Social

Les médecins territoriaux en grève ce vendredi devant le Conseil général

Les médecins territoriaux seront en grève ce vendredi 29 novembre. Une grève nationale relayée au niveau local. Ils réclament une revalorisation de leurs statuts et dénoncent la "politique délétère" du Département en matière de santé publique. Un rassemblement de médecins est prévu devant le Conseil général vendredi matin. Voici le communiqué.


Les médecins territoriaux en grève ce vendredi devant le Conseil général
"Le vendredi 29 novembre, l’ensemble des médecins territoriaux est appelé, au niveau national, à faire grève et manifester pour la revalorisation de leurs statuts, dont le déficit d’attractivité est responsable d’une diminution des effectifs mettant en péril l’exercice de leurs missions de services public dans le domaine de la prévention et de la santé publique.

A la Réunion, la situation est catastrophique, conséquence d’une politique délétère menée au sein du Conseil Général en matière de santé publique.

Il est incompréhensible que ce soit sous les mandatures successives de la première femme élue Présidente du Conseil Général dans notre Département qu’a été initiée la déstructuration des services de PMI (Protection Maternelle et Infantile), malgré les dispositions légales encadrant strictement la promotion de la santé maternelle et infantile (et de la famille plus généralement). Il reste une quinzaine de médecin de PMI (sur 30 en 2004), et plus d’un tiers des secteurs se retrouve sans médecin responsable. Les équipes (infirmiers, puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants, sage-femme, secrétaires) sont également décimées (20% de postes vacants).

La planification familiale (ex AROF) a quasiment disparu.

Il n’existe plus de médecins de prévention employés par le Conseil Général, l’Autorité Territoriale ayant forcé à un choix de convention avec le Centre De Gestion, malgré le surcoût financier.

Les services des Actions de santé en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées ont commencé à subir à leur tour une politique impensable de désorganisation et de réduction des effectifs médicaux. Le nombre des médecins est passé d’une vingtaine à 9 actuellement, avec un prévisionnel cynique de 6 médecins maximum pour l’exercice des missions de santé publique et de promotion de la santé en direction des personnes handicapées et des personnes âgées. Cette dernière population est pourtant en constante et importante augmentation, avec des projections alarmantes sur 2020 et 2040, compte-tenu du parallèle obligé de l’augmentation de la perte d’autonomie et ses conséquences.

Ces quelques médecins, qui constituent un corps bien trop insuffisant pour assumer leurs missions, sont majoritairement en situation de souffrance professionnelle. Leur nombre a diminué de moitié en une dizaine d’années, tandis que la population a nettement augmenté, et que certains indicateurs médico-sociaux ont été décrits comme préoccupants, y compris par l’Autorité Territoriale et ses représentants.

Les nombreuses alertes, lancées et réitérées par les médecins et l’ensemble des professionnels médico-sociaux depuis ces dix dernières années, ont été jusqu’à présent ignorées ou méprisées.

Dans ce contexte, l’appel à la mobilisation émanant de syndicats au niveau national, constitue une réelle opportunité de se faire entendre.

Les quelques 25 médecins ont donc rendez-vous devant le Conseil Général ce vendredi 29 novembre à 9 heures, avec l’espoir d’être reçus et entendus par l’Autorité Territoriale. L’objectif est la reconstruction du corps des médecins territoriaux du Conseil Général, pour l’exercice des missions de prévention et de santé publique à la Réunion, en plus des revendications de revalorisation statutaire - qui sont de la responsabilité du gouvernement - condition du renouvellement par des médecins plus jeunes du corps extrêmement vieillissant des médecins territoriaux.

Docteur Marie EMMA
Représentant du personnel au Conseil Général"
Jeudi 28 Novembre 2013 - 09:39
.
Lu 618 fois




1.Posté par Mwa la pa di le 29/11/2013 06:44
Bravo, il fallait le dire, ce constat de la destruction des actions de santé au profit de politique politicienne de la Présidente du CG avec la complicité de nos élus. La politique du CG en matière de santé et de prévention devrait être faite en fonction de la réalité des besoins locaux et non des stratégies politiciennes de nos élus, constamment à la recherche de voix des électeurs.

2.Posté par Hypolite le 23/12/2013 19:54
En effet nous constatons sur le terrain chaque jour le désengagement du Département dans la prévention et la sante de la population: sante des jeunes, PMI , contraception et risque liés à la sexualité chez les jeunes......
Tout cela devrait interpeller nos dirigeants : l'argent est rare et mal utilisé dans cette collectivité , en tous cas pas pour le bien être de la population
Cette "déviation" d'une délégation départementale importante n'est qu'un exemple parmi tant d'autres des insuffisances de notre Département et certainement d'autres collectivites en métropole.
Elle pourrait justifier d'une réforme des collectivités avec une assemblée unique et responsable , devant rendre des comptes à l'Etat sur des délégations si fondamentales que la sante
L'argent publique doit servir la population quelque soit la couleur politique d'une collectivité et non au grès des états d'âmes de quelques individualités sans conscience populaire ........

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales