Social

Les organisations de jeunes dénoncent les suppressions de postes dans l'éducation nationale

Trois organisations de jeunes se sont réunies à Saint Pierre pour dénoncer les suppressions de postes dans l'éducation nationale. Selon eux, "en cette période de soldes, le gouvernement brade l’éducation à La Réunion".


Les organisations de jeunes dénoncent les suppressions de postes dans l'éducation nationale
L'UNL Réunion, l’UNEF Réunion et l’AJFER, 3 organisations de jeunes, ont organisé une conférence de presse, hier, à Saint-Pierre. Ils dénoncent notamment la diminution des postes aux concours de recrutements pour 2011, ainsi que celles des contrats aidés qui participent à la vie éducative. "Les chiffres sont bien plus graves et vont peser sur l'avenir des jeunes." Le rectorat a annoncé 162 suppressions de postes d'enseignants mais on ne sait toujours pas combien de postes seront supprimés pour les contrats aidés.

Alexis Chaussalet, le responsable fédéral de l'UNL (Union nationale des lycéens) ne mâche pas ses mots. "Les effectifs par classe augmentent considérablement, les conditions optimum d'enseignement ne sont plus réunies et la situation empire à mesure des réductions de postes". Selon lui, l'Éducation nationale n'offre plus les garanties de pouvoir s'intégrer, l'école ne permet plus "d'enrayer la reproduction sociale".

Le jeune responsable fédéral rappelle que "sur les 162 suppressions de postes, une seule concerne l'enseignement privé", ce qui pour lui est révélateur du manque d'intérêt des responsables politiques pour l'école publique .

Le lycéen évoque également la mise en place de la réforme des lycées, il pressent un "retentissant fiasco" si parallèlement les réductions de postes se poursuivent. Il appelle donc "tous les lycéens présents aux conseils d'administration de leurs lycées à voter contre la DHG" (Dotation Horaire Globale), c'est-à-dire l'enveloppe d'heures attribuée à un l'établissement pour assurer la totalité des enseignements.

Une démographie différente de celle de la métropole

Du coté des étudiants, le discours ne se veut pas moins alarmiste. Gilles Leperlier, le président de l'AJFER Réunion, évoque la grande différence de la démographie entre La Réunion et la métropole. "Il y a de moins en moins de postes au concours mais cela ne correspond pas à la démographie réunionnaise. En métropole, la croissance démographique est plus faible, pourtant il y avait 95 postes ouverts au concours du premier degré en 2010, il n'y en aura que 51 cette année, c'est tout-à-fait insuffisant" précise t-il. D'ailleurs d'après les chiffres communiqués par le rectorat, il y a 407 élèves de plus cette année dans l'académie, ce qui représente une croissance significative par rapport à l'année scolaire précédente.

Stéphane Maillot, le vice-président de l'UNEF Réunion, dénonce, quant à lui, les nouvelles modalités d'accès aux études universitaires : "Les vœux doivent être faits entre le 20 janvier et le 20 mars. La rentrée universitaire étant en août, il se passe plusieurs mois entre les vœux et la rentrée, ce qui ne laisse pas de place pour les changements d'orientation". L'étudiant en droit nous explique également que le site internet impose de préciser sa nationalité, ce qui de son point de vue est discriminatoire, tout comme la mise en place de tests qui ne sont pas appropriés et qui "peuvent fermer les portes d'une filière à un étudiant". Il prévient que "l'UNEF sera également particulièrement attentive aux réductions de postes des contrats aidés qui sont indispensables à l'organisation des études universitaires dans de bonnes conditions."

Derrière ces préoccupations, c'est la problématique du chômage à La Réunion qui inquiète les jeunes. Lycéens et étudiant prévoient de continuer à se mobiliser.
Jeudi 10 Février 2011 - 08:16
Lilian Cornu
Lu 1172 fois




1.Posté par lol le 10/02/2011 08:22
Encore les toutous de VERGES

2.Posté par noe974 le 10/02/2011 09:45
Et oui les suppressions de postes de profs concernent en premier lieu les jeunes , les élèves en particulier .

Les Jeunes doivent soutenir les Profs qui se révoltent contre ces suppressions .
Cela n'a rien à voir avec le salaire !!!
Il est malhonnète pour certains de parler des jours de grève comme moyen d'aller sur les plages pour les Profs .
Ce sont des gens qui oeuvrent de tout coeur pour la réussite des élèves .....
Parfois ils sont démunis face aux problèmes de société (chomage , familles désunies ...)
Ces problèmes rejaillissent sur les comportements des élèves ....

3.Posté par Doc Gynécol le 10/02/2011 09:46
3 générations d'assistés ont donné des décérébrés qui croient que tout leur est dû.
CCAS + postes dans le public = mort de la France dans peu de temps.
Heureusement le vote marine Le Pen en 2012 va dessouler plus d'un d'un abruti qui vit sous perfusion.

4.Posté par macadam cowboy le 10/02/2011 10:40
tous les enseignants du public ne suivent pas ce mouvement politisé et déconnecté de la réalité !
je félicite les professeurs non-grévistes pour leur courage et leur sens des responsabilités , ce qui ne doit pas être facile quand on sait de quoi sont capables les syndicats pour faire pression et intimider les non-grévistes...merci à vous et courage !.....beaucoup de parents d'élèves vous soutiennent !

5.Posté par Sarah le 10/02/2011 15:05
Doc Gynecol, l'école ça ne devait pas vraiment être votre truc ou alors vous n'avez pas dû aller à la bonne, celle où on apprend le respect des idées d'autrui.
Et généralement les décérébrés sont ceux qui se cachent derrière des pseudonymes tous plus ridicules les uns que les autres pour critiquer sans cesse ce/ceux qu'ils ne connaissent pas!
3 générations d'assistés? Mais au fond qu'est ce que vous en savez? Ces jeunes n'ont peut être pas la science infuse, on peut ne pas être d'accord politiquement sur toute la ligne. Mais force est de se rendre compte que ce qui est souligné est juste! Quand on sait que l'année prochaine plus de 60 000 enfants sont attendus sur les bancs de l'école (qui sera pour eux la bonne, espérons-le!), ce qui signifie toujours plus, des postes sont encore supprimés au concours d'entrée, sans mentionner le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux concernant les départs à la retraite!
Avec un tel constat et au vu de la démographie en constante progression dans notre département, comment les jeunes peuvent-ils envisager les choses autrement?
Il faut bien admettre qu'aujourd'hui la population de France et de Navarre subit incessamment les assauts d'une politique dangereuse, irréfléchie et aux conséquences lourdes depuis l'arrivée à l'Elysée de Nicolas Sarkozy. Et cela dépasse de loin, le seul domaine de l'éducation, il y a à côté aussi: la Santé (avec HPST), la Justice, les Services Sociaux...et au delà du service public, le privé aussi fait entendre son mécontentement face à cette politique sans précédent.
Pour rappel, la grève est un droit et qui veut manifeste! Et à l'heure actuelle, il n'est pas beaucoup de couches/classes/catégories de la population qui n'aient pas battu le pavé en criant toute la colère, et l'incompréhension ambiante. Si cela dérange, et bien tant pis!

...Et malgré tout aucune réaction, aucune réponse, voire même aucune tentative de résoudre ces tensions omniprésentes de la part de ce gouvernement, qu'honnêtement j'espère en fin de course.
Sans espérer, que "Nou va sort' dans la merde pou rent' dans la taye" comme on dirait, car il ne me semble pas que la France, et encore moins la Réunion ait besoin d'une extrémiste (décérébrée??) à ses rennes (ou alors nous pouvons de suite calmer les fausses joies de nos voisins de Mayotte qui ont tellement hâte d'être le tout nouveau département de France)!

6.Posté par Tek le 10/02/2011 15:26
J'étais persuadé que Noé était de droite, un pro sarko, pro UMP.

C'est bien de constater qu'il comprend que la politique gouvernementale UMP est une honte pour l'éducation française :)

7.Posté par Père Spicace le 10/02/2011 17:09
Doc Gynecol ressemble beaucoup à l'autre paranoïaque, l'autre bouffon qui aime déverser son fiel sur l'éducation nationale et sur tout d'ailleurs! On dirait son jumeau!. C'est curieux !........
En tout cas, une chose est sûre, c'est plutôt lui le décérébré.
Déversez! ça vous soulage? ne vous retenez pas surtout. Sachez que les insultes ne salissent que ceux qui les profèrent. Elles dénotent votre niveau. Tenez-vous le même discours devant vos enfants ? si vous en avez.

8.Posté par bertel le 10/02/2011 19:28
7.Posté par Père Spicace le 10/02/2011 17:09

Pas mieux !

Bertel de Vacoa

9.Posté par jemma le 11/02/2011 11:09
Le Rectorat ? La planque pour certains professeurs !
Au moment où les suppressions de postes frappent leurs collègues comme les personnels administratifs, il est bon de savoir que d'autres professeurs sont détournés de la mission d'enseignant ! En effet, le nombre de chargés de mission ne cessent d'augmenter ( 6 professeurs à la Division de la Formation ) pour s'occuper de tâches soi-disant réservées à la pédagogie ! Belle performance au niveau de la sémantique, il ne saurait y avoir de pédagogie véritable sans la présence d'élèves! Quelle belle planque pour ces professeurs, nouvelle formule, qui n'ont pas en face d'eux les réalités dures de l'enseignement : la confrontation quotidienne avec les élèves, les inspecteurs, la direction de l'établissement et surtout la préparation des cours ! Le plus étrange, c'est le mutisme des syndicats enseignants qui ne se plaignent que des suppressions et pas de ce genre de pratique dans un tel contexte de pénurie en postes ! Sont-ils complices ?

10.Posté par étudiantstdenis le 11/02/2011 12:14
@ madame cow boy :
Votre post est profondément pitoyable et grotesque ! Franchement, j'ai envie de vous dire : pauvre France! Avec des gens comme vous -des sarkozistes de la première heure-, où va la France Madame ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales