Santé

Les professionnels de santé libéraux devant la préfecture ce mardi


Les professionnels de santé libéraux devant la préfecture ce mardi
Médecins, infirmiers, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes, sages-femmes, orthophonistes, biologistes, orthoptistes, podologues, tous les professionnels libéraux annoncent une grève d'ampleur ce mardi au niveau national.

A La Réunion, dans le cadre de la "Journée sans professionnels libéraux", l'ensemble des professionnels de santé se rassembleront mardi à 10h devant la préfecture pour exprimer leur inquiétude face au projet de déréglementation des professions libérales.

"L’Etat veut rayer de la carte la médecine libérale et brader aux grands groupes financiers votre bien le plus précieux, votre santé. Tous vos soignants refusent la démolition du système de santé, programmée petit à petit par l'Etat, et vous invitent à soutenir les grévistes", signe le porte-parole du Centre Régional des Professions de Santé de la Réunion, Eric Cadet.

"Nous tirons le signal d’alarme pour alerter l’opinion sur les conséquences de ce qui se trame pour tout un chacun. L’enjeu n’est rien de moins que de rétablir la vérité sur ces professions pour éviter la mort annoncée de l’exercice libéral et indépendant de la santé, qui obligerait tous les usagers à payer plus pour être moins bien soignés", relaie pour sa part Damien Chaigneau, le président de la FSDL Réunion (Fédération des syndicats dentaires libéraux).
Dimanche 28 Septembre 2014 - 19:26
Lu 2420 fois




1.Posté par noe le 28/09/2014 20:38
Rare de voir la Santé devant la préfecture !
Mais Hollande coupe partout ... dans les professions libérales ...
Combat inutile !

2.Posté par tous tout seul, ouaip ouaip le 28/09/2014 21:41
les architectes c'est quand?

3.Posté par jean-jacques le 28/09/2014 22:03
La plupart de ces professions gagnent très bien leur vie , souvent en abusant d'un système laxiste , je
pourrais citer des exemples d'abus manifeste pour chacune d'entre elles...
C'est un peu comme les pilotes d'AF , des privilégiés qui pleurent dès qu'ils s'inquiètent que leur
juteux fromage puisse ne plus être leur monopole !

4.Posté par DR ANONYME le 29/09/2014 10:16
Je continue à me demander comment des pénuries en médecins surtout d'exercice difficile peuvent se produire si leurs situations sont si enviables. Quelqu'un pourrait me donner l'explication de ce paradoxe?

5.Posté par bouhhhh le 29/09/2014 10:54
C'est proprement scandaleux de dire :
qui obligerait tous les usagers à payer plus pour être moins bien soignés",
...
Comment vous pouvez oser dire de telle ineptie. Hier matin j'ai entendu sur Réunion première que nous allons sur un marché low cost. A la réunion plus d'un dentiste sur 2 commande les prothèses dentaires à un laboratoire à Madagascar (low cost) pour le dentiste mais pas pour le patient qui paye toujours aussi chère sa dent. Vous êtes des menteurs comme un arracheur de dents (oups je n'avais jamais fait le rapport).
M CADET a dit sur cette même radio que le nombre de personnes mortes à cause du paracétamol à augmenter en Suède à cause de la libération des médicaments dans les grandes surfaces. Depuis quand vous dites aux clients de faire attention. Beaucoup d'entre vous sont plus préoccupés de leurs investissements immobiliers que de leurs patients....
Bref cette manif est scandaleuse sur la forme...
j’espère que demain vous n'aurez pas de mort sur votre conscience à cause d'avoir refusé de faire les soins. Sauf pour les infirmiers qui continuent à faire les soins à domicile (c'est normal c'est le plus lucratif) !!!!!
On est vraiment mal barré en France !
Post 4 : Déjà vous êtes hors sujet et en plus vous faites de l'humour à 2 balles, vous connaissez parfaitement le problème....

6.Posté par DR ANONYME le 29/09/2014 11:12
Post 5 : humour noir, vous voulez dire ? Je me souviens d'avoir vu à STOCKHOLM au CHU une pénurie en médecins si grande qu'il fallait attendre sept ans pour se faire opérer d'un cancer ! 1972 époque des socialistes ! C'est ce qui vous menace !

7.Posté par justedubonsens le 29/09/2014 11:53
@post4. S'il est vrai que les études sont difficiles et particulièrement la 1ère année, je ne crois pas que la "rareté des médecins soit due au numérus clausus mais bien à leur volonté de s'installer dans des zones très peuplées, délaissant ainsi les zones rurales qui sont dépeuplées. Aujourd'hui les médecins sont avant tout des "machines" à faire du fric. Si vous avez la possibilité d'énoncer où vous avez mal et même de dire de quoi vous souffrez, le médecin vous fera l'ordonnance idoine mais vous avez peu de chance qu'il prenne le temps de vous ausculter et encore moins de vous écouter. D'ailleurs c'est simple avec la carte vitale vous avez réglé votre visite avant même d'avoir vu le médecin. Ne parlons même pas des spécialistes qu'il faut "soudoyer" par des dessous de table pour qu'ils veuillent bien traiter votre cas. Tous ces gens prônent l'égalité des soins mais ils sont peu nombreux à mettre en pratique leur serment d'hypocrite ! Oups je voulais dire d'Hippocrate.

8.Posté par DR ANONYME le 29/09/2014 12:36
@justedubonsens

Oublions les injures et menons un débat serein. Vous ne croyez pas, je vous cite, que : « la « rareté des médecins (j’ajoute généralistes) soit due au numérus clausus mais bien à leur volonté de s'installer dans des zones très peuplées, délaissant ainsi les zones rurales qui sont dépeuplées. »

G MAUDRUX de la CARMF est convoqué à vous répondre : « Là où les choses se gâtent c’est quand à ces évolutions naturelles (féminisation de la profession, exigence féminine de ne pas dépasser les 40 heures) se surajoutent des facteurs comme le numerus clausus. Un jour 8 000 étudiants, le lendemain 3 000 (Ce fût la politique de Gilles JOHANNET de la SECURITE SOCIALE pendant 20 ans), le surlendemain 7 000. Si les conséquences des évolutions naturelles aggravées par des interventions politiques intempestives sont parfaitement gérables en matière de retraite, cela l’est moins en matière de santé publique. »

JOHANNET remarque dans les années 70 : Depuis quelques années, les inscriptions en faculté de médecine ont triplé, passant de 3000 à 9000 étudiants par an. Mai 68 est passé par là, mais surtout, la toute récente convention médicale de 1971 qui va solvabiliser la clientèle et rendu très enviable la situation financière de la profession.

Quelques voix s’élèvent, alors, sur le double danger d’une inflation des effectifs médicaux avec le double spectre d’une flambée des dépenses censées être stimulées par l’offre de soins, et sur une paupérisation des médecins devenus trop nombreux.

Gestionnaires et syndicats médicaux se rejoignent alors pour demander une limitation du nombre de médecins formés.

LES VRAIES QUESTIONS SONT LES TROIS SUIVANTES :

Est-ce que le nombre de maladies augmente avec le nombre de médecins ? R : non !

Est-ce que le vieillissement de la population augmente le nombre de malades ? R : oui !

Est-ce que les progrès en médecine vont abaisser les coûts ou les augmenter ? R : oui !

De plus, vous oubliez de parler de la pénurie en spécialistes. Comptez dans les hôpitaux publics comme dans les cliniques privées le nombre de médecins spécialistes d’origine étrangère, prêts à quitter notre pays pour retrouver le leur s’il est émergent et vous comprendrez mieux le syndrome de STOCHOLM qui nous menace.

Quand on est généraliste et que l’hôpital le plus proche à 50 kms n’a pas de spécialistes, comment pouvez-vous vous installer dans un désert rural ?

9.Posté par DR ANONYME le 29/09/2014 13:46
Enquête : Tu ne seras pas médecin, mon fils. Les médecins ne sont que 58 % à ne pas recommander la médecine à leur progéniture et 36 % à le faire.

Outre les conséquences difficiles à mesurer sur le choix des générations futures de cette insatisfaction très clairement exprimée ici, cette enquête met donc en évidence un désabusement très profond, d’autant plus étonnant qu’il concerne des personnes ayant le plus souvent choisi leur métier, affirmant si l’on en croit les sondages fréquemment conduits l’apprécier pour la plupart et qui bénéficient d’une situation sociale et économique confortables, même si elle n’est pas aussi solide qu’elle a pu l’être auparavant.

Sans doute faut-il voir dans ce résultat l’expression d’une profonde lassitude face aux tracasseries administratives qui frappent toutes les professions de santé et qui en ont parfois altéré l’intérêt mais aussi la manifestation d’une inquiétude profonde quant à l’avenir de ces métiers à l’heure où la maîtrise des dépenses de santé et la dérégulation des professions réglementées sont de plus en plus régulièrement évoquées.

Cette colère des médecins, des pharmaciens et des infirmiers est telle aujourd’hui qu’ils en viennent à ne pas recommander à leurs enfants des métiers intéressants et valorisants et qui bénéficient de nombreux avantages en cette période d’incertitude et notamment une sécurité de l’emploi largement assurée et des revenus qui restent (en dehors du cas des infirmières), en dépit de toutes les absences de revalorisation et de l’augmentation des charges, supérieurs à la moyenne nationale.

Triste époque.

10.Posté par Borlo le 29/09/2014 14:20
@post 4: oui, on peut t'aider: le nombre de medecins, phrmaciens, dentistes etc... est limité par l'Etat: chaque profession beneficie d'un numéro sclosus chaque années et les universités francaises ne peuventlegalement pas en former plus.
Ce probleme est en passe d'etre réglé par les universités europeennes: elles forment des medecins francais en Roumanie et en Espagne par exemple, voir sur le sol francais mais delivrent un diplome de medecin de leurs universités, diplomes europeens reconnu en France.
C'est bien ce numero sclosus qu'il faudrait faire sauter et non passer les medoc en supermarché...
Le systeme international permettra toujours aux élites de former leurs progenitures, seul le petit peuple est perdant.
Un peu de Vrai liberalisme ferrait du bien a ce pays mais de la à sortir de 40 ans de sosialisme et d'etatisme a outrance, c'est plus qu'un sevrage qu'il faut, c'est une desintox...

11.Posté par Maurice974 le 29/09/2014 15:20
c'est quoi cet article !!!! Du grand n'importe quoi. Je suis médecin généraliste libéral et non je ne ferai pas la grève comme tout le monde. Veuillez revoir vos sources.
NON tout le monde ne fait pas grève et
OUI on a le droite de ne pas faire grève....

12.Posté par tmartin le 30/09/2014 09:15
"Y zon des sous, assassinons les !"
C'est sur que cette idée marche très fort pour certains, qui s'imaginent benoîtement que pour eux ça va les arranger, alors au lieu de faire une réaction épidermique, je vais juste poser quelques questions.
-Numerus Clausus - c'est la sélection par la valeur, ne nous leurrons pas, il ya du numerus clausus partout, le nombre de places n'est pas illimité, les Equipements universitaires ne sont pas illimités, nul part ! donc, à votre avis, comment se passe la sélection à ce moment la ? coût des études ? (vous pouvez piocher dans les professions libérales actuellement déréglementées, il y 'en a: même un éducateur sportif est profession libérale, mais non réglementée, certains payent 10000€ l'année d'étude, dans le même temps; un futur médecin s'inscrit en fac, c'est tout) et faut il accepter du surnombre (conséquence sur la formation ?) ou grever encore le budget (construire de nouvelles structures ?) etc.
- Capitaux extérieurs - Ma foi si vous voulez que les patrons de la CMM ou des groupes automobiles (pour ne pas citer de noms) ouvrent un cabinet médical à côté de chez vous... Que le groupe financier derrère votre "mutuelle" (qui n'est qu'un courtier d'assurance dont le but est financier) ouvre un cabinet qui sera le seul ou vous pourrez aller (exit le choix du professionel,) ... regardez comment cela se passe dans les pays ou cela fonctionne comme cela...
- Dissociation des actes prothétiques - c'est de la poudre aux yeux destinés à ceux qui s'imaginent que certains professionels ne font que de la revente, c'est comme si votre garagiste vous filait un joint de culasse dans son blister en vous disant "demerdez vous". Ca ne vaut même pas la peine d'en parler.

Pour remettre aussi les pendules a l'heure, il ne s'agit pas des professionnels de santé, mais de déreglementer les professions reglementées

Au lieu de répondre du tac au tac avec une idéologie sous jacente, j'aimerai mieux que chacun réfléchisse un peu la dessus et essaye d'envisager ce futur avec ce coup de pied dans le chateau de carte patiemment construit depuis ... plus que des décennies et qui assure a chacun l'acces aux soins et leur cout réduit quand ce n'est pas gratuit. Allez donc ailleurs vous renseigner sur comment ça se passe, genre, au hasard, en Belgique ou si vous n'avez pas payé la super assurance qui coute cher, faudra sortir les billets de 1000 juste pour 2 jours de prise en charge, en Afrique du Sud, refus de l'entrée si votre compte bancaire n'est pas assez alimenté etc. (vous devriez le savoir ça concerne les touristes aussi qui auraient égaré leur carte bleue par exemple, renseignez vous) etc.

Mais après tout, c'est vous que ça concerne, moi la retraite arrive...

13.Posté par polo974 le 30/09/2014 09:35
donc les professions libérales sont inquiètes de la libéralisation de leur profession...

ok, je prends note...

14.Posté par tmartin le 30/09/2014 20:11
Au lieu de jouer sur les mots et de faire du carambar, merci de se référer à la notion de "profession libérale", sur le wiki par exemple.

Une profession libérale désigne toute profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de façon professionnellement indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l'intérêt du client et du public1.
.../... (suivent les définitions des PF réglementées, etc.)

Encore une fois, je ne cherche pas à convaincre, on ne convainc que les convaincus, juste faire réfléchir: Demandez vous si vous voulez que ça change ? C'est à dire que vous pouvez prendre le contraire de chaque mot pour voir ce que cela donne... ? Mesure t on les conséquences ?
Que cela donne t il dans les pays ou le système est différent ? (j'en ai donné 2 exemples, mais piochez vous même) c'est ça que vous voulez ? vraiment ?

vous voulez en somme que le systeme de santé tel qu'il est bati soit changé et que donc ce classement soit changé : Cherchez sur Internet le classement des pays par l'OMS en terme de santé, devinez qui est en premier ? vous avez raison, c'est pas bon d'être en premier !

Quand au libéralisme, OK, parlons en : il s'agit de respecter l'initiative individuelle, je sais bien que depuis des années on vous assène que libéralisme = capitalisme débridé, à force vous allez finir par y croire, sauf aux USA ou les "gauchistes" sont appelés les "libéraux" alors de même : allez donc voir sa définition ! et pensez que 1789 est une révolution... libérale faite par les ... libéraux.

Ici il s'agit de faire entrer le grand capital dans ces professions, les mettre aux mains des grands groupes, ça c'est absolument anti libéral, cela ruine l'initiative individuelle, et c'est fantastique qu'il faille que ce soit un gouvernement de gauche qui polisse encore une fois le grand capital dans le sens du poil !

Donc ne nous soutenez pas, et vivement les cabinets médicaux Carrefour, les Avocats Leclercs, et vantez les mérites de votre mutuelle, courtier aux mains de la Lloyd etc.

15.Posté par Alexandra GIGNAC le 17/12/2014 21:15
Heureusement que tous les professionnels libéraux ne font pas la grève pour cette cause. Je doute qu'Hollande supprimera ce statut dans les mois à venir! Les professions libérales sont beaucoup trop nombreuses en France et dans les DOM. Elles seront remplacées par quoi concrètement? Je suis sûr que ce qui dérange le plus, c'est la rémunération ou les conditions de travail. C'est partout pareil toute façon, tout est relatif à l'argent. Je travaille également dans ce cabinet de dentiste: http://www.rd-dentistes.fr/ et mon patron n'a pas fait la grève non plus.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales