui importe le riz qui sera transformé ici et qui importe l'autre?
Qui risque de faire perdre des emplois à la filière locale?
Il serait intéressant de le savoir...comme en son temps un gros producteur "local" importait en loucedé des produits de Mada qui nuisaient aux produits locaux ...mais pas au porte feuille de l'importateur malin.

2.Posté par Lamontagne le 23/11/2010 14:25
Que la vie serait belle sans concurrence extérieure.
On pourrait se faire des C en or. Revenons au bon temps des années 70.

3.Posté par Mamange galet le 23/11/2010 14:25
Le "riz bon marché" lé souvent de meilleure qualité que le riz transformé sur l'île, qui de plus lé cher pour un revenu modeste, alors m'a allé mange galets dan' fond la rivière!

4.Posté par FRED le 23/11/2010 14:58
ZOT LA POINT LA HONTE !!!!

5.Posté par Paye, tais-toi et bouffe ton riz ! le 23/11/2010 15:18
C'est encore le con-sommateur qui va payer !

6.Posté par noe974 le 23/11/2010 15:47
Le riz = la base de notre alimentation , doit être respecté et ne pas coûter cher .

Un bon zambrocal woemm' avec des pommes de terre et jauni avec du safran pays + un rougail de chevaquines pays (le vrai , pas les congelées du Vietnam) + un piment écrasé avec piment martin + un p'tit vin Covino pour rincer le gosier , sur un zassiette feuille figue = un REGAL

Que l'on baisse le prix du rz , SVP !

7.Posté par pleurons le 23/11/2010 15:54
Les magnat du blanchiment du riz à la Réunion sont dans une situation de quasi monopole. Et ils ne se privent pas de réclamer 20 % d'octroi de mer. Les pauvres chéris.

Les asiatiques leur donnent une leçon de gestion et ils tentent de nous faire croire que la concurrence est déloyale. Allons ! allons !

Le fret est toujours plus cher quand un produit est importé ensaché plutôt qu'en vrac. Leurs fournisseurs ne passent pas pour des gourmands. Ça se saurait !

C'est peut être à eux-mêmes qu'il faut qu'ils s'en prennent. La différence de coût de main d'oeuvre n'explique pas tout. Le prix de leur vrac facturé à l'import et déclaré aux douanes, est il le réel prix payé en final aux fournisseurs ?

Avec Karachi les rétro-commissions ne se pratiquent peut être pas uniquement dans le cas des sous-marins.

Ces messieurs ont des pudeurs. Imaginez la réaction des cambodgiens face au protectionnisme péi ?

20% de différence entre le riz blanchi et le riz cargo. Quelle marge ces messieurs se sont mis dans la fouille durant toutes ces années ? Le riz serait il devenu un produit de luxe taxable ?

Je ne vais pas pleurer sur ces messieurs. Malheur à D. ROBERT s'il mord dans cet hameçon, car le créole ne va pas rester inerte face à une telle attaque sur son porte-monnaie.

Il faudrait que ces messieurs comprennent que la période des vaches grasses a pris fin et que le consommateur réunionnais est devenu plus exigeant et moins naïf.

Imaginez si on pouvait importer les carburants avec la même facilité que le riz ?

Pensez vous que les prix à la pompe seraient aussi élevés qu'actuellement ?

Désolé de ne pouvoir gémir avec vous messieurs !


8.Posté par contrefacon sociale le 23/11/2010 16:46
il faut instaurer un octroi de mer européen pour freiner le dumping social des pays non européens.

Tout travail merite salaire.

De meme que les grandes marques nous cassent les ouilles avec les produits de contrefacons qui ne payent pas la marque, il faut faire pareil avec les produits qui ne payent pas les salariés.

9.Posté par Lonely planet of run le 23/11/2010 16:55
Cette histoire de riz comme nourriture " de base " est une vaste fumisterie , demandez à des personnes de 60 ans et plus ! De leur temps , la nourriture de base c'était patates , manioc , cambarre etc...des produits cultivés localement , c'est en important du riz bon marché que les importateurs de riz ( parler de producteurs dans ce cas est un abus de langage ) ont réussi à détourner les consommateurs des produits traditionnels , à tuer une production locale , à nous rendre dépendants de l'extérieur et à faire flamber le diabète ( le gros riz blanc pas lavé c'est parfait pour choper le diabète...) c'est n'importe quoi ! Aujourd'hui ils viennent pleurer que la fin du temps béni du monopole est venu...tant pis pour eux !
A Maurice , il y a un vaste plan agricole qui vise à atteindre l'AUTO-SUFFISANCE alimentaire , ils font quoi?
ils arrachent de la canne pour replanter patates , manioc , cambarre etc...pour relancer des productions alimentaires 100% locales et en finir avec cette mortelle dépendance du riz , car ils ont bien compris que les problèmes de baisse de production qui commencent à poser problème en Chine au Vietnam etc..et à faire flamber les prix n'iront qu'en empirant à l'avenir !....En attendant , à la Réunion, on fait quoi ? On se masturbe le mental pour savoir si il vaut mieux importer le riz brut ou raffiné...aïo , aïo !
Totalement déconnectés de l'évolution du monde on the lonely planet of run, comme d'hab !

10.Posté par bwarouz le 23/11/2010 18:34
le riz blanc est comme le rhum ...une des causes de la misère de notre département

Pourquoi tant de diabétiques .....le riz complet avec ses fibres est un excellent aliment ....le riz blanc c'est du sucre

Le rhum : 5 € le litre d'alcool à 50 ° , la mort et la bêtise low cost

11.Posté par Caton2 le 23/11/2010 19:20
7. Je ne connais pas le sujet mais il se pourrait bien que vous ayez raison. S'intituler producteurs de riz parce qu'on blanchit et conditionne le riz est abusif. Effectivement, on peut se demander quelle marge appliquent ces "producteurs pei" au riz importé. Apparemment au moins 20%. C'est scandaleux!

12.Posté par blazin denise le 23/11/2010 19:21
sè honteu de voir kond peut cultivè le riz a la reunion è sè importè il veule arivè com en metropole 5 k pour 11euros sè scadaleux

13.Posté par blazin denise le 23/11/2010 19:24
en camargue le riz pousse poukoi pas cz nous a la reunion il faut essayer il y a trop de chomages avec le rsa ki passeras bientot tout le monde pourras profitè dun mis tempts

14.Posté par bill le 23/11/2010 19:41
OH!!! rizier pays arrettez de nous prendre pour des imbeciles vous voulez quoi revenir au bon vieux temps du monopole deja qu'ici il n'y a pas de concurence vous voudriez en rajouter un de plus? Et de grâce ne mettez plus en avant à chaque fois l'emploi, le rachat de CAPRICORNE par SOBORIZ ne s'est pas fait sans casse ( départ de pas mal de personnels ) ......Surtout que la region ne mette pas de taxe sur le riz importé car on connait la suite malgrè les promesses, je pense qu'ils ont bien profité depuis toutes ces années alors SVP Messieurs les "importateurs de riz" faites de la qualité et faites comme vos concurents, adaptez vous et arrettez de faire pression sur les politiques avec vos chantages à l'emploi...

15.Posté par sosso le 23/11/2010 20:38
Comment se faire du blé avec le riz.

revenons au maïs pays...
http://www.goutanou-cuisine-reunionnaise.org/html/fonds_commun/fonds_commun_mais.php

16.Posté par defiscaliseur le 23/11/2010 21:02
la terre est trop basse à travailler. Il vaut mieux louer à EDF pour mettre des eko panneaux photovoltaique.

17.Posté par jumeau_974 le 23/11/2010 22:00
Au delà de cette affaire, il faut quand même constater que cela nous montre un problème majeur de notre développement économique : pour que notre industrie continue d'exister, et soit donc compétitive, il nous faut des matières premières à prix compétitives.
A l'image de la France de la seconde moitié du XXième siècle et ses entreprises publiques, la Chine a adopté la même politique, notamment en Afrique dans un seul but : assurer à son industrie un matière première la moins chère possible.

S'agissant des industries agro-alimentaires, la SAU de la Réunion peine à fournir de façon suffisante et compétitive en matière première agricole. La Réunion n'est pas seule dans cette situation : île Maurice, Seychelles, Rodrigues. Bref, les Mascareignes. L'île Maurice a loué des terres au Mozambique, il me semble.

Pourquoi pas un partenariat, dans le cadre d'une coopération régionale concrète ? C'est un thème récurrent des élections, mais on voit peu de concret.
Les dits-pays pourraient s'associer dans une entreprise publique chargée d'exploiter des terres à Madagascar ou en Afrique Austral. Sur ces terres seraient cultivées des matières premières essentielles à notre industrie : riz, maïs, blé, soja. L'entreprise revendrait aux industries des pays concernées à un prix inférieur au marché (possible vu que les cultures seraient cultivé sur d'importantes surfaces), et le surplus serait vendu, lui, au prix du marché.

C'est une idée avancée à la va-vite, qui semble irréaliste, mais qui, je le pense, peut donner à réfléchir.
On trouve bien 600 000 euros pour aller en Australie. On peut bien trouver de l'argent pour faire une étude de faisabilité. De plus, la Réunion disposerait de fonds nationaux et européens.
Nous devons tout faire pour dynamiser notre tissu de PME-PMI, et nous devons les "couver" face aux mastodonte de la mondialisation.

18.Posté par Fred le 24/11/2010 01:32
Les transformateurs "peï" (peuii) ou "péï" (péii) ???
Quitte à écrire avec l'orthographe locale à la mode en phonétique, faite-le correctement.
;-)

19.Posté par le zoreille le 24/11/2010 07:41
çà me fait rire quand je vois certains internautes prôner le retour à une alimentation pays.Il suffit de comparer le prix des fruits et légumes pays avec ceux d'importation pour s'apercevoir que ceux qui ont beaucoup voyagé sont moins chers que ceux qui ont fait deux km.Et je ne parle pas de pays en développement maisd'Australie d'Afrique du sud,d'italie etc...Alors quand on a des moyens limités pour se nourrir on achète ou c'est le moins cher.

20.Posté par @ 19 le 24/11/2010 08:36
N'importe quoi ! T'es jamais allé faire tes courses au marché forain.....zoreille , c'est 30% moins cher que dans les grandes surfaces , bougre d'âne !

21.Posté par tolerant le 24/11/2010 11:34
@19 soyez tolérant. Ce que le post 19 a écrit n'est pas si mensonger qu'il n'y paraît. L'argent facile élevé au rang de dogme à la Réunion amène le planteur local lambda a surévaluer son travail.

M. Couteaux va s'atteler à cette tâche exaltante.

22.Posté par le zoreille le 24/11/2010 12:51
A post 20. Je vais tous les samedi matin au marché de St Pierre et je peux vous dire que les prix je les connais.Je suis également retraité de la restauration et faire le marché je connais!Alors de nous deux je crois que l'âne c'est vous et je vous .soupçonne d'être un de ceux qui nous grugent à longueur d'année.Merci post 21,les intolérants il y en a plein.

23.Posté par Caton2 le 24/11/2010 12:58
21 / 19 Je confirme. Mais il est vrai qu'il ne faut pas acheter en grande surface, il faut acheter au Petit marché à Saint Denis par exemple. C'est moins cher.

24.Posté par 3615 ki n'en veut du zoreil ? le 24/11/2010 15:28
Le zoreille s'exite tout seul....pauvre bougre !... Vas-y donnes nous la liste des FRUITS et LEGUMES frais d'importation moins chers , que je rigole un bon coup !...C'est quoi ? Les tomates ? les courgettes ? les bringelles ? les patates ? les carottes ? les chouchous ? la citrouille ? le manioc ? les brèdes ? le ti jacque ? les avocats ? le soja ? les papayes ? les mangues josé ? les mangues vertes ? les zévis ? les bananes ? les tomates arbuste ? les bananes-pomme ? les ananas victoria ? les poires ? les oranges ? les caramboles ? les kèr de bèf ? les zates ? les jujubes ? les longanis ? les letchis ? le tamarin ?
C'est sur que si tu ne sait manger que des des pommes , c'est importé...et limité...culinairement parlant !
On te sent.....pommé ici , pauvre zozo !.....Fais toi aider par un créole ! lol

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales