Social

Les précaires : Entre dignité et indignation

En fin de matinée, une quarantaine de contractuels du Rectorat se sont réunis dans le hall afin de manifester leur mécontentement face à leurs conditions de travail.


"Tête haute, regard droit, si on nous a doté d’une colonne vertébrale, c’est pour ne pas faire partie des rampants", a lancé, déterminé, Patrick Corré, secrétaire général du SGPEN CGTR. En ces termes, le syndicaliste a appelé, ce matin, tous les personnels précaires à défendre leur cause.
C’est le recrutement d’une retraitée de l’enseignement sur un poste de contractuel administratif qui est à l’origine du mouvement de contestation. A 11 heures, le débrayage des personnels en situation précaire a provoqué une animation inhabituelle dans le hall du Rectorat.

Muni d’un porte-voix, le secrétaire général du SGPEN CGTR, Patrick Corré, a rappelé devant une quarantaine de personnes, le caractère "légal mais non légitime" de ce recrutement : "C’est absolument anormal qu’on puisse recruter une personne qui bénéficie déjà d’une pension surindexée. De fait, elle occupe un poste de contractuel administratif alors qu’il y a des gens qui sont au chômage. C’est absolument scandaleux !"

Après une courte réunion "qui s’est déroulée dans une ambiance électrique", Patrick Corré a déclaré, devant une assemblée soucieuse, que le Rectorat s’était engagé à ce que cela ne se reproduise plus.
Une première satisfaction qui n’est cependant qu’un début…C’est à la réunion de 15 heures avec le Recteur de l’Académie de la Réunion que le syndicaliste présentera d’autres revendications concernant les conditions de travail des contractuels.

Congés bonifiés, loi sur le handicap, dysfonctionnement dans les concours ou encore illégalité des contrats aidés…autant de points qui sont examinés cet après-midi au Rectorat et qui déboucheront sur d’autres combats syndicaux, jusqu’à obtenir gain de cause.

Auteurs en herbe du lycée Pierre Poivre à Saint-Joseph (Semaine de la presse) : Coraline Daupiard, Ketty K'Bidi, Julie Boyer, Lynda Robert et leur professeur, Henri Boyer.
Lundi 4 Mai 2009 - 16:28
Lu 2176 fois




1.Posté par thierry le 04/05/2009 16:57
légal mais non légitime....admirable, du genre responsable mais pas coupable !

la chasse aux boucs émissaires continue,après les zoreils, les comores et les zarabes, voici les retraités sur indexés !!!

Bientôt on va s'en prendre aux handicapés qui cumulent AAH et petit boulot, ou aux parents isolés qui travaillent..

2.Posté par balo.babouk le 05/05/2009 00:01
J'ai toujours eu une grande admiration pour les don Quichotte. Patrick Corré mérite d'être largement médiatisé et connu. Mais ici, la citadelle rectorale ne ressemble en rien aux moulins à vent du roman de Cervantes. Les dés sont pipés et la partie jouée d'avance. En coulisse se prépare toute la refonte du service public - donc le recrutement des personnels vacataire - et dont les enjeux dépassent largement notre matamore local.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales