Economie

Les syndicats vont boycotter la conférence sociale


Les syndicats vont boycotter la conférence sociale
A l'occasion de la Conférence sociale et économique demain au siège de la CCIR, à Saint-Denis, certains syndicats feront une simple déclaration mais ne resteront pas pour débattre. Une Conférence qui réunira "70 technocrates, une quinzaine d'élus, 30 représentants du patronat et sept syndicalistes", indique Paul Junot dans le Quotidien. Mais"il n'y a rien à en attendre", n'a pas hésité à déclaré la secrétaire départemental de la CFTC.

De son côté, la CGTR relaie l'appel européen à la mobilisation contre l'austérité demain. Pour la CFDT, les priorités sont la prime Cospar et le RSTA. Mais le ministre de l'Outre-mer Victorin Lurel n'a pas donné l'impression aux syndicats de saisir l'urgence du maintien de ces aides à la vie chère. La CFDT, en la personne de Jean-Pierre Rivière, n'a pas hésité à annoncer son boycott de la Conférence depuis vendredi dernier.

Depuis le 29 octobre dernier, pendant les travaux préparatoires, les syndicats avaient déjà fait part de leur déception au vue de "la précipitation" du gouvernement à vouloir tenir cette instance de concertation qui pour eux, est "mal engagée".

La rue sera quand même animée par certains syndicats, tel que le syndicat auto-moto qui appelle l'ensemble des salariés de la branche à faire grève dès 9h30, tout comme la FSU, l'Unsa, la CFDT et Solidaires qui seront aussi présents.
Mardi 13 Novembre 2012 - 15:24
Daniella Maillot
Lu 822 fois




1.Posté par ndldlp le 13/11/2012 15:30
http://www.adreunion.com/Cout.html

Le coût de la main d’ouvre à La Réunion est comparable à celui constaté en France métropolitaine. L’ensemble de la législation sociale s’y applique (35 heures hebdomadaires). Il est à noter que la main d’ouvre réunionnaise, formée selon les systèmes français, est compétitive dans la zone pour les emplois à forte valeur ajoutée tels que la conduite de lignes de production automatisée.

Le taux d’absentéisme, le turn-over et le nombre de jours de grève sont extrêmement faible, bien inférieurs à la moyenne nationale L’État français a mis au point des mesures d’abaissement du coût total supporté par les employeurs, dans certains secteurs éligibles dont l’industrie. Cet abaissement peut atteindre jusqu’à 40% par rapport à la France métropolitaine, au travers de deux mesures cumulables :

• Allègement automatique et permanente de charges patronales pour tous les employés : économie de 3 800 € annuels pour un SMIC et de 5 000 € annuels pour un salaire mensuel de 1 400 € brut et au-delà. Cette mesure est applicable dès la déclaration d’embauche effectuée auprès de la Caisse Générale de Sécurité Sociale (C.G.S.S.)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales