Economie

Les petits commerces peuvent commander groupés grâce à la Koopérativ


Les petits commerces peuvent commander groupés grâce à la Koopérativ
La Chambre de commerce est fière d'annoncer le lancement de la Koopérativ. Cette centrale d'achat profitable aux commerçants officiant dans l'alimentaire était une promesse du candidat Ibrahim Patel, en 2010.

Dans quatre mois environ, le hangar de la Koopérativ, situé dans la zone industrielle du Port, devrait voir arriver ses premiers containers. Le projet, qui mûrit depuis deux ans, est donc sur le point d'être opérationnel.

"Le conseil d'administration est en place, la présidente a été élue, nous avons les 100 premiers actionnaires, et nous avons un local", résume le président de la CCIR, Ibrahim Patel.

L'objectif de toute centrale d'achat est simple : centraliser les commandes des commerçants pour que ceux-ci puissent obtenir des prix à la baisse grâce à un volume importé important.

La Koopérativ se démarque par le fait qu'elle ouvre son actionnariat aux entreprises du petit commerce alimentaire. Plus qu'une société anonyme à conseil d'administration, la Koopérativ offrira, comme son statut juridique de société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) le prévoit, de partager la gouvernance sur le modèle du : une personne = une voix.

"Au lieu, pour un commerçant, de commander une centaine de canettes de Coca, la Koopérativ pourra passer commande pour 10.000 canettes", prend-il comme exemple. Selon lui, "les petits commerçants ont trop souvent été dans des démarches individuelles", ou encore "exclus de la loi Lurel" ou des autres paniers 1er prix mis en place par le gouvernement ces dernières années, fait remarquer le président de la CCIR.

"Pas une coopérative de business"

"La finalité c'est d'arriver à faire baisser les prix parce que cette coopérative ce n'est pas une coopérative de business. Le bénéfice qui va sortir de cette coopérative va être répercuté sur la marchandise. On va faire baisser les prix et tout le monde sera gagnant", espère-t-il.

La coopérative a une autre intention, encore plus sociale : celle de pérenniser les activités de petit commerce des écarts. "Il fallait aussi à un moment donné penser à endiguer les fermetures des petites entreprises alimentaires, les boutiques dans les hauts", affiche-t-il.

La coopérative, qui compte actuellement 100 actionnaires, ouvrira au fur et à mesure la porte des adhésions jusqu'à un premier chiffre de 300 adhérents qu'espère atteindre, dans un second temps, Nathalie Carron, jeune commerçante dans le Sud et présidente de la coopérative. En connaissance de cause, elle confirme que l'approvisionnement est un véritable handicap pour les épiceries. La coopérative devrait "faciliter les négociations des prix des marchandises".

1.500 articles alimentaires sont pour l'heure référencés. Ils ont été ciblés après de nombreuses réunions à la CCIR et selon le souhait des actionnaires. Un panel de produits qui sera forcément amené à s'élargir dans quelques mois. La Réunion compte 5.000 commerces alimentaires de proximité

Les petits commerces peuvent commander groupés grâce à la Koopérativ


Vendredi 27 Juin 2014 - 15:14
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1137 fois




1.Posté par incrédule le 27/06/2014 16:32
Les petits commerçants sont incapables de s'entendre entre eux
Il y a 30 ans il y avait 4 chinois à chaque carrefour
Maintenant il n'en reste plus mais on a des supermarchés
Devinez pourquoi

2.Posté par martinebonbois le 27/06/2014 18:34
super l'idée d'importer groupé dans le domaine de l'alimentaire plutôt que d'encourager la production locale. Pour que les petits avancent les uns au détriment des autres c'est une belle conception de la solidarité.

3.Posté par zarboutan le 27/06/2014 21:21
Le propriétaire du local loué par la coopérative est également propriétaire du local loué par Patel pour son magasin à Saint-Paul, est ce un hasard?

4.Posté par Foutaise ! le 27/06/2014 22:17 (depuis mobile)
Tout est fait pour boucher les yeux de la population qui est HAUTEMENT manipulée ! Tout ça c'est du PIPO et ce sont tjs les mêmes qui tireront les ficelles !

5.Posté par Fouille-Merde le 27/06/2014 23:35
100 premiers actionnaires.........hummm mi aimerai bien savoir kisa y lé......mais bon si ibrahim Patel est le président, le carri la fini tourné depuis bien longtemps.........la suite c pou bouche le yeux!!!

Kréol OUT, comme dab!!!

6.Posté par Alexandre Lorion le 28/06/2014 00:27
Malgré les critiques, saluons l'initiative.

C sur rester sans rien proposer, c mieux pour certains.

A post 2 : on fai du nutella ici ? On fait bonbon lu ici ? On fai du siave ici ? Pour lancer une industrie faut du débit sur des produits de niche c dur ...

En 2050 on en reparle.

La, l'urgence, c'est contrer les monopoles dans les petites boutiks ...
Certains commerces achetes certains produits dans les jumbo pour revendre car c moins cher que chez le grossiste .
Normal ? Non.

La où on doit être vigilant c sur le coût de fonctionnement et sa répercution en terme de marge.
Cad pas de salaire ministériel, pas voiture de fonction etc...

Et surtout réserver ca, aux boutiks, aux détaillants .... pas les resto pas les pizza, pas les pro de la restauration... sinon les grossistes vont faire la gueule...

Un outil de ce style doit permettre aux adhérents d augmenter le CA , concretement réduire les prix ventes, et surtout reduire le temps de stockage produit donc ameliorer la marge nette.

M. Patel doit être vigilant à ce niveau, attribué une licence a ces boutiks et faire naitre un comité de surveillance car il est vrai que certains margeront plus ... et ça va créer des distorsions entre les adhérents.

On achete a 5 on revend tous a 8.

Dans 1 an, on en reparle... bon courage car etre a 2 et etre a 100, seul un guide peut tempérer tout ça lol...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales