Social

Les syndicats demandent l'abrogation de la loi Perben dans le secteur automobile

Le secteur de l'automobile est en difficulté. La plupart des concessions procède à des licenciements pour survivre. La CGTR demande à ce que les salaires des ouvriers soient revus en fonction des grilles de la convention collective et que la loi Perben soit abrogée, car jugée discriminatoire pour les salariés réunionnais.


Les syndicats demandent l'abrogation de la loi Perben dans le secteur automobile
"La situation sociale à la Réunion est très inquiétante", assure Jacques Bhugon, secrétaire général de la CGTR Automobile. Entouré des quatre secrétaires fédéraux et de certains membres du bureau, il montre du doigt "les grandes entreprises qui ont pu réaliser des gros profits sur les dernières années en se gardant de réinvestir une partie de ces profits à la Réunion".

Dans le secteur automobile, l'accélération des licenciements et le cannibalisme intra-branche profiteraient, selon le syndicaliste, aux groupes Hayot et CFAO-CMM (Compagnie française d'Afrique de l'Ouest; Compagnie marseillaise de Madagascar), "qui sévissent depuis des décennies à la Réunion et dans la région", précise Jacques Bhugon sans mâcher ses mots. Il dénonce par ailleurs "les licenciements de petits groupes de 10 salariés sur un mois", ceci afin "d'éviter" le respect des procédures de licenciement et "échapper" à l'obligation de présenter un PSE (Plan de sauvegarde de l'emploi).

"La plupart des boîtes coulent en ce moment"

Au vu des effets de la crise, "la plupart des boîtes coulent en ce moment", observe le délégué syndical de la Sogécore. "On reste vigilants car on tire la tête de l'eau", assure-t-il. Sur le plan salarial, la CGTR revendique "l'ouverture immédiate des négociations sur les salaires dans la branche". Elle veut également que soit "réactualisée la grille conventionnelle"  et que soit attribuée la prime d'ancienneté.

Abrogation de la loi Perben

Depuis une Loi du 25 juillet 1994, la loi Perben, seules les conventions collectives nationales, dont le champ d’application le précise expressément, sont de droit applicable dans les DOM. Le syndicat compte solliciter les parlementaires afin qu'ils demandent l'abrogation de cette loi. "Depuis plus de 15 ans, les conventions collectives ne trouvent pas leur application dans les Dom", ce qui est interprété comme "une situation discriminatoire" entre les salariés métropolitains et réunionnais par le syndicaliste.

La CGTR souhaite d'ailleurs que les salaires des ouvriers soient révisés selon les grilles de la convention. "Dans de nombreuses entreprises de la branche, des salariés sont aux minimas conventionnels" qui sont inférieurs au Smic. "Ils sont payés sur l'avenant 52 à 1325 euros brut, soit un écart de 6%", explique la CGTR.

Jacques Bhugon appelle tous les salariés des entreprises de moins de 10 salariés, à savoir les TPE de la branche, à voter pour les élections des délégués syndicaux du 28 novembre au 12 décembre. "Ce scrutin vise à mesurer l'audience des organisations syndicales dans les TPE issues de la loi du 20 août 2008 relative à la démocratie sociale (...). Notre campagne électorale démarre le samedi 11 aôut et nous sommes en ordre de marche pour cette bataille", conclut Jacques Bhugon.
Vendredi 3 Août 2012 - 15:25
Lu 867 fois




1.Posté par anonymous le 03/08/2012 16:06
EN faite c'est en crise parce que ce n'est plus l'argent coule a flop mais si vous voyez nos route sa se remarque moins quand c'est des modéle exsitants mais la nous avons pas mal de nouveau modéle et audi A5, Mercedes classe B, Peugeat 208, DS etc... ben j'en ai croisé des floppé alors crise tjs pour les salariés mais pas pour en haut

2.Posté par David ASMODEE le 03/08/2012 16:11
Combien la CGTR paie ses salariés ?
Combien la CGTR a-t-elle crée d'emplois cette année ? Et détruit ?

3.Posté par REFLEXIONS le 04/08/2012 11:25
En titre "Les syndicats demandent l'abrogation de la loi Perben dans le secteur automobile"
Pourtant il n'est fait mention que de la CGTR. Cherchez l'erreur.

"La situation sociale à la Réunion est très inquiétante", assure Jacques Bhugon, secrétaire général de la CGTR Automobile" et "Au vu des effets de la crise, "la plupart des boîtes coulent en ce moment": il a pas inventé la poudre tout le monde le sait.

"l'accélération des licenciements et le cannibalisme intra-branche profiteraient, selon le syndicaliste, aux groupes Hayot et CFAO-CMM (Compagnie française d'Afrique de l'Ouest; Compagnie marseillaise de Madagascar), "qui sévissent depuis des décennies à la Réunion et dans la région", précise Jacques Bhugon sans mâcher ses mots". Si cela est vrai alors combien de dossier la CGTR automobile a-t-elle déposée aux prud'hommes ? Aucun car aucune raison légale de le faire. C'est parlé et accusé pour ne rien dire.

"La CGTR veut également que soit "réactualisée la grille conventionnelle" et que soit attribuée la prime d'ancienneté" c'est une hérésie car la CGTR n'est pas habilité pour mener cette négociation et la preuve nous est donnée par ce même syndicaliste "Depuis plus de 15 ans, les conventions collectives ne trouvent pas leur application dans les Dom". Cherchez l'erreur et voyez le peu de considération de la CGTR automobile vis à vis des salariés: c'est la canibalisme syndical".

LA RAISON DE TOUT CE CINEMA VIRTUEL LA VOICI :

"Notre campagne électorale démarre le samedi 11 aôut et nous sommes en ordre de marche pour cette bataille", conclut Jacques Bhugon"

C'est un véritble scandale que d'essayer d'utiliser les salariés alors que rien n'est fait.


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales