Social

Les planteurs obtiennent "gain de cause", la campagne peut reprendre

Le conflit opposant les planteurs aux usiniers est désormais terminé. C'est en tous les cas ce qui ressort de la réunion de négociations dirigée par l'Etat en fin de matinée à Saint-Pierre. La reprise de la campagne sucrière est programmée ce mercredi matin.


Après plus de 4h30 de négociations, les planteurs et les usiniers ont finalement convenu d'un accord global. Comme cela avait été annoncé, les débats ont essentiellement porté sur la revendication relative à la présence des observateurs avant qu'un accord ne soit partiellement validé par la CGPER.

Désormais, les sondes d'échantillonnage seront équipées d'un système automatique doté d'un appareil photo à destination des échantillons, ce qui permettra de "conforter et de consolider le protocole du CTICS" (Commission technique interprofessionnelle de la canne et du sucre) en la matière selon Patrice Pounoussamy, vice-président de la CGPER.

La CGPER fait cavalier seul

Dès la mi-août, les deux plus grands centres de réception de la Réunion, Beaufond dans l'Est et les Casernes dans le Sud, seront équipés de ce nouveau matériel. D'ici la généralisation de ce processus dans les autres centres de l'île, les observateurs seront toujours d'actualité mais adopteront une mobilité sur les différentes étapes d'achat de la canne comme le préconisaient la CGPER puis la FDSEA.
Sur ce point, seul le syndicat dirigé par Jean-Yves Minatchy s'est dit satisfait par les décisions prises en milieu de journée après les avoir validé. Patrice Pounoussamy Pounoussamy évoquant même une victoire : "Je pense que l'on peut parler de satisfaction, même de victoire puisque c'est une très bonne note pour le travail qui a été fait par notre syndicat".

Pour le représentant de la FDSEA ce matin, Jean-François Sababady, le troisième point de revendications relatif à la "suppression" de l'observateur n'a toujours pas été respecté. C'est en tous cas la raison qui a poussé la FDSEA et les Jeunes agriculteurs à ne pas signer le protocole, où plutôt les engagements du protocole.

Premier point inscrit dans le document, la possibilité pour l'observateur du CTICS de réaliser ses mesures en toute indépendance et dans le respect du protocole. Il aura ainsi à appliquer les recommandations et instructions du CTICS et, en aucun cas, celles du livreur ou de l'usinier. Aucune "pression" ne sera d'ailleurs tolérée en provenance du livreur et de l'usinier selon les engagements signés. Quant aux échantillonnages, seul un tirage aléatoire de l'observateur sera de mise.

Victoire en demi-teinte ? Victoire d'un syndicat ? Victoire des planteurs ? En tout état de cause, les broyeurs des usines de Bois-Rouge et du Gol reprendront du service dès ce mercredi, à l'aube.
Mardi 27 Juillet 2010 - 14:45
Ludovic Robert
Lu 1316 fois




1.Posté par môvélang le 28/07/2010 07:35
Ont-ils vraiment obtenu gain de cause ou trouvé la meilleure porte de sortie possible?

Gain de cause veut dire qu'ils auraient pu continuer leur petits trafics comme avant, mais là, je suis sûr que ce sera plus difficile pour eux; il leur faudra du temps pour trouver une autre parade ( ceux qui trafiquaient, heureusement qu'ils ne le sont pas tous)

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales