Société

Les pratiques du gérant du salon du chiot refont surface

Le salon du chiot a levé une vague d’indignation dans les rangs de la protection animale. Leurs bénévoles sont désormais rejoints par des professionnels qui ont croisé la route de l’organisateur l'an dernier.


Rieul Lebreton a, d'une certaine manière, réussi sa pub pour le salon du chiot mais s'est rappelé au bon souvenir de professionnels
Rieul Lebreton a, d'une certaine manière, réussi sa pub pour le salon du chiot mais s'est rappelé au bon souvenir de professionnels
Rieul Lebreton a voulu tester la réaction des Réunionnais, comme il l’a dit lui-même, en lançant le premier salon du chiot. Un pari osé au vu de l’état sanitaire des chiens à La Réunion. Durant son salon, il s’est vite retrouvé confronté à une opposition farouche de la PA.
 
Le lendemain de la fermeture du salon, Zinfos a été contacté par deux professionnels aux univers différents. L’un dans le fret, l’autre dans l’élevage de chiens. Les deux ont travaillé ou tenté de collaborer avec Rieul Lebreton en 2014.
 
La première société, métropolitaine d’origine, est installée dans notre département depuis trente ans. Le transitaire Gondrand Frères avait convenu, en janvier 2014, d’honorer la commande de transport de chiots issus d’élevages métropolitains vers La Réunion. Johanne Kalfon, la directrice pôle avion et maritime Réunion chez Gondrand, raconte la mésaventure que sa société a rencontrée.
 
Le transitaire avance les frais en surplus en faisant "confiance"

"Nous avions reçu une commande de transport pour 8 chiots de la part de M. Lebreton. Le jour du départ, nous nous sommes retrouvés avec 30 chiots". La compagnie aérienne a évidemment refusé les chiens en soute car ils étaient "trop nombreux par cage". Normal, "il faut savoir que nous sommes soumis aux règles IATA et aux conditions des compagnies. Nous étions ce jour-là un vendredi et notre société est fermée le week end. Sous la pression, puisque notre conscience professionnelle fait que nous tentons d’éviter de faire patienter des animaux qui sont déjà en stress, nous les avons fait passer avant tout autre chose. Nous avons donc fonctionné à la confiance avec M. Lebreton."

Dans la manoeuvre, la société spécialisée dans le transport du vivant décide de solliciter exceptionnellement un déclarant en douane le samedi matin pour permettre un départ des fameux lots de chiens de race au plus tôt. L’ardoise s’est donc alourdie en conséquence au vu de la surcharge des chiens non prévus au départ.
 
Initialement, le fret était calé pour 400 kg et finira par atteindre 1,6 tonne. Rieul Lebreton ne règlera que la facture initiale. La société de transport Gondrand Frères portera plainte pour récupérer les frais avancés dans l’urgence pour le surplus de poids (soit 6.200 euros). Mais n’ayant pas produit de pièce comptable pour tracer ce surcoût - "et c'est notre faute aussi d'avoir fonctionné à la confiance" - le transitaire sera débouté le 22 juin dernier devant le tribunal de commerce de Saint-Denis. "Je veux simplement mettre en garde contre ce genre de pratique malhonnête", ajoute Johanne Kalfon de la société de transit.
 
Incriminé par Gondrand, Rieul Lebreton tient logiquement un autre discours. "On a importé des animaux avec Gondrand. Les chiots sont arrivés à La Réunion, on a payé Gondrand qui nous avait demandé de payer tant. Et voilà que trois mois après, le transitaire vient nous dire que c’est un peu plus. 3 ou 4 jours après la première facture, je peux comprendre, mais je leur ai dit, c’est bizarre, vous le remarquez trois mois après. Ils ont perdu devant le tribunal". La société Gondrand sera même condamnée à payer plus de 1.000 euros de frais de justice à la partie adverse. "Après, s’ils décident de faire appel de la décision du tribunal, c’est à eux de voir", explique Rieul Lebreton.
 
"Il n’a jamais voulu que je contrôle ses élevages"
 
Autre mécontent : Cédric K’Bidi a quant  lui l’œil averti de l’éleveur canin. Spécialisé dans la race dogue allemand, l’éleveur du Tampon  est représentant de la race au cani-club de France. En clair, il se fait le relais des éleveurs métropolitains qui placent des chiots dans les élevages réunionnais. C’est à ce titre qu’il dit avoir tenté d’entrer en contact avec Rieul Lebreton courant 2014. "Il n’a jamais accepté que je vienne vérifier l’état des chiens dans ses installations", déplore Cédric K’Bidi, pourtant mandaté par des éleveurs de métropole pour s'assurer du suivi des placements. "S'il n'a rien à cacher, pourquoi n'ouvre-t-il pas les portes de ses élevages ?", demande-t-il. Selon l’éleveur réunionnais, ses homologues métropolitains commencent, depuis cet épisode, à regarder avec plus de méfiance avec qui ils font affaire désormais. Et encore plus depuis la création du salon du chiot qui est remonté aux oreilles de certains éleveurs métropolitains.
 
Pour Cédric K’Bidi, un éleveur passion se caractérise par l’élevage d’une seule race. Entre 2 à 3 races, cette pratique suppose pour lui le seul intérêt pour l’éleveur de pallier un manque à gagner sur une race. Au-delà, ce qui est le cas de Rieul Lebreton, il ne s’agit ni plus ni moins que d’"un marchand de chiens". En tout cas, "avant le salon du chiot, je peux vous dire que beaucoup d’éleveurs que je connais affirment que M. Lebreton leur était inconnu dans le monde canin."
 
Sans vouloir nous révéler le nombre de chiens qu’il a en élevage, Rieul Lebreton rappelle que 12 éleveurs marchent à ses côtés. Sont-ils en fait des salariés ? Ce que suppose Cédric K’Bidi au vu de ce qu’il appelle "l’usine à chiots" mis en place par son homologue, surtout intéressé "pour alimenter sa propre animalerie".
 
"Ils sont tous capacitaires", rétorque le gérant de Garden expo. Rieul Lebreton explique s’entourer de personnes sorties du chômage et à qui il a avancé les frais, de quoi vivre après que leur Assedic ait été coupé, avant que les élevages ne deviennent rentables. Soit deux ou trois ans selon la croissance de l’animal. "Quand vous êtes éleveur à La Réunion, vous ne pouvez pas vivre car les frais de vétérinaire sont élevés, On est condamné à travailler davantage", affirme l’exposant jusque-là plus connu dans le milieu de l’horticulture.
 
Sa réponse à Cédric Kerbidi est frontale. "Je ne veux plus entendre parler de lui. On ne construit pas l’élevage canin à La Réunion avec ce comportement malsain et méchant", poursuit l’organisateur du salon du chiot qui ressort une histoire de non paiement de deux dogues allemands à un éleveur métropolitain (M. Dos Santos) par Cédric K’Bidi (*ce dernier répond, voir plus bas).
 
"On prépare la riposte"
 
Rieul Lebreton rappelle, devant les doutes portés face à son activité d’"usine à chiots" selon ses détracteurs, qu’il a toujours privilégié les éleveurs réunionnais avant de passer par des commandes en métropole. Autre garantie qu’il apporte : "j’ai été contrôlé. Tous les chiots sont là. Pourquoi ne visent-ils pas plutôt les ventes sans contrôle sur Le Bon Coin ? Nous avons douze personnes capacitaires. Les installations sont ventilées, climatisées, chauffées. On ne peut pas faire mieux. Alors s’ils estiment que je ne suis pas éleveur…", reste-t-il dubitatif.
 
Selon Rieul Lebreton, ces attaques sont essentiellement l’oeuvre de petits éleveurs. De la jalousie mal placée face à un concurrent qui dérange en organisant le premier salon du genre dans l’île ? "Le métier d’éleveur est très dur. Si ma fille n’avait pas été docteur vétérinaire, je ne l’aurais pas fait", avoue-t-il. "Pourquoi ils n’ont jamais organisé de salon ?" renvoie-t-il la balle.
 
"Bientôt on prépare la riposte sur la qualité du travail", promet-il par ailleurs. "Chaque éleveur aura chez nous son panneau comportant adresse, numéro d’enregistrement à la chambre d’agriculture et son certificat de capacité".

Assez pour rassurer les éleveurs métropolitains qui surveillent ce qui se passe ici ?

---
* Le droit de réponse de Cédric KBidi et de M. Dos Santos en métropole, suite aux accusations de M. Lebreton :
 
Cédric K'Bidi : "J'ai contacté moi-même l'éleveur Dos Santos dont M. Lebreton vous a dit que j'ai acheté deux chiots dogues allemands et que je n'ai pas payé, ce qui fait de moi un voleur et en prime avec ma fonction de délégué dans cette histoire...Voici en copié-collé le message de l'éleveur Dos Santos" :
 
Carlos Dos Santos : "J'ai vendu 2 femelles dogues allemand bleues à M. Lebreton qui m’a dit qu'il allait monter une usine de croquettes, c'est pour cela qu'il importait des chiens. Quand il est venu chez moi avec ses 2 employés, il y avait déjà un chiot dans son camion. Par contre je n'ai aucun litige par rapport à M. Lebreton sauf le manque d'information lié aux 2 petites chiennes que je lui ai vendues et ce qu’elles sont devenues. Dans votre journal daté du 10 août, M. Grondin écrit (suite aux propos de M. Lebreton, ndlr) que je suis en litige avec M. K'bidi, ce qui est totalement faux puisqu’il ne ma jamais acheté de chien donc je ne vois pas pourquoi il me devrait de l'argent. M. K'bidi est délégué du Doggen club de France, c'est à juste titre qu'il s'inquiète des conditions de nos dogues allemand. C'est pour cela M. Grondin que j'aimerais à l'avenir que vous vérifiiez vos sources".

 
Lundi 10 Août 2015 - 20:22
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 7091 fois




1.Posté par KLD le 10/08/2015 21:19
houlà ....

2.Posté par maçonnerie le 10/08/2015 21:57
Rieul Lebreton....peut on ressortir son histoire et ses liens avec la Région Réunion sous l'ère Freedom/PCR..quid des hectares de terres "récupérées" pour faire du bourbon pointu ? si le journaliste voulait bien investiguer...?

3.Posté par GIRONDIN le 10/08/2015 22:03 (depuis mobile)
.."..400 kg et finira par atteindre 1,6 tonne..."
..".C''est un peu plus. 3 ou 4 jours après la première facture...".

Il faut dire merci au transitaire pour ce formidable cadeaux!!!!


4.Posté par un petit commerçant.... le 10/08/2015 22:13
encore rieul lebreton

personne ne rappelle de "pause café" ? de "Noterbel" ?

il a importé des orchidées protégées

il a détruit le marché de l'orchidée, il essaye de faire pareil avec l'anthurium, les roses du desert, etc etc
enfin quand on voit la qualité que c'est... c'est NUUUUUL.
son salon "tout le monde" ne veut que les produits de mr lebreton, pas le droit de vendre autres choses (ou tres peu).... une fois j'y ai été en visiteur, ce monsieur parlait à un commercant qui vendait des produits pas à lui "je vais faire couler les petits producteurs, dégage d'ici, etc etc".

quand on a de l'argent on peut tout faire, même is ça coule 1 ou 3 ans après...

maintenant il s'attaque aux animaux.

à j'aimerais avoir beaucoup d'avoir comme vous.

importer en masse, cassé les prix, tuer les petits producteurs, etc etc
ça doit être génial d'avoir autant d'argent quand même.

c'est quoi votre prochaine victime ?

5.Posté par Café d''élu le 10/08/2015 22:44 (depuis mobile)
S''accaparer des terrains, bénéficier de subventions directes et indirectes lorsqu''on maitrise la stratégie, le vote: n''est-ce pas un conflit d''intérêt, un délit d''initié, un détournement de fonds public et plus, un enrichissement sans cause si vendus

6.Posté par incognito le 10/08/2015 23:41
Elever des chiens ce n'est pas seulement respecter les normes d'élevage (chauffage taille des box diplomes et j'en foutre) c'es SURTOUT ET AVANT TOUT la sociabilisation des chiots !!!!!!!! Des chiots qui ne connaissent que leurs lampes le jet d'eau et la gamelle ne seront jamais aptes à la vie de famille à la quelle on les destine !!! Ils seront soit peureux soit agressifs !!! Un élevage au sens noble du terme ça veut dire des chiots qui voient des enfants jouent avec, connaissent l'aspirateur, la laisse les balades etc .... l'usine à chiot même dans les normes d'élevage c'est pas ça !!!!!

7.Posté par hoareau le 11/08/2015 00:11
En faites MR LEBRETON n' y est toujours pour rien, il est en conflit avec tout le monde mais pour lui tout va bien...
Attention, il se dit chef d'entreprises mais quand on connait ces agissements et comportements, ça vole très bas...
Ils se croient au dessus de tout le monde, menteur, manipulateur etc et voila qu'il se lance dans le marché d'animaux sauf que lui il a tous les caractéristiques d'être un marchand de chiens et non éleveur, ce n'est pas de sa compétence...

8.Posté par Contre le démago le 11/08/2015 00:23

9.Posté par K/BIDI le 11/08/2015 01:01
Je constate que ce chère MR LEBRETON n'est pas digne d'un chef d'entreprise comme il le prétend et j'ai fait l'erreur de l'avoir trouver sur mon chemin... En effet, ce chère MR m'avait contacté en début d'année dernière car il avait réservé des chiots dogues allemands dans des élevages métropolitains et que certains d'entre eux n'envoyaient pas de chiots si je me rendais pas sur place , ils m'avaient sollicité en tant que représentant de race officielle... L'ayant eu au téléphone, je l'ai pas trouvé convaincant pour un soit disant passionné et il m'avait donné une fausse adresse donc j'ai mis en garde certains éleveurs et cela l'a rendu furieux car il pense qu'avec l'argent il pouvait tout faire, hélas d'autres chiens sont rentrés avant dont ils n'ont plus aucunes nouvelles... Il les a tous a manipulé et mentit en prétendant qu'il avait une usine de croquettes hors que c'était faux, tout ce qu'il voulait c'est de créer une animalerie et rien d'autres... Il dit qu'il a 12 éleveurs avec lui, totalement faux, c'est juste des personnes qui ont passés le certificat de capacité canin et non des éleveurs, il faudrait qu'il arrive a faire la différence... Tous les sites qu'il a mentionné, ils n'ont pas tous étés contrôlés, pourquoi a t' il refusé que je viens voir les locaux ou vivent les chiens s'il n'a rien a se reprocher ??? En ce qui me concerne, il me cite comme de quoi que j'ai pris deux chiots a l'éleveur Dos Santos que je n'ai pas payer et bien il fait fort, depuis des éleveurs enverront des chiens loin de chez eux non payer par moi%2

10.Posté par hoareau le 11/08/2015 02:20
C'est exactement sa Incognito mais sa MR LEBRETON ne comprendra jamais...

11.Posté par Candide le 11/08/2015 06:16
Beaucoup d'interdictions sur le panneau d'entrée du salon du chiot !!!

12.Posté par folin le 11/08/2015 08:55
Ce ne sont que des "chiens" pourquoi en faire toutes ces histoires ?

Ce ne sont pas des humains !

13.Posté par Amasutum le 11/08/2015 09:18
N'y a-t-il pas conflit d'intérêt, dans la mesure où la fille de ce monsieur est vétérinaire ???

14.Posté par Attention aux escrocs le 11/08/2015 16:44
Un chien de race s'achète si l'éleveur vous donne le certificat de naissance LOF du chiot , le carnet de vaccination , le tatouage ou la puce, la preuve que le chien a été vermifugé, un certificat de bonne santé datant de moins de 4 jours signé par un vétérinaire.
Si le vendeur ne vous fournit pas tous ces papiers fuyez !!!!!
Et même au cas ou tous ces papiers sont là vous n'êtes pas à l'abri d'un aigrefin qui vous vendra le chiot d'une autre portée.... La seule solution est le suivi ADN des parents et du chiot.
Attention aussi aux radios des hanches ET des coudes des parents pour les chiots style berger alllemand.

Les passionnés de chiens font venir des chiots LOF de france, il y a trop de risques à la réunion.

15.Posté par bjt le 23/08/2015 12:22 (depuis mobile)
Je le trouve malsain car j ai u a faire a lui au salon expo chiot il voulait que je lui vend des chiots non lof née des parents lof

16.Posté par zanatany le 07/09/2016 07:54
@12....

On devrait mettre ( folin @12 ) au marché aux puces ?
Les animaux sont plus doués, intelligents et sensibles qu'un boug zamalé, alcoolisé et détraqué !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales