Courrier des lecteurs

Les parents d’élèves & l’Union autonome des Parents d’élèves (UNAAPE), entendus par Monsieur le recteur de l’académie, Vellayoudom MARIMOUTOU


Les parents d’élèves & l’Union autonome des Parents d’élèves (UNAAPE), entendus par Monsieur le recteur de l’académie, Vellayoudom MARIMOUTOU
Nous avons interpellé Monsieur le Recteur de l’Académie sur des dysfonctionnements suite aux sollicitations, courriers et dépôts de plainte des parents d’élèves de classes différentes de 2 collèges de Saint Joseph, comme le préconise la Ministre de l’Éducation Nationale dans pareils cas.

Pour rappel, les propos et les comportements de ces enseignants envers des élèves ont été relatés dans les courriers des parents et dans les plaintes déposées auprès des autorités compétentes accompagnés de certificat médical. L’administration a réagi suite aux missives et à celle de l’UNAAPE. Le Directeur des ressources humaines, lors d’un échange nous a rassuré, d’une part  que ces saisines sont en voie d’être réglées et d’autre part que l’Administration s’attache à rencontrer ces 2 personnels dans les plus brefs délais.

Dans le premier cas, l’enseignant sera remplacé et fera l’objet d’une convocation. Une sanction disciplinaire pourrait être envisagée. Un parent d’élève a porté plainte. Une deuxième plainte n’est pas à exclure. L’UNAAPE prend acte de la décision prise par l’autorité académique.

Dans le deuxième cas, l’enseignant sera convoqué par le DRH  afin de s’expliquer sur cet état de fait. Il est à signaler que les parents de l’élève ont porté plainte contre l’enseignant car, dans un premier temps il a été demandé aux parents de ne plus envoyer leur enfant aux cours de cet enseignant et qu’il serait pas compté absent. Pour l’UNAAPE, ce n’est pas la panacée de réponse. Un élève a droit à l’éducation et non à une exclusion sauf en cas de manquement au règlement intérieur de l’établissement.

L’UNAAPE reste cependant vigilant quant aux suites réservées à ces deux dossiers et encouragent les parents d’élèves quand leurs enfants sont victimes, de ne pas hésiter à porter plainte contre ceux qui portent atteinte aux personnes et ternissent l’Ecole. Aussi, toute autorité constituée, tout officié public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au Procureur de la République et de transmettre tous les renseignements qui y sont relatifs conformément à l’article 40 du Code de procédure Pénal.

Francine RAYMOND, Sociologue,  dans son livre Comment ça va l’école,  nous fait part de cette analyse :  « à l'extérieur des murs, il faut panser les plaies de nos enfants trop souvent cabossés par l'école sans bien comprendre d'où vient le mal. Là où on aimerait entendre les mots d'épanouissement, de valorisation et d'empathie, on parle de sélection, de stress, d'humiliation ou d'ennui ». 

Pour L’UNAAPE
Le Chargé de communication
Jean Odel OUMANA
Mercredi 30 Novembre 2016 - 16:31
Lu 675 fois




1.Posté par Vellayoudom ??? le 01/12/2016 14:09
C'est Charles, son prénom.
Pourquoi le rejet de son prénom français ?
C'est comme son frère Jean-Claude, le professeur d'université qui a choisi également un prénom indien...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:13 Les Filaos

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales