Société

"Les policiers municipaux sont les parents pauvres de la sécurité"


"Les policiers municipaux sont les parents pauvres de la sécurité"
Les policiers municipaux doivent-ils être armés ?

Cette question revient souvent sur le devant de la scène lorsqu'un policier municipal est agressé pendant son service. Et cela arrive parfois plus qu'on ne le pense : en 2012, 87 policiers municipaux ont été blessés pendant leur service sur le territoire français. Depuis le début de l'année 2013 , 37 policiers municipaux ont été blessés. Et depuis 1982, on recense une dizaine de morts.

"De plus en plus de missions deviennent dangereurses. L'inséurité est grandissante, le respect de l'ordre ou de la loi est de plus en plus rare. Tôt ou tard, dans le cadre de son service, le policier municipal est amené à rencontrer un individu armé", note Jean-Louis Del Pistoia, délégué départemental de l'Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM).

"Un seul et même métier"

A la Réunion, il y a environ 180 policiers municipaux. Au total, ils sont plus de 18.000 en France, répartis dans 3.200 communes. Jean-Louis Del Pistoia n'y va pas par quatre chemins au moment d'évoquer la problématique du port d'armes : "les policiers municipaux sont les parents pauvres de la sécurité", affirme-t-il. "L'Etat se décharge de certaines mesures sur les collectivités locales, mais celles-ci n'ont pas toujours les moyens adéquats. Ainsi d'une commune à l'autre, les prérogatives des policiers municipaux changent et les salaires ne sont pas les mêmes. Alors qu'il s'agit d'un seul et même métier", souligne ce policier.

Son syndicat demande une uniformisation du régime indemnitaire et du matériel des policiers municipaux. Et que les policiers municipaux puissent être armés pour qu'ils puissent "avoir les moyens d'assurer leurs missions".

Les policiers municipaux dépendent du maire et ne sont compétents que dans la ville où ils sont affectés. Ils sont chargés de la prévention, de la surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité des lieux publics. Et sont habilités à constater par procès-verbal certaines infractions : non respect du code de la route, nuisance sonore, divagation de chiens dangereux, abandon d'ordures sur la voie publique, non respect de la loi anti-tabac dans les lieux publics... La police municipale  a le pouvoir d'interpeller un contrevenant, mais pas de le mettre en garde à vue.

La Réunion, un des départements où les policiers municipaux sont le mieux armés

Sur le terrain, les missions des policiers municipaux peuvent donc varier. Et leur armement (tonfa, taser, flashball, armes à poings...) dépendent donc choix du maire. "Certains maires demandent à ce que la police municipale soit armée et d'autres pas. La Réunion est un des départements où ils sont les plus armés", souligne Jean-Louis Del Pistoia.
 
"Le rôle d'un policier est de tout mettre en oeuvre pour faire cesser une infraction. Comment un policier municipal peut-il assurer une mission de sécurité publique sans avoir les moyens de défendre autrui ou lui-même ?" conclut Jean-Louis Del Pistoia.
Dimanche 4 Août 2013 - 17:30
Lu 3081 fois




1.Posté par bizarre ca le 04/08/2013 18:59
Il faut dire qu'ils ont un statut un peut "bizare"....

2.Posté par bernard974 le 04/08/2013 19:55
Qu'ils soient armés n'est pas négatif, mais il est nécessaire et indispensable qu'ils suivent une formation identique à celle des fonctionnaires de la police nationale ou de la gendarmerie pour éviter au maximum les "bavures"

3.Posté par GRIBELBAUER JO le 04/08/2013 19:57
Est-il exact que la Police municipale n'est pas tenue de respecter les règles générales du
Code de la route dans leur service ordinaire ? notamment la ceinture de sécurité, les feux
diurnes et les stationnements ? C'est ce que disent les agents de Metz Métropole.
Merci de votre réponse.
Cordialement.
JGG.

4.Posté par Tanbi le 04/08/2013 22:11
Nooon !!! je le crois pas !!! le mec qui veut des pistolets s'appelle Del Pistoia. Tu m'étonnes...

5.Posté par contribuable le 04/08/2013 22:56
qu'on commence par créer suffisamment de postes, au moins l'argent des contribuables sera utile, à condition que les maires menfoutistes ne brident pas ces policiers, alors que les nuisances sonores sont devenues un probleme majeur à la Reunion

6.Posté par Lebon le 05/08/2013 06:58
Post 1, la police municipale a un statut parfaitement défini . POst 2, la formation en matière de tir et de légitime défense est identique à celle de la Police Nationale ou la gendarmerie donc le mot "bavure" est à proscrire.
La formation des Policiers Municipaux est complète et encadrée par la Police Nationale, la magistrature, des gendarmes etc................: la nouvelle génération d'après 2000 n'a rien à envier à un corps de l Etat mais chacun garde ses prérogatives devant la loi , tous ces corps restant sous la responsabilité du Préfet et la Direction du Procureur de la République en matière judiciaire.

7.Posté par ANONYME le 05/08/2013 08:25
DEL PISTOTIA JE VOUS RAPPELLE QUE LA POLICE MUNICIPALE N'EST PAS PAUVRE VOUS ÊTES UNE DES FILIÈRES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE A ÊTRE LA MIEUX PAYER ET UNE DES FILIÈRES QUI AVANCENT EN ÉCHELON ET EN GRADE... ARRÊTER DE VOUS PLAINDRE ET JE SUIS CONTRE LES POLICIERS MUNICIPAUX ARMES. IL Y EN A QUI SE PREND POUR DES COW-BOYS ICI....

8.Posté par Antiflic le 05/08/2013 08:28
Vous avez vu le niveau des policiers municipaux ?
Et vous voudriez qu'ils aient des armes ?

9.Posté par USPPM le 05/08/2013 11:43
Chers (e) internautes
il semblerait que les idées reçues et les clichés soient encore de mise, je tenterai donc de répondre à la fois à ANONYME et aux autres détracteurs
Nous sommes la seule filière dont les agents sont soumis au double agrément et dont la perte peut entraîner le licenciement,
Nous sommes la seule filière dont les agents sont soumis à une formation initiale d'application
Nous sommes la seule filière dont les agents sont soumis à une formation continue obligatoire
Nous sommes la seule filière ou les agents sont soumis à un code de déontologie (sauf bien sûr le corps médical de la FPT)
Nous sommes la seule filière à être assujettie au port obligatoire d'une tenue et à devoir nous déplacer à bord de véhicule dument sérigraphié,
Nous sommes la seule filière à être particulièrement exposée à des risques au quotidien pour assurer la sécurité des autres
Nous sommes la seule filière à être placée sur le plan judiciaire sous la compétence du Procureur de la République
Quant à notre niveau M ANTIFLIC renseignez vous avant d'écrire des âneries...
Cordialement

10.Posté par Zébra 3 le 05/08/2013 12:40
@antiflic: tu portes bien ton nom mais peut être que celui d'anticervelle te serait certainement mieux convenu...
" le niveau des PM..." ?? Pauvre IGNARD! Perso j'ai BAC + 2 avec la passion de notre profession... Va donc essayer de passer le concours de GPM si seulement t'en est capable et renseignes toi mieux sur notre job et ceux qui l'exercent avant de tailler sans aucune matière, à bon entendeur...

11.Posté par Pascal Maillot du RBM le 05/08/2013 13:31
Dans notre programme de 2014 aux municipales, ce volet sécurité est prioritaire! Nous devons donner plus de moyens à nos policiers municipaux. Il faut les armer, les soutenir, protéger la population est essentielle.
Les deux polices doivent oeuvrer dans la même direction, dans le même sens pour le bien de tous.
La sécurité c'est l'affaire du FN, nous sommes les seuls capables de rétablir l'ordre.

12.Posté par STARSKY le 05/08/2013 15:08
USPPM au lieu de réciter à chaque fois ta poésie par cœur aux lecteurs je pense qu'il faut que tu apprennes ton code de déontologie... VU...

13.Posté par USPPM le 05/08/2013 17:08
@STARSKY
Se connait-on pour vous permettre de me tutoyer ?
Quant au code de déontologie, j'ai beau le lire et relire je ne vois pas en quoi je ne le respecterais pas car si nous avons des devoirs, nous avons aussi des droits qui eux sont inscrits dans La loi Lepors, ne vous déplaise...

14.Posté par STARSKY le 06/08/2013 07:46
MILLE EXCUSES.... NON ON SE CONNAIT PAS.... ON N'A PAS ÉLEVÉ LES V.... ENSEMBLE

15.Posté par USPPM le 06/08/2013 14:09
@STARSKY
sans doute les avez vous élevées avec une autre personne ...

16.Posté par zébra 3 le 06/08/2013 15:06 (depuis mobile)
Mdrr ça taille sévère...

17.Posté par STARSKY le 06/08/2013 15:11
CA SE VOIT QUE VOUS ACCOMPLISSEZ GRANDEMENT VOTRE MISSION... LA PREUVE lol!!!!

18.Posté par USPPM le 06/08/2013 16:48
@STARSKY et vous la votre ...

19.Posté par USPPM le 06/08/2013 17:32
Au vu des commentaires non constructifs de certains, je ne vois aucun intérêt de continuer ce "débat" Cordialement

20.Posté par LILAS le 07/08/2013 07:58
Bien vu Monsieur Del Pistoia vous avez compris qu'il ne fallait plus répondre mais c'est quand même une liberté d'expression pour de nombreux lecteurs.

21.Posté par Opsomer le 08/08/2013 00:04
Les missions de la police municipales sont définies par l’article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales. Il faut, à ce titre, retenir l’ensemble de l’article et non se limiter à la phrase d’introduction comme le font trop souvent les syndicats de police municipale, d’autant que chaque point définit la première phrase. Aussi, une lecture totale et exhaustive s’impose :

La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

1° Tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques, ce qui comprend le nettoiement, l'éclairage, l'enlèvement des encombrements, la démolition ou la réparation des édifices et monuments funéraires menaçant ruine, l'interdiction de rien exposer aux fenêtres ou autres parties des édifices qui puisse nuire par sa chute ou celle de rien jeter qui puisse endommager les passants ou causer des exhalaisons nuisibles ainsi que le soin de réprimer les dépôts, déversements, déjections, projections de toute matière ou objet de nature à nuire, en quelque manière que ce soit, à la sûreté ou à la commodité du passage ou à la propreté des voies susmentionnées ;

2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d'ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d'assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;

3° Le maintien du bon ordre dans les endroits où il se fait de grands rassemblements d'hommes, tels que les foires, marchés, réjouissances et cérémonies publiques, spectacles, jeux, cafés, églises et autres lieux publics ;

4° L'inspection sur la fidélité du débit des denrées qui se vendent au poids ou à la mesure et sur la salubrité des comestibles exposés en vue de la vente ;

5° Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches ou autres accidents naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d'urgence à toutes les mesures d'assistance et de secours et, s'il y a lieu, de provoquer l'intervention de l'administration supérieure ;

6° Le soin de prendre provisoirement les mesures nécessaires contre les personnes atteintes de troubles mentaux dont l'état pourrait compromettre la morale publique, la sécurité des personnes ou la conservation des propriétés ;

7° Le soin d'obvier ou de remédier aux événements fâcheux qui pourraient être occasionnés par la divagation des animaux malfaisants ou féroces ;

8° Le soin de réglementer la fermeture annuelle des boulangeries, lorsque cette fermeture est rendue nécessaire pour l'application de la législation sur les congés payés, après consultation des organisations patronales et ouvrières, de manière à assurer le ravitaillement de la population.

22.Posté par Opsomer le 08/08/2013 00:08
Les syndicats de police municipale évoquent souvent, pour justifier la nécessité d’un armement, la question des blessures en service. Cet argument mérite qu’on s’y arrête.

En 2012, 87 agents municipaux ont été blessés en service. Sachant qu’il y a environ 18 500 agents de police municipale en France, on obtient donc un taux de 0,47 %. A titre de comparaison, 10.000 policiers et gendarmes sont blessés tous les ans, soit près de 7 %. Ces chiffrent permettent de relativiser l’argumentation selon laquelle les policiers municipaux seraient confrontés aux mêmes risques que les policiers ou gendarmes nationaux. D’ailleurs, est-ce un hasard si un nombre croissant de militaires de la gendarmerie nationale, fraîchement retraités ou non, demandent leur détachement vers les polices municipales ?

23.Posté par USPPM le 08/08/2013 16:51
A partir du moment où les policiers municipaux exercent des missions de sécurité publique, puisque celles-ci sont également inscrites dans le CGCT, et dans le Code de la Sécurité Interieure (article 511-1) il semble logique qu'ils soient dotés de moyens de protection et de défense, à moins qu'ils se mettent à l'abri dès qu'ils rencontrent une situation périlleuse, mais demande t-on cela à un policier (même municipal) ?...

24.Posté par USPPM le 09/08/2013 00:03
Certains spécialistes ont une analyse très particulière en ce qui concerne les missions des policiers municipaux, selon eux, ceux-ci doivent exercer des missions de sécurité publique mais elles ne sont pas les mêmes que celles attribuées aux autres forces de l'ordre.

Le nombre de blessés est également comparé, disséqué, analysé et la conclusion est sans appel : les policiers municipaux n'ont pas à être dotés de moyens de protection ni de défense.

Encore des conclusions qui ne tiennent pas compte de la réalité du terrain, des violences que subissent les forces de l'ordre en général et les policiers municipaux en particulier, des situations périlleuses qu'ils rencontrent et des drames qui en découlent.

Dans un salon feutré, ces spécialistes, qui n'ont apparemment jamais revêtu un uniforme de police sur la voie publique dans des secteurs « chauds » décrètent et argumentent...

Selon eux toujours, les policiers municipaux ne sont pas de vrais policiers, pourquoi n'expliquent-ils pas alors la raison pour laquelle ils participent à la sécurité des citoyens, pourquoi ont-ils le DEVOIR d'agir en cas d'infraction pénale.

Car les policiers municipaux ne sont pas uniquement cantonnés à exercer des missions de police administrative, qui ont pour but la prévention des troubles à l'ordre public sous toutes leurs formes

mais également des missions dites de police judiciaires, puisque ceux-ci relèvent des infractions.

De ce fait, les policiers municipaux ont à la fois un rôle préventif mais également répressif et puisqu'il s'agit de leurs missions, on peut facilement imaginer qu'une personne n'ayant pas respecté la loi, puisse tenter de se soustraire par tous les moyens à ceux qui en sont les garants.

A nouveau donc, ces fins analystes sont invités à patrouiller aux côtés de ces "faux policiers" afin qu'ils aient une idée plus réaliste de ce métier.

25.Posté par Boudjemaa le 14/08/2013 13:16
Bonjour à tous.

Lorsque vous parlez de sécurité, je vous invite à faire la distinction entre la sécurité publique (police nationale, municipale et gendarmerie, douane ?), la sécurité civile (pompiers, unités de sécurité civile) et la sécurité privée (gardiennage).

Je vous enjoins si vous prenez en compte toute les sécurités, à ne pas oublier les agents de sécurité privée qui :

- ne sont pas fonctionnaires,
- peuvent être licencier facilement,
- soumis aux contraintes des employeurs et donneurs d'ordres,
- n'ont pas, sauf cas exceptionnel à porter d'arme,
- sont les cibles des railleries des forces de l'ordre, qui souvent considère négativement la fonction d'agent de sécurité,
- n'ont aucun pouvoir de coercition,
- ont un salaire à peine au dessus du SMIC,

Merci à tous de bien reconsidérer que les parents pauvres de la sécurité, ce sont ceux qui travaille dans le privé.....

L'état qui se désengage, c'est avant tout au profit de la sécurité privée, qui d'après les statistiques, représentera en 2020 un nombre dépassant les forces de police et gendarmerie réunies.

Merci

26.Posté par Opsomer le 11/09/2013 23:55
@ Boudjemaa

La distinction s'impose d'autant plus que la sécurité privée ne protège nullement les citoyens mais ses clients.

27.Posté par Opsomer le 11/09/2013 23:57
« Insécurité : alerte rouge » titrait Le Figaro mardi dernier (10 sept.). Selon le quotidien de Serge Dassault, « Tous les indicateurs des statistiques de la délinquance du ministère de l’Intérieur sont à la hausse ». Tous ? Les derniers chiffres de l'ONDRP (Observatoire de la délinquance et des réponses pénales créé en 2003 par Nicolas Sarkozy), publiés dans l’indifférence générale au mois de juillet, montrent pourtant que les agressions physiques contre les forces de l'ordre sont en baisse pour la deuxième année consécutive (moins 4,5 % en ce qui concerne la police nationale et 11,5% pour la gendarmerie) ; c’est même la plus forte baisse enregistrée depuis 2007, les agressions étant passées de 12 879 à 12 301. Une tendance que l’on retrouve pour les polices municipales. Le 29 août 2011, l’USPPM déplorait sur ce site 57 agents de police municipale blessés en service depuis le début de l’année 2011 (« Encore des ʺemployés communauxʺ blessés dans l’exercice de leurs fonctions »). Or, en ce mois de septembre 2013, l’USPPM en dénombre 42, soit une baisse de 26 % !

28.Posté par Opsomer le 12/09/2013 00:17
@ Lebon

Le mot "bavure" est à proscrire ? Le 7 avril 2007, un agent de police municipale, âgé de 40 ans, intervenant pour un vol de scooter dans les rues de Loudéac (commune située dans le département des Côtes-d'Armor), a tiré dans le dos du voleur qui fuyait avant de porter secours à son collègue qui s'était fait agresser au moment de passer les menottes. "Je n'avais jamais vécu une telle situation avant", a expliqué lors de son procès l'homme, qui a été condamné, en 2009, à une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis, assortie d'une interdiction de port d'arme de trois ans et d'une amende de 1.600 euros.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales