Economie

Les prix plus élevés de 6,2% à la Réunion qu'en Métropole

En 2010, les prix sont plus élevés dans les départements d'Outre-mer qu'en France métropolitaine de 13% en Guyane à 6,2% à la Réunion...


Les prix plus élevés de 6,2% à la Réunion qu'en Métropole
L'Insee a réalisé en mars 2010 une enquête de comparaison des prix entre les départements d'Outre-mer et la France métropolitaine.

Il ressort que le niveau général des prix à la consommation était globalement plus élevé dans les départements d'Outre-mer qu'en France métropolitaine. Plus de 13% en Guyane, 9,7% en Martinique, 8,3% en Guadeloupe et 6,2% à la Réunion.

Sur ces résultats, on constate que les structures de consommation sont proches pour l'alimentation, qui représente environ 15% du budget des ménages en France métropolitaine, en Martinique et à la Réunion. Elle pèse un peu plus en Guadeloupe et presque 21% en Guyane. L'alimentation est l'un des postes principaux et celui pour lequel les écarts de prix sont les plus marqués entre les territoires. Les produits alimentaires, à la Réunion, sont plus élevés de 36,6% qu'en France métropolitaine.

Différence de mode de vie... donc de dépense

Pour le logement, les différences sont un peu plus marquées. Les ménages métropolitains ou guadeloupéens consacrent à ce poste 12% de leur budget alors que pour les autres, cela est compris entre 15, 5% et 21,5%.

Les prix dans les domaines de la santé (prix bruts avant remboursement par la sécurité sociale) et des communications (Internet, téléphonie, envois postaux) sont plus élevés dans tous les départements d'Outre-mer qu'en France métropolitaine.

Les modes de vie variant d'un territoire à l'autre, les dépenses des ménages en produits de la mer, en produits tropicaux et en vêtements légers sont plus fortes en Outre-mer. Inversement, les dépenses de cinéma et de théâtre, de services sportifs et récréatifs ou encore de restaurants sont plus importantes en France métropolitaine.
Jeudi 8 Juillet 2010 - 15:57
Melanie Roddier
Lu 4417 fois




1.Posté par Va s'y l'insee le 08/07/2010 16:41
Je ne sais pas où les quelques personnes qui travaillent à l'insee vont faire leur relevé mais les résultats sont toujours surprenants. c'est une commande de sarko pour nous faire croire que tout va bien au niveau des prix et qu' il a tenu sa promesse du pouvoir d'achat ou quoi? un comparatif commandé par l'Élysée comme les sondages sans appels d'offre visant à manipuler l'opinion publique ?
zinfos peut-il faire un minimum d'analyse de la soupe d'informations qu'on nous donne ? a quand un vrai article de fond sur les prix??

2.Posté par XIII le 08/07/2010 17:01
Moi j'aimerais connaitre la formule de ce fameux calcul,car quand je compare le même caddy entre la Réunion et la Métropole, le différentiel est bien supérieur à 6.2%!!!
Ou alors ma calculette ne fonctionne pas bien... franchement, est ce que l'INSEE n'en a pas marre de nous prendre pour des abrutis.

3.Posté par Tcherno-Bill le 08/07/2010 18:35
Là y'a un truc qui m'échappe : La nourriture est plus chère de 36,6 % , le logement est plus cher de 15 à 20 % , les prix des soins , communications , plus élevés , tout le monde sait de combien on se fait surtaxer sur le prix des autos , motos , carburants , pièces de rechange , informatique etc.....( entre +20 et + 40% ) et au TOTAL les prix seraient supérieurs de 6,2 % ???? ......Qu'est ce que c'est que cette CO...RIE !!!

4.Posté par olivier le 08/07/2010 19:44
actuellement en métropole je suis d'accord avec se comparatif.
Car ici (métropole) tout est payant, même pour le pipi urgent en ville, les carburants à l'heure ou j'écris sont beaucoup plus chére exemple le gaz oil moyenne 1.19€ donc environ 9 à 10%. L'autoroute, le train et j'en passe, ici c'est le choix la diversité qui est plus importante.
Autre chose je crois que sur notre belle ile nous avons un abattement sur les impôts non négligeable, le soleil toute l'année. Autre exemple un restaurant pour 7 personnes sans apéro sans entrée sans vin sans café et 4 desserts 120€, dans mon ile je mange pour beaucoup moins cher et très bien.
Donc je pense que nous pourrions effectivement avoir des prix plus bas mais comment les faire arriver chez nous.
Il faudrait peut être supprimer l'indexation de certain salarié et tout le monde y trouverai son compte.
je termine mon séjour rapidement car presser de retrouver un niveau de vie incomparable.

5.Posté par bertel le 08/07/2010 20:13
4.Posté par olivier le 08/07/2010 19:44

MDR ! Le poulet a encore sévi !

Bertel de Vacoa

6.Posté par olivier le 08/07/2010 20:41
5.Posté par bertel le 08/07/2010 20:13

je ne suis pas poulet je dis se que je vois ici j'ai aucune affinité politique et je n'en veux pas
Un bon carry choux de vacoas poulet fumé a servi dans le sud sauvage ne coute pas plus de 17€ par personne et mon gaz oil ne me coutera que 1.09 le litre

Cordialement

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 08/07/2010 23:19
sauf à écrire des conneries, ce dont je ne crois pas un seul instant, replongeons dans les déclarations de didier robert, qui ferait à ce jour passer madame Govindin comme une personne tout à fait utile dans une structure ayant vocation à disparaître :

http://www.zinfos974.com/Regionales-2010-Didier-Robert-veut-en-finir-avec-l-IRT_a14292.html

Régionales 2010 : Didier Robert veut en finir avec l'IRT

Après l'environnement il y a quelques semaines, Didier Robert a présenté son projet en matière touristique dans le cadre de l'échéance des Régionales. Un projet décliné en trois axes, parmi lesquels la refonte de l'IRT (Île de la Réunion Tourisme) au profit d'une meilleure coordination avec les professionnels du tourisme dans le département.

C'est par le bilan de l'action régionale en matière de tourisme que la tête de liste de l'Union de la droite aux Régionales, Didier Robert, a débuté la présentation d'un nouveau projet touristique pour la Réunion. Un bilan considéré peu remarquable par le député-maire du Tampon, malgré les différentes compétences qui incombent au Conseil régional.

Selon le candidat, entouré pour l'occasion de professionnels du secteur comme Philippe Doki-Thonon, le président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), "le tourisme a été traité par la Région comme un secteur subsidiaire de l'économie réunionnaise". Il lance ainsi quelques critiques à l'égard des élus en place à la pyramide inversée avant de s'en prendre également aux financements régionaux en faveur du secteur.

"Le nombre de touristes stagne depuis 10 ans"

Ainsi, sur un budget global engagé de 466 millions d'euros en 2008, 12,8 millions d'euros ont été consacrés au tourisme pour "seulement 1,4 million d'euros pour les investissements hôteliers".

Toujours en lien avec le bilan de l'équipe actuelle, les acteurs présents en fin de matinée du côté de l'hôtel Iloha, à Saint-Leu, n'ont pas manqué de souligner la part importante du tourisme affinitaire dans les moyens de connaissance de la Réunion auprès des touristes : "Je m'interroge sur les financements de la Région à l'IRT qui sont passés de 5,4 millions d'euros en 2007 à 9,2 millions d'euros en 2008, (...) alors que dans le même temps, le nombre de touristes stagne depuis près de 10 ans", explique Didier Robert.

Derrière ces constats, l'objectif du candidat de droite est d'attirer et d'accueillir 600.000 touristes d'ici 2015 en créant une Zone d'activités touristiques, en faisant de l'île un pôle d'excellence en terme de tourisme durable et en développant le tourisme local. Cet objectif aura pour piliers trois priorités que sont : la refonte de l'organisation structurelle, entendez la fin de l'IRT, le développement de l'offre touristique et enfin, le renforcement du combiné Réunion-Maurice.

Didier Robert propose ainsi de supprimer l'IRT dans sa forme et son fonctionnement actuels et de le remplacer par une structure de coordination des professionnels du secteur. Des professionnels qui dénoncent l'inexistence d'un travail concerté cohérent.
La nouvelle structure "Réunion Tourisme" regrouperait alors les activités d'observation, de renfort de la qualité des produits, des sites et des prestations touristiques et assurera la coordination de pratiques d'accueil sur le département.

Un projet décliné en trois axes majeurs

Appuyé par plusieurs acteurs majeurs du tourisme réunionnais à savoir Alain Técher, Serge Gélabert, Philippe Doki-Thonon ou Enis Omar Rockel, le premier axe a pour objectif de promouvoir les produits touristiques locaux en donnant à la nouvelle structure un rôle d'Office régional, à savoir l'harmonisation des pratiques d'accueils. On peut citer par exemple la création d'un réseau d'ambassadeurs péi ou la mise en place de formations d'excellence.

Développer l'offre d'hébergement par une aide à la création d'hôtels, dynamiser les offres d'activités par un Challenge du Grand projet constitue le deuxième axe de ce projet. Il s'agirait, en réalité, d'en finir avec le cliché d'une région avant dernière au classement régional français concernant le nombre de chambres d'hôtel, il y en a 2.157 actuellement. Pour ce faire, Didier Robert propose d'aligner le plafond des aides régionales, actuellement fixé à 760.000 euros, sur celui de l'industrie, soit 3 millions d'euros.

Un renforcement des formations devra également intervenir aux côtés d'une créativité accrue afin de mieux faire connaître la Réunion dans le monde à travers un challenge Grand projet.

La proximité de Maurice, de son excellence en terme d'accueil touristique, pourrait être un atout majeur pour l'Union de droite qui table sur un "renforcement du combiné Réunion-Maurice". Maurice qui a accueilli près d'un million de touristes en 2008 alors que dans le même temps, la Réunion n'en accueillait que 136.100. Dans ce cadre, Pierrefonds pourrait bien devenir un plate-forme d'intérêt régional privilégiée comme l'avait annoncé le chef de l'État il y a une dizaine de jours.

Jeudi 28 Janvier 2010 - 15:00
Ludovic Robert
------------------------------------------------------------------------------------------------------
didier robert veut donc liquider l'IRT... aux actes, bonhomme !

8.Posté par Martin le 09/07/2010 10:01
Nous savons tous que le chariot type "métropole" coûte beaucoup plus cher qu'en métropole. Les produits frais importés par avion sont 2 fois plus chers, et c'est normal.
A l'heure du développement durable, si nous consommons local, l'alimentation coûte alors déjà bien moins cher. Reste à apprécier si le chariot type est fait pour ceux qui vivent durablement à la Réunion (métros ou créoles) ou pour ceux qui n'y sont que de passage pour 2 à 4 ans et qui ne font pas, ou peu, d'efforts pour se mettre à l'heure locale, alimentation comprise.
En revanche, nous avons ici des points d'économie : pas de chauffage de toute l'année (hors zone des hauts, mais ce n'est pas là qu'il y a le plus d'habitants), carburants moins chers, abattement supplémentaire sur l'impôt...
Au final, quand on fait l'addition sur une année entière, il est vraisemblable que la vie ne coûte pas plus de 6% plus cher que dans une ville moyenne de province métropolitaine.
Et même que ce ne soit pas plus cher qu'à Paris.
Je rappelle qu'à Paris, l'heure de parking par exemple dépasse les 10 € dans certains quartiers (Champs Elysées, Haussmann...). A la Réunion, avec 30 € vous vous garez en parking payant pendant tous le mois.
Et vous vous êtes déjà payé un petit café à une terrasse de café à Paris ? C'est 3 à 4 fois plus cher qu'au Roland Garros ou qu'à St Pierre.
Comparez aussi un abonnement transport en commun local et le coût de la carte Orange, seulement 2 zones !, à Paris. Certes nous n'avons pas le métro et la qualité de desserte qui va avec, et nous ne sommes pas près d'avoir le tram train.
Mais en définitive, on vit plutôt pas mal ici. Et si ce n'était pas le cas, croyez vous qu'il y aurait autant de métropolitains à venir ou revenir s'installer durablement dans notre petit Paradis ? Alors cessez vos hypocrisies
Vous voulez que la vie soit moins chère : acceptez de diminuer les indemnités de vie chère de nos fonctionnaires en les ramenant à +6%, et vous verrez : la préférence régionale se fera toute seule, car les chasseurs de primes repartiront d'eux mêmes !

9.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 09/07/2010 12:16
8. Euh, excepté que vous comparez à Paris, qui n'est pas non plus la ville la plus représentative de France... Lors d'un voyage récent, j'ai eu l'occasion de comparer les prix entre Rennes et Paris: à Rennes, je peux trouver à déjeuner (sandwich et coca) pour environ 5-6 euros. A Paris, j'ai payé le double pour la même chose... Et effectivement, là bas, tout est payant.

Ensuite, quand vous dites que tous les produits frais sont importés, c'est inexact. La viande, les oeufs, un certain nombre de fruits et légumes sont produits sur place ou dans des pays de la zone. Alors, oui, effectivement, certains autres sont importés (les tomates, il me semble... ) . Mais dire que ces importations touchent les zoreils plus que les autres, c'est hasardeux: avez vous à minima des chiffres pour soutenir cette affirmation? Prenons un exemple simple: l'aliment de base du créole est le riz, qu'il consomme à presque tous les repas (sauf le petit déj et le goûter) . Or je vous mets au défi de trouver UNE rizière à la Réunion. Juste une. Pour rire. Si l'on suit votre logique, le zoreil consommant comme en métropole, il ne consommera que peu de riz et le remplacera par des légumes... dont beaucoup sont produits dans la zone. Et là boum, on en arrive à l'inverse de ce que vous vouliez démontrer: ça coute moins cher au zoreil de se nourrir qu'au créole. Comme quoi, sans chiffre, on peut vraiment dire tout et n'importe quoi. Et souvent n'importe quoi.

10.Posté par Tcherno-Bill le 09/07/2010 16:21
Le problème du différentiel de prix Métropole / Réunion est complexe , car si il y a une relative " unité " territoriale des prix à La Réunion , la Métropole présente des disparités très importantes , en particulier entre Paris et la province. Pour être pertinents , il faudrait choisir un département de Métropole avec un ratio ville / campagne proche , et on verrait bien qu'ici tout est beaucoup plus cher ! De combien ? il faudrait une étude plus fouillée pour le dire , mais les 6,2% annoncés me semblent faux , ou pire , une intox pour nous dire....... " de quoi vous plaignez vous ? ".
Reste le vrai PB face à cet écart de prix : Seuls les fonctionnaires voient leurs revenus majorés de +35 à +53% ( ou plus dans certains services ) alors que tout le reste de la population n'a droit à rien de tel....Je répète , quand on fait ses courses , il n'y a qu'une
seule et même caisse pour tout le monde ! il faudra bien un jour évoluer vers un système
ou l'écart de prix Métropole / Réunion serait établi de façon sérieuse et que le résultat +20? +25? +15% ? serait compensé pour tout le monde , privé comme public , sans que les entreprises , dont les difficultés actuelles n'échappent à personne , n'aient à payer ce surcoût salarial ( prise en charge par l'Etat de l'ecart de prix , avec un plafond )
Il faudrait en parallèle renforcer les systèmes de contrôle de la formation des prix et du respect des règles de la concurrence pour ne pas risquer d'effets pervers.
Un tel système , qui remet en cause des " acquis " chez les fonctionnaires pourrait être
mis en place de manière progressive , pour les nouveaux entrants , sur plusieurs années , mais il me semble irréaliste de s'accrocher au si archaique système actuel.



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales