Social

Les squatteurs se font encore entendre au CCAS de Saint-Paul

La procédure avait été lancée il y a trois semaines, au plus fort de la médiatisation des squatteurs de l'Eperon dans les hauts de Saint-Paul. Six familles occupaient alors des logements vides de l'organisme de logements sociaux. Ces dernières ne devront pas s'acquitter des journées passées dans les logements de la SEDRE.


Les squatteurs se font encore entendre au CCAS de Saint-Paul

Le Tribunal d'instance de Saint-Paul a décidé ce matin de ne pas réclamer aux familles squatteuses de l'Eperon des dommages et intérêts pour avoir illégalement occupé des logements en cours de livraison à l'Eperon Saint-Paul.

Philippe Lapierre, le directeur général de la SEDRE, nous témoignait son souhait de rendre ces logements aux propriétaires auxquels ils sont destinés. "Nous avons lancé une procédure en référé qui devrait déboucher sur l'expulsion", avait prévenu le responsable de la SEDRE, c'était il y a trois semaines.

Mais depuis, la mairie de Saint-Paul avait pris les devants en relogeant pour deux mois ces familles au village corail, le fameux VVF de Saint-Paul. Un relogement qui avait failli capoter la semaine dernière. La direction du VVF avait en effet fait savoir que les logements occupés par les nouveaux hébergés étaient réservés pour le long week-end pascal. Finalement, il n'en a rien été. Les familles avaient pu rester, en accord avec le protocole signé une semaine auparavant avec l'autorité municipale.

"On a refusé de quitter les lieux. Si on l'avait fait, cela aurait rendu caduque l'accord de relogement temporaire au VVF", précise Lydie Louise, l'une des porte-parole des familles et par ailleurs sœur de l'une des squatteuses.

Pas d'orchestration politique selon les squatteuses


"Il fallait que la mairie se renseigne sur la disponibilité de chambres au VVF pour ces prochaines semaines avant la signature du protocole"
, se justifie-t-elle. "La faute ne doit pas nous retomber dessus".
La direction du village corail ne souhaitait pas répondre à nos questions et s'en remettait à la mairie qui elle-même ne souhaite plus communiquer sur le dossier. Tous les ingrédients d'un prochain blocage sont donc réunis. "Nous devons nous rendre au CCAS de Saint-Paul car ça fait longtemps que nous n'avons plus de nouvelles d'eux" nous disait Lydie Louise il y a une heure de ça. "Nous attendons la venue de la directrice de la structure ainsi que la venue d'un élu", précise Dominique Romély, le président de l'Association pour le développement de Saint-Paul qui suit le combat de ces jeunes mères de famille.

Quant à nos questions sur une éventuelle orchestration politique de ces jeunes femmes sans logements sociaux de l'Eperon, la porte-parole s'explique. "Je ne fais pas de politique mais du social. D'ailleurs, je peux vous dire qu'en 2008, nous avons apporté notre soutien lors de la campagne de madame Bello".
Mardi 26 Avril 2011 - 12:13
Ludovic Grondin
Lu 1283 fois




1.Posté par noe974 le 26/04/2011 12:17
Battez-vous pour avoir quelque chose ...Ne vous laissez plus mener par le bout du nez par qui que ce soit ...

2.Posté par groskafrine le 26/04/2011 14:29
mi trouve sa indmissible bande femme y gagne pas allez trouve in travail pou zot y faut y compte rien ke sur les elus kan la envoye a zot l ecole zot té préfere fé l ecole buissonniere avec les garcons derriere pied bois et aujourdhui zot y dis ke la mairie dois donne a zot in kase la semaine derniere band femme la refuse la kase sur st denis si zot té vraiment dans le besoin zot té refuse pas il faut zot y bouge zot fesse in peu parce ke la zot la passe devant de moune té attend logement depuis des années aprés kan le premier ministre mauricien y dis ke nous les assisté la de moune lé pas content les femmes bouge a zot il faut leve depuis 6H du matin essaye trouve in ti boulot parce ke du boulot y en a a la réunion il faut zot y cherche un peu personellement en tant ke femme mi n auré honte compte sur les allocations pour vivre et fé vivre les enfants et sak la pas daccord avec sak mi dis et ben tant pis

3.Posté par fiuman le 26/04/2011 14:31
Allez comme noe le dit battez vous :
Loyer gratuit,
école gratuite,
allocation braguette,
alloc femme seule mais pas seule pour se faire encentrer,
courses chez les restos du coeur,
vêtement chez emmaus,
la santé cmu et compagnie,
voyage à maurice avec le rsa,
grand télé plate avec alloc rentrée scolaire,


et merde et qui travaille pour tout cela ?

4.Posté par gros patate le 26/04/2011 16:42
té néna un moune i pense comme moins c groskaerine alors nous lé deux pou pense comme sa mi la commence travail (formation moins lavé 17ans à ARFMO ancien ARFÜTS et ARASTE moins la aprrendre lété difficile lontemps zordi mi néna 58ans lavé point lé moyens comme zordi nous té marche a pied dé fois depuis ste suzanne pou aller a la PROVIDENCE té dur mais mi la gagne mon CAP de cuisine puis moins la perséverer mi la prépare un diplome de compta( quand mi té travail moins té sava fait formation payer par l'entreprise et moins la fait mes deux enfants aprés a 25ans le premier et l'autre +tard nous plains pas nous parceque nous lé habituer bosser depuis ti marmaille faut pas oublier le samedi quand té rentre fallait aller rode zerbe pou boeuf trappe de l'eau rempli bac pou la semaine , laver le linge, zordi toute i tombe du ciel dans porte monaie moins lé fiere de moins zordi mi arrive a économiser un ti sous (mi sava pas dans gros MCD QUK mi mette pas la marque mais mi nourrit bien mon deux grand z'enfants si nana bréde nous mange nous lé content enfin chacun i voit koué

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales