Culture

Les musiques traditionnelles mises à l'honneur au Moca

Sous le label Takamba, le PRMA (Pôle régional des musiques actuelles de La Réunion) organise du 18 au 20 juin au Moca, domaine de Montgaillard à Saint-Denis, des rencontres autour des musiques traditionnelles du Sud-Ouest de l'océan Indien. Le troisième tome des Petites histoires des musiques réunionnaises de l'écrivain Fabienne Jonca sera également mis à l'honneur à cette occasion.


Les musiques traditionnelles mises à l'honneur au Moca
Financées par l'Union Européenne, la Région et la DACOI (Direction régionale des affaires culturelles de l'Océan Indien), le PRMA (Pôle régional des musiques actuelles de la Réunion) organise du 18 au 20 juin prochain au Moca, au domaine de Montgaillard à Saint-Denis, les Rencontres autour des musiques traditionnelles du Sud-Ouest de l'Océan Indien. Un événement qui propose la rencontre entre les artistes et les experts musicaux de la zone Sud-Ouest de l'Océan Indien avec le grand public réunionnais. Des ateliers seront mis en place ainsi que des pauses musicales, des débats et des documentaires.

Le RPMA veut, à travers cette action, dresser un état des lieux de la situation des musiques traditionnelles de la zone face à la mondialisation. Cette espace de réflexion et de lieu d'échange entre musiciens, experts et le grand public sera le point de rencontre des musiques traditionnelles des Comores, de la France, de Madagascar, de Maurice, de Mayotte, de la Réunion, de Rodrigues, des Seychelles et de Zanzibar. Un travail de collecte de terrain permettra de savoir s'il y a des pratiques et des savoir-faire qui seraient menacés par les évolutions sociales, économiques et contemporaines.

Il s'agit de déterminer par ailleurs la cohabitation entre musiques actuelles et musiques traditionnelles, et déterminer si elles bénéficient des mêmes actions de valorisation. Les ateliers et débats sont ouverts au public sur inscription au PRMA ou sur runmuzik.fr. Les pauses musicales permettront de découvrir certaines pratiques culturelles qui seront évoquées pendant les échanges. 

L'événement a aussi pour ambition de réfléchir aux débouchés ainsi qu'à l'orientation culturelle et politique à donner à l'action patrimoniale sur les différentes îles, dans le but de converger les initiatives de chacun.

Le troisième opus des Petites histoires des musiques réunionnaises mis en valeur

A cette occasion le troisième opus des Petites histoires des musiques réunionnaises de Sandrine Barège et de l'écrivain Fabienne Jonca sera mis en valeur. L'oeuvre, publiée par les éditions du 4 Epices, est accompagnée d'un CD de 11 titres. Il est disponible dans les librairies de l'île. 32 artistes emblématiques des musiques de l'île sont mis à l'honneur à travers un portrait. La volonté de  Fabienne Jonca est d'offrir "aux jeunes comme aux moins jeunes une approche ludique et pédagogique d'une histoire singulière, le patrimoine vivant et actuel de notre île", assure l'écrivain avec un accent catalan. L'ouvrage "présente et développe les principaux éléments musicaux, historiques et artistiques des musiques de l'île à travers la vie et l'oeuvre de ces acteurs, interprètes, instrumentalistes, arrangeurs, poètes... qui y sont racontées au fil des pages". Les six chapitres parlent des femmes, du maloya, du séga, des ensembles instrumentaux, de la fusion et réservent quelques bonus. L'écrivain espère que cet outil sera aussi utilisé à des fins pédagogiques.

Enfin, une exposition sur le maloya mise en place en 2011 dans le cadre de l'année des Outre-mer et concernant les musiques traditionnelles sera aussi visible.
Mercredi 13 Juin 2012 - 17:03
Lu 1601 fois




1.Posté par Pierre le 13/06/2012 19:17
Les musiques traditionnelle de la Réunion ? vous en connaissez ? Il n'y a pas que le maloya et le séga
......Celles emmenées par les petits Blancs ? Ne faudrait-il pas les faire revivre pour que les Réunionnais retrouvent toute leur identité.......

2.Posté par jean peplu le 13/06/2012 23:51
musique traditionnelles de la réunion certes, mais où sont les réunionnais??? n'y a-t-il que des zorèy pour parler de nos musiques?
sommes nous trop bêtes pour les valoriser, les sauvegarder, les diffuser???
je pense plutôt que nous aimons trop être commandé par les gouyaves de france qui coné tout mieu ke tou le moun .
rendez nous notre culture, laisser les réunionnais parler eux même de leurs musiques! il y en a quand même un ou deux qui en soit capable non??????????

3.Posté par Citoyen du tampon le 14/06/2012 08:46
Tout à fait d'accord avec Jean peplu ! nous sommes capables, nous n'avons pas besoin des goyaves de france pour parler à notre place, "le tan lontan la fini, rann anou not kozé, not patrimoine muzikal tradisyonel". Faites la pluie et le beau temps chez vous.
Vous n'êtes plus crédible chez vous, vous vous appropriez les îles et composez entre vous. Sa nou vé pi. Les réunionnais font des études pour la galerie, vous voulez de la figuration ?
En toute honnêteté, vous devriez vous effacer et transférer les compétences et non vous servir de nous pour vous propulser à des fins purement personnels.

Arèt gaspiy not péi !

4.Posté par Creol power sa !!!!!!!!!! le 14/06/2012 09:58
pos 2 et 3 mi les content lire a zot alon dit bana sa nout kiltir nout travail nout l'ile ici tout les fais pour que creol i reste dernier meme en dirait
a zot en attendan bana i profite bien nout gros soleil salaire post travail avec zot simagre
haaaaaaaa un moment areette un kou t
a force etre trop zentil na fini en soumi la fo nous debout point en l'air creoll power et nous reprend cette ta nous et nout zenes bana na pu riennnnnn aster la obliger change la terre pour gaigne un ti travail
alon reprend nout situation en main
CREOL POWER SA ANOU SA

5.Posté par Eric le 14/06/2012 11:31
Hé ! les grincheux qui font des commentaires de grincheux ! Qu'est-ce qui vous empêche d'en faire autant ??? Produisez, analysez, mettez en valeur ! Mettez-vous au boulot au lieu de vous plaindre. La porte est ouverte à tout le monde !!! A bon entendeur

6.Posté par Armand de la Trémouille. le 14/06/2012 14:51
Quelles musiques ? Séga et Maloya c'est d'un niveau tellement bas, heureusement que c'est tenu à bout de bras et à coup de subventions, il n'y a rien la dedans.Firmin Viry et Jimi Hendrix n'ont jamais joué dans la même cour !

7.Posté par jean peplu le 14/06/2012 15:19
a post 5 et 6 .
depuis quand le fait de dire la vérité sous-jacente est-il synonyme de grincheux?? Pour en faire autant il faudrait peut-être que les portes soient ouvertes pour les créoles qui veulent promouvoir leur île.
Pas assez intelligents? Pas assez instruits, pas assez Blancs ou gouyaves de france?

Je dirais juste que la culture réunionnaise est entre les main du LOBBY BOBO ZOREY

Ne confondons pas musique identitaire séga-maloya symbole d'une tradition séculaire et les géants de la pop rock mondiale.
Chacun sa place, chacun son histoire, son parcours, sa trajectoire.

Tous styles de musique mérite d'exister et d'être respecté. Respectez un temps soit peu les musiques créoles qui sont avant tout des musiques populaires

Moquez vous tant que vous voudrez des musiques de la réunion. Dites partout que c'est de la MERDE, allez-y franchement, MAIS quand vous serez un jour confronté à d'autres cultures ( américain, français de France, Anglais, espagnol, indien chinois, malgache, africain...) vous en serez rien d'autres que des PAUVRES REUNIONNAIS . alors un peu de lucidité et d'humilité siouplé!!! Soyez enfin fier d'être créole avec les plus et les moins que cela peu comporter.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales