Social

Les relations entre les catholiques français et Benoît XVI se tendent

Un sondage IFOP, réalisé auprès de 620 catholiques et paru dans les colonnes du Journal du Dimanche, indique que 43 % des catholiques français souhaitent le départ de Benoît XVI. Réalisé jeudi et vendredi derniers, ce sondage présente l'atmosphère régnant dans la communauté catholique française après les annonces du pape sur le préservatif et l'avortement "thérapeutique"...


Les relations entre les catholiques français et Benoît XVI se tendent
Ils sont 43% chez les catholiques à souhaiter le départ de Benoît XVI contre 54% à ne pas partager cette opinion. Après la controverse née il y a six jours sur l'utilisation du préservatif, le pape s'est à nouveau "illustré" après avoir affirmé son opposition contre la promotion de l'avortement "thérapeutique".

Chez les catholiques non-pratiquants, ils sont 47% à demander le départ du successeur de Jean-Paul II. Ce pourcentage diminue cependant chez les pratiquants où 31% restent favorables à un départ. 49% des catholiques français estiment que le pape actuel défend "plutôt mal" les valeurs du catholicisme tandis que 22% d'entre eux considèrent qu'il porte "plutôt bien" ces même valeurs... Au mois d'août dernier, ils n'étaient que 13% à estimer que le pape défendait mal ces valeurs selon le magazine "La Vie", cité par IFOP.

Avant son arrivée au Cameroun mardi dernier, Benoît XVI avait déclaré que le "problème du Sida" ne pouvait pas être réglé en distribuant des préservatifs et que l'utilisation de ces derniers "aggravait le problème". Cette première annonce avait interpellé la communauté scientifique internationale mais aussi les ONG et autres associations qui militent et agissent contre cette pandémie.

Trois jours plus tard, c'est en Angola que le Pape du Vatican s'est opposé à la promotion de l'avortement thérapeutique. Il y a un peu plus de deux semaines, l'Eglise brésilienne avait excommunié une équipe médicale qui avait pratiqué un avortement thérapeutique chez une enfant de 9 ans victime d'un viol. Au delà d'une position dogmatique précise, c'est bien le conservatisme du "successeur de Saint-Pierre" qui s'est dévoilé à l'Afrique et au monde.

A la question : "L'église catholique doit-elle modifier (...) ses positions pour tenir compte des changements intervenus dans la société (...)?", 85% des catholiques souhaitent que l'Eglise change son opinion sur la contraception. Sur l'avortement, ils sont 83% à avoir les mêmes attentes.

Problème de compréhension des propos du pape ou décalage avec les mœurs actuelles? La question demeure... Toujours est-il que, la semaine dernière, l'évêque de la Réunion, Monseigneur Gilbert Aubry, avait déclaré sur Zinfos que l'Eglise ne "participerait pas à une banalisation sexuelle en incitant à prendre le préservatif..."
Lundi 23 Mars 2009 - 07:35
Ludovic Robert
Lu 1081 fois




1.Posté par darkalliance le 23/03/2009 07:59
Il n'a pas le charisme de Jean Paul II ...

2.Posté par Pedro le 23/03/2009 08:46
Comment peut-il en être autrement, avec un matraquage médiatique ultra violent, contre le Saint-Père et toute sorte de dénigrement de ce qu'il dit. Il y a cependant des choses plus graves : la perte d'esprit critique des français, si tant que ce sondage ait une quelconque crédibilité et ne soit pas encore un des moyens de discréditer.

3.Posté par Pedro le 23/03/2009 08:56
Nicolas de launay :

Pape ignare ! Qui est donc ce nic la science pour distribuer les prix d'excellences en matière de connaissance. Manifestement, ce nic, c'est une sommité mais qui n'était pas cependant au Collèges des Bernardins, ni dans les Congrès où des références à la pensée de Benoit XVI sont mentionnées.

Donc, un ignare est-il en mesure de porter un jugement et traiter un autre (B XVI) d'ignare !

Pauvre Nic de Launay de la Perriere dit l'ignare de service, pour le blog de Pierrot. Voilà c'est cela votre titre complet môssieur le noble dégénéré.


4.Posté par Ulysse le 23/03/2009 09:01
Les prises de position de certains qui se disent catholiques sont pour le moins curieuses.
Il me semble que l'un des fondements de l'Eglise catholique est qu'il y a un pape, élu comme on sait, qui donne le "la" concernant le dogme, les pratiques et tutti quanti ...
Ceux qui voudraient que le pape dise ceci ou cela, comme bon leur semble, se mettent de fait en dehors de l'église catholique telle qu'elle existe. Qu'ils soient logiques et qu'ils aillent voir ailleurs ...
Le jour où un pape agirait en fonction de ce que certains voudraient entendre, le pape n'aurait plus de raison d'être et le catholicisme s'effondrerait. C'est sans doute ce que certains veulent pour construire un monde encore plus dominé par l'argent, la violence, les totalitarismes de toutes sortes ...

5.Posté par Pedro le 23/03/2009 09:01
Le vrai voyage de Benoît XVI en Afrique, un triomphe !

Le voyage « mitonné » par les mass media et celui qui a vraiment eu lieu
Le 22 mars 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - On pouvait tout attendre du premier voyage en Afrique de Benoît XVI, mais pas qu'au final, il y aurait deux voyages. Le vrai et celui rapporté par une grande partie des media occidentaux.

Cela commence avant même de toucher le sol africain. À bord de l'avion, le Pape parle de la foi joyeuse des africains, des problèmes économiques mondiaux qui risquent de couler encore plus le continent déjà durement éprouvé par la pauvreté. Mais tout se concentre sur une phrase : « Le Sida ne se combat pas en distribuant des préservatifs, qui au contraire aggravent le problème ». Rien de nouveau sur le plan du magistère de l'Église, mais les réactions des habituels milieux "radicaux chics" sont très dures. « Le Pape condamne à mort des millions d'africains », telle est plus ou moins la vulgate de son discours, destiné en réalité à rappeler combien le préservatif ne sert à rien, si en amont il n'y a pas une authentique éducation sexuelle et si on ne concentre pas les ressources sur le soin des malades. Au contraire, à l'arrivée à Yaoundé Benoît XVI demande expressément des médicaments gratuits pour tous. Mais là-dessus, naturellement, les mass media du "premier monde" restent muets.
De même qu'il est presque impossible de trouver trace de l'accueil triomphal que les africains (les mêmes qu'il voudrait « condamner à mort ») lui ont réservé dans toutes les phases de la visite.
Les journaux de Yaoundé, le lendemain de l'arrivée, ont des titres du type "En triomphe!", mais dans l'UE, plusieurs chancelleries descendent même dans l'arène et le chœur habituel des supporters du business du préservatif se déchaîne. « Le Pape est un irresponsable », est le commentaire le plus bienveillant, et plusieurs interventions sont vraiment à la limite de l'offense personnelle. Toutefois les auteurs de ces déclarations appartiennent au groupe de ces Pays riches qui, à la Conférence de Doha ont promis de transférer 0,7% du PIB à l'aide au développement et ne l'ont jamais fait ; qui réalisent une colonisation économique qui fait regretter jusqu'à la colonisation politique d'il y a quelques décennies; et qui oublient systématiquement les guerres, famines et maladies (Darfour et malaria, par exemple), à cause desquelles, par contre, les gens meurent vraiment.

Le Pape non. Il n'oublie pas. Il parle des problèmes de l'Afrique, demande le respect des engagements pris à Doha, dénonce la corruption politique, les guerres fratricide, les violences sur les femmes et sur les enfants, il visite les malades et refuse les conflits au nom de Dieu.
Mais il fait à nouveau parler lorsqu'il stigmatise que sous le concept de "santé reproductive des femmes", on veut faire passer l'avortement comme moyen de régulation des naissances. Et de nouveau les polémiques éclatent, le fond étant touché par ceux qui interprètent les paroles du Pontife comme un soutien à l'évêque de Recife et à son excommunication hâtive vis-à-vis de la fillette brésilienne forcée d'avorter après la violence subie de la part de son beau-père.
Incroyable mais vrai.

C'est arrivé aussi dans le voyage médiatique de Benoît XVI.

Le vrai, c'est tout autre chose. C'est la réponse de ceux qui savent que le vrai espoir ne vient pas de ceux qui veulent vendre des quantité industrielles de préservatifs pour leurs intérêts économiques, mais d'hommes et de femmes, comme de nombreux prêtres, religieux et laïcs qui chaque jour sont aux côtés des pauvres. C'est cela que fait l'Église, c'est de cela que le Pape est venu témoigner. Et les africains l'ont compris. Contrairement à beaucoup de commentateurs occidentaux.

Mimmo Muolo, envoyé à Luanda (Angola)

6.Posté par Trouillomètre au maximum le 23/03/2009 09:24
Loin de moi, très loin de moi l'idée de soutenir ce pape ou un autre. Cependant en disant que "l'utilisation du préservatif aggravait le problème", n'a t-il pas voulu dire que l'utilisation du préservatif favorisait une habitude comportementale qui est l'absence de fidélité, les relations hors mariage ?
En cela, et au sujet de ses propos sur l'avortement thérapeutique, avouez qu'il est dans une logique parfaite ! celle du respect de la vie. Je n'approuve pas cette logique, mais c'est celle de cette religion.
Que les chrétiens et les autres se demandent si ce ne sont pas les fondements même de leurs religions qui sont erronés ...
Les chrétiens feraient bien de faire en sorte que le prochain pape soit athée ... LOL MDR
Ainsi il pourrait se permettre de faire des interprétations et exceptions comme cela arrangera les gens (et du reste comme cela s'était fait tout du long de l'histoire).

7.Posté par Trouillomètre au maximum le 23/03/2009 09:30
Et en plus, Votreseigneur Gilbert Aubry, semble penser comme moi en déclarant sur Zinfos que l'église ne "participerait pas à une banalisation sexuelle en incitant à prendre le préservatif..."

8.Posté par Maggie TARH-SECHE le 23/03/2009 11:21
« je salue le divin qui est en vous »

L'opinion publique qui se braque... des relations qui se tendent.... et de multiples autres prises... de position !!

Alors qu'il y a peu on parlait encore de voies impénétrables.... je trouve que ça devient vachement sex le discours de et autour de l'Eglise ces derniers tps !!? D'ailleurs, pour continuer à discuter le coté "humain", sur les images le montrant en Afrique, je trouve qu'il est assez "bizarre" le Pape Benoit... Il n'a pas la même ferveur ou sincérité ds ses regards que JP II, pas la même intégrité.... et je ne le sens pas vraiment chaleureux .. ds ses poignées de mains. Un peu perdu et hagard... limite "pas tranquille"... ce qui est chelou pour un Saint-Père non ?

Impression personnelle bien sûr ! Personnellement toujours, je pense que même "en famille", l'usage de préservatif peut aider à bien s'occuper de sa vie et de celle de ces proches: c'est un contraceptif moins onéreux que la pilule il me semble, et fédérer des réseaux de planning familial qui distribueraient le préservatif sous cet angle, pourrait permettre un meilleur contrôle de la natalité, des discussions autour de la sexualité, sur le thème de l'épanouissement naturel tel qu'il est revendiqué ds les pays industrialisés avec les nombreuses études qui décrivent ces bons effets physiologiques. Le préservatif est même devenu en Afrique, une façon de représenter le droit des femmes à s'exprimer par rapport au plaisir, et aux relations sexuelles... et permet de faire évoluer.... un certain schéma social...

Le discours de l'Eglise, si il a -certainement ??!- une vraie vocation "bienfaitrice" est absolument "mal énoncé". Et on peut donc supposer que toute opération autour de la sexualité et de la contraception, ne pourrait récolter aucun saint financement. C'est même méprisant par rapport à l'actualité et la réalité de ce pays, et l'Eglise moderne devrait justement soigner sa communication. Plus transparente... plus proche et humaine.

Je dirai même qu'il serait grand temps... qu'ils mettent du lubrifiant.... ds leur vin !!

S'ils veulent que ça glissent davantage, ... ce serait plus sain.

9.Posté par Ulysse le 23/03/2009 11:23
Si les relations se tendent ... ça risque de péter !
Un peu comme le préservatif ... j'en connais à qui c'est arrivé.

10.Posté par Pedro le 23/03/2009 21:35
Maggie, juger un homme, sur un regard furtif relève pour conclure qu’il n’est pas sincère, relève d'une mauvaise analyse de personnalité. Bien sûr le regard est important, mais il ne faut pas s'attacher qu'à ça. C'est un peu comme si un cabinet ne recrutement se contentait pour sélectionner ses candidats d'une simple analyse graphologique. Le regard de Benoit XVI à la différence de celui de Jean Paul II, est caractéristique de deux personnalités particulières. Jean Paul II était un homme de communication, ayant fait du théâtre, dans les caves d'une Pologne occupée, une façon aussi pour lui de faire passer ses messages de pasteur, alors que tout s'écroulait autour de lui. Une façon aussi de mobiliser les autres, d’entretenir la flamme de l’Espérance. De les sortir de l'enferment de la guerre... Dans ces fonctions ultérieures, il a gardé cette grande faculté de communication. Autre différence notable : Jean Paul est devenu Pape à la cinquantaine, en pleine force de l'âge, "le sportif de Dieu", d'où cette image de dynamisme. De l'autre, nous avons un homme de + de 80 ans, qui a été élu Pape, sans l'avoir voulu : mais il l'a accepté. Dans ce regard, se lit d'abord, l'humilité, cet étonnement devant les foules massées scandant son nom : l'homme n'est pas habitué à ce que l'on le "starise". Il est gêné. Il est heureux de voir cette foule, très heureux, mais gêné d'entendre son nom scandé. Pour faire court, il juge qu'il ne mérite pas ces honneurs : il compose avec. Par contre, tous ceux qui l'ont rencontré en tête à tête, parlent d'un homme d'une grande intelligence, cela revient toujours et de quelqu'un d'une cordialité extraordinaire, d'une grande simplicité. Donc ce n'est pas un problème de sincérité, il est sincère, profondément sincère au contraire, comme l'était Jean Paul II.

J’ai personnellement croisé le regard bleu de Jean Paul II, même pas à 3 mètres, j’en suis encore remué aujourd’hui. Il se dégageait, une telle puissance, une telle bonté, une telle sainteté qu’on ne peut jamais l’oublier. Cela me marquera toujours. Impressionnant.
Benoit XVI, c’est l’être plus « fragile » avec lequel vous vous engager dans la communion avec Marie, le Christ, sur autre registre. L’un et l’autre à leur manière, avec leur tempérament visent le même but : être au service de la pastorale du Christ Sauveur, parce que ce que choisi pour cela.

11.Posté par GRENADE974 le 24/03/2009 08:28
Je constate toujours la même chose pendant et après les déplacements du pape dans les pays pauvres :
- coût très onéreux du voyage (l'argent pourrait aider à nourrir les populations)
- souvent quelques morts avec les mouvements de foule.
- rien ne change après le passage du pape : les dictatures, les guerres civiles, la misère, la faim etc etc continuent.et cela depuis des décennies !!! tous les catholiques s'impliquent-ils plus pour le bien d'autrui ?
Je me pose des questions :
Si DIEU existe, bon comme on le décrit, pensez-vous qu'il approuverait toute cette mascarade et cette récupération de la misère humaine ?
N'est-ce pas inquiétant de voir tous ces "fidèles" admirer et avaler les paroles d'un pape qui, avec sa clique à ROME, sont très très loin de partager la misère de beaucoup dans le monde...ne dit-on pas "heureux comme un pape" ?



12.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/03/2009 12:11
La rhétorique du catholique béa d'admiration pour son idole, me fera toujours gerber..
Moi qui pensait que l'Eglise condamnait l'idolâtrie.... mais c'est vrai que simplet comme je suis, je ne peux comprendre... "Heureux les simples d'esprit, etc..etc..."

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales