Société

Les plongeurs locaux prêts à poursuivre les marquages sur les requins

Les marquages privés de requins se poursuivront. Guy Gazzo, ancien moniteur de plongée qui a suivi de bout en bout les sorties de Frédéric Buyle et de William Winram, annonce qu'il se sent prêt à poursuivre la campagne. A charge pour lui de former comme il se doit d'autres plongeurs qui se sentent d'y aller.


 
Le rideau tombe sur trois semaines de marquages privés sur les requins tigres et bouledogues, ou du moins des "tentatives" de marquages puisque des 17 sorties en mer, aucun taggage n'a pu être réalisé.

Malgré la déception de revenir bredouille, le binôme d'apnéistes venu de l'extérieur laisse derrière lui une somme de connaissances sur laquelle tenteront d'embrayer les apnéistes locaux. Il sera malgré tout difficile d'agir avec autant de dextérité que les deux champions, pour une simple question de capacité physique. "Nous irons jusqu'à 15 ou 20 mètres, mais pas à 30, voire plus, comme Fred et William", observe le connaisseur. Seul avantage : "Nous, on n'est pas pris par le temps", poursuit-il.

"Des gars comme Frédéric ou William peuvent rester 5, 6, 7 minutes sous l'eau", constate, amusé, Georges Masanelli, président du comité régional de plongée (FFESSM). "Moi, je pourrais pousser jusqu'à 1 minute 30 et jusqu'à 20 mètres de fond, pas plus", assure-t-il.

Des stages pour croiser plus souvent des requins !

"Nous prendrons le relai", confirme néanmoins Guy Gazzo. Ancien moniteur de plongée et désormais instructeur en pêche sous-marine, plongée et apnée, il aura pour mission de montrer aux autres apnéistes volontaires les techniques d'approche du squale. Frédéric Buyle le confirmait quelques minutes plus tôt : les animaux sont très craintifs contrairement à la réputation que l'on donne aux requins. Outre les volontaires pour passer en revue les fonds de la côte Ouest, il faudra aussi dénicher des personnes avec des aptitudes minimum à l'apnée. La plongée bouteille est en effet proscrite car elle fait fuir le prédateur.

Guy Gazzo se permet d'imager sa pensée : "On a toujours appris à un enfant à regarder à droite puis à gauche pour traverser une route. Dans l'eau, c'est pareil. il faut regarder autour de soi. J'ai acquis la certitude que le requin n'attaque que s'il sait qu'il n'est pas observé". Pour aller un peu plus loin dans la bataille contre la peur du requin, Frédéric Buyle prônait quelques minutes plus tôt la mise en place de stages qui mettraient en condition les apnéistes locaux dans des eaux autres que celles de la Réunion, afin de pouvoir croiser plus de requins et donc apprendre plus vite.

"Je suis le seul à avoir assisté à toutes les sorties. C'est normal, je suis disponible car à la retraite", explique Guy Gazzo. "Nous ne pouvions pas non plus être trop nombreux autour de Frédéric et William". Passé les difficultés de coordination des plannings des volontaires qui se sont déjà fait connaître selon lui, restera à rectifier le tir avec le matériel à disposition.

Passer le stade de la crainte

"La technique marche très bien sur les grands requins blancs par exemple, mais je n'ai jamais effectué de marquage sur des requins bouledogues", reconnaissait lors de la conférence de presse Frédéric Buyle. Raison supplémentaire pour envisager d'adapter le matériel à disposition des apnéistes. "On va remédier au problème matériel", promettait Georges Masanelli.

Enfin, tout aussi important, une bonne formation des futurs "marqueurs" passera obligatoirement par une approche moins craintive. "J'étais étonné de voir des pêcheurs sous-marin restés pétrifiés à la vue d'un bouledogue", raconte William Winram, qui ne comprend pas ce rapport à la mer aussi distant de la part des Réunionnais. Même son de cloche amusé de la part de Frédéric Buyle. Pourtant, la personne qui avait peur était bien de l'expédition des marquages. "Julie (prénom d'emprunt), une plongeuse qui était avec nous et qui était en charge du matériel etc... a eu un geste de recul lorsqu'elle a commencé à voir un, puis deux, trois, quatre requins en-dessous de nous, par environ 18 mètres. Passé l'appréhension toute naturelle, elle nous a fait signe qu'elle trouvait ça majestueux de les voir évoluer".
Mardi 6 Décembre 2011 - 17:18
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1699 fois




1.Posté par papangue sauvage le 06/12/2011 17:04
excellente initiative tant qu'il s'agit de marquer et non pas flinguer

2.Posté par Le troll 974 le 06/12/2011 18:14
Si j'ai bien compris , les seuls qui trouvent des requins a la réunion c'est les surfeurs !! Donc envoyons les surfeurs marquer les requins !! Pas con le mec !! Non ? Fallait la trouver cette idée Et je ne suis pas dans dans la politique !! meme pas fonctionnaire !!

3.Posté par Rue Cambronne le 06/12/2011 20:18
Noé, le recordman du temps passé sur zinfos, pourrait éventuellement, si on le lui demandait gentiment, de leur faire plaisir aux surfeurs en consacrant au moins 6 minutes de son temps, et par jour, au marquage des requins sous l'eau. Il aurait des choses à nous raconter !!!
Étonnant qu'il ne se soit pas encore manifesté sur le sujet !

4.Posté par Thierry le 06/12/2011 20:42
Ils vont POURSUIVRE les marquages EN JUSTICE............

Je me demande pourquoi en fait l'homme a peur du requin ? L'Homme est IGNARE.. On dit bien que l'on a peur que de ce que l'on ne connait pas.

Le requin est très craintif. Il n'attaque que s'il n'est pas observé. Il suffit d'avoir ses rétroviseurs bien réglés. Je veux faire le stage pour croiser DES requins... et les PLUS GROS .... OUAIIIIIIIIHHHHH !!!!

Je veux même un REQUIN pour Noël.... dans mes petits souliers.... ce sera mon NAC plus ultra.

5.Posté par NEMO le 06/12/2011 20:52
*Il faut se réapproprier l'espace marin et sous-marin en particulier à proximité de la plage des Roches noires et de Boucan canot ainsi que l'ont justement déclarés, Fred et William, 2 éminents spécialistes, seuls capables de rester 5 à 6 minutes à - 40 mètres et + en apnée pour taguer les requins, animaux très craintifs, en toute sécurité.

SUGGESTIONS:

Après renfort des équipes de surveillance à terre et en mer et fait sécuriser des ZONES DE BAIGNADE SUFFISAMMENT VASTE PAR UN VRAI FILET,... les services de l'Etat ne pourraient-ils pas accorder une dérogation spéciale au Comité Régional de plongée pour que, sous la responsabilité opérationnelle de Guy Gazzo, qui a parfaitement intégré le mode opératoire de Fred et William durant leur traque,... sur chacun des 2 sites préalablement protégés, interviendrait régulièrement:

- une première équipe composée de 4 apnéistes confirmés ayant suivi une formation particulière avec le matériel adéquat, à proximité et hors zones de baignade, dans les endroits fréquentés par les surfeurs dans des fonds allant jusqu'à 15/20 mètres maximum...

- une seconde équipe de plongeurs en bouteilles équipée d'un dispositif de recyclage d'air qui permettrait à la fois de ne pas faire fuir les squales avant leur marquage et surtout de descendre plus longtemps dans les zones de moins 30/40 mètres en toute sécurité ...

6.Posté par bruce le 07/12/2011 08:20
5.Posté par NEMO


d'accord a la proposition, s'il s'agit de marquer et non pas de flinguer

7.Posté par Ras le 07/12/2011 14:51
Le retour des vieilles gloires de tout poil sur le devant de la scène médiatique ou la satisfaction des egos ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales