Santé

Les tisanes péi ont encore de beaux jours devant elles

Dans quelques jours, la directive des produits traditionnels herbeux et médicinaux (THPMD), adoptée en 2004, entrera en vigueur. Une mesure qui a alimenté les théories du complot sur le net. Pourtant, les plantes médicinales d’usage traditionnel ne sont pas menacées.


Les tisanes péi ont encore de beaux jours devant elles


La directive THPMD a déclenché les réactions hostiles d’internautes, et nombre de pétitions ont circulé sur la toile dénonçant les sombres desseins des lobbys pharmaceutiques, instigateurs soupçonnés de la mesure.

Or, les plantes médicinales ne sont pas vouées à disparaître, ni d’ailleurs à être vendues sous le manteau. Pas de danger donc pour nos tisanes péï. Simplement, les remèdes qui n’auront pas reçu l’aval des autorités sanitaires ne pourront être présentés sous l’étiquette de médicament.

"La directive concerne exclusivement les pharmacies. Il n’y aura strictement aucun impact sur les plantes traditionnelles", précise Claude Marodon. Pour le président de l’Aplamedom, association des plantes aromatiques et aromatisées de La Réunion, la directive est une garantie de protection du consommateur, qui arrive à point nommé après le scandale du Mediator.

"Les gens ont besoin d’être rassurés. Sans compter qu’il s’instaure un engouement pour les modes de vie et de médecine naturels. Les baies de Goji sont par exemple en vogue pour leurs vertus anti-oxydantes, le Noni l’était au moment du Chikungunya. On profite de la crédulité des gens en vendant comme remèdes ancestraux des herbes qui n’ont rien de traditionnelles".

Un encadrement et non une répression de la phytothérapie

Cette tendance n’aura plus sa place dans les officines, où toutes les préparations à base de plantes devront être soumises au même type de procédure que les médicaments. La directive prévoit une procédure d’enregistrement simplifiée pour les médicaments traditionnels. Comprenez, ceux dont on peut prouver un usage remontant à 30 ans au moins, dont 15 ans au sein de l’Union Européenne.

Que les propriétés curatives des tisanes et plantes locales soient reconnues ou non, leur vente restera autorisée si celle-ci répond à l’une des trois conditions. D'une part, il faudra détenir une licence. D'autre part, les plantes et tisanes devront être reconnues comme traditionnelles. Enfin, elles devront ne pas revendiquer des propriétés thérapeutiques.

Néanmoins, une préparation vendue jusqu’alors comme médicament peut tout de même l’être sous la dénomination de "complément alimentaire".

En somme, la directive vise un encadrement de la phytothérapie et non une répression des méthodes traditionnelles de guérison.

Vendredi 22 Avril 2011 - 17:00
Marine Dijoux
Lu 2978 fois




1.Posté par noe le 22/04/2011 17:13
La seule tisane acceptable : le rhum-tisane ou le marc-tisane ...le reste ne sert pas à grand chose sauf à faire pisser plus que d'habitude ....

Sauf : le café , le thé , le zamal et quelques autres zerbes en décoction ....

"Fleurs jaunes et racines vignes maronnes" données jadis aux maris trop entreprenants le soir (ici on ne disait pas qu'on avait la migraine ...)

2.Posté par Laurent le 22/04/2011 20:20
Bonjour,

J'aimerai savoir quelle a été la motivation qui a vu naître cette directive européenne?

Y'a t'il des antécédents connus de grave problème de médication par les plantes? Autrement dit, avez t'on vraiment besoin de légiférer sur ce sujet ou est-ce une façon de mettre des barrières aux consommateurs de ces médecines douces pour leur imposer une médication "conventionnelle"?
Chacun se fera son opinion...

Monsieur Marodon parle de "garantie de protection du consommateur" et fait l'amalgame avec le Mediator qui à ma connaissance n'a rien à voir avec une plante médicinale...(?) A en croire ce Monsieur, la motivation est de protéger les pauvres consommateurs crédules!!! Et ben dis donc... Il va falloir en faire encore beaucoup des lois! Mais c'est vrai, nous avons besoin d'être protégés des vilaines petites plantes 100% naturelles!!!!

3.Posté par Billou le 22/04/2011 21:01
Les plantes à la mode sont un des meilleurs revenus des pharmaciens…

"D'autre part, les plantes et tisanes devront être reconnues comme traditionnelles. Enfin, elles devront ne pas revendiquer des propriétés thérapeutiques."

Il faudrait ajouter : et non issus du braconnage.

4.Posté par shalimar le 23/04/2011 08:33
Lors de la journée de la Femme, j'ai assisté à une présentation par l'AMAPLEDOM des tisanes au travers de travaux réalisés par cette association. Association qui mériterait d'être plus connue. Je salue l'initiative de René-Paul Victoria qui a organisé cette conférence et qui a pu défendu le dossier de nos "zerbages" en haut-lieu.....

5.Posté par alala le 23/04/2011 09:41
Oubliez pas que certaine société brevette certaine plante sur certaine molécule et donc vous n'avez aucun droit de planter cette plante qui contient la molécule ......

bref on fait des brevet sur le dos de mére nature...la honte !

6.Posté par MCB le 23/04/2011 10:01
N ti grain d'humour. Une tisane endémique nana encore de beaux jours devant elle. Dans le rhum, en gâteau, roulée, en décoction... remède imparable pour éradiquer le chikungunya, c'est prouvé! Sur les animaux, i fait carrément des miracles. Certains planteurs i cultivent la plante rien pour ça (enfin quand La Loi i attrape pas zot!). D'ailleurs, nana un gentil Monsieur la écrit inn encyclopédie dessus cette plante miraculeuse nommé Z...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales