ZinfosBlog

Les malheurs de Pravind

A vos parapluies ! Il pleut des emmerdes sur le pays comme vache qui pisse. On va finir par faire appel à un longaniste ou marabout. C'est de l'ordre du paranormal. Si Zinfo974 souhaite filmer ça. N'hésitez pas. Frisson garantie et sans trucage.


Pourtant né sous une bonne étoile, le petit Pravind avait tout pour réussir. Mais avec toutes ces histoires d'alignement de planètes. Quand ça veut pas. Ça veut pas. 
On a l'impression de visionner "video gag" et le best of des chutes spectaculaires. 
Si les sondages pouvaient parler, ce serait à coup sûr la dégringolade la plus violente de l'histoire politique du pays. 

Il a beau nettoyer le pays avec des gants, prendre un pinceau et jouer à Picasso dans "Vis ma Vie". Rien n'y fait. 

Le type a la poisse ou comme dit l'adage " il a le mauvais oeil ". Tout foire. A ce niveau de la compétition, ça relève de la science. On veut bien lui refiler des noix de coco, du limon et du piment sec pour une séance d'exorcisme ou une baignade de purification dans la mer. Mais pas sure que ça marche. Ce malchanceux serait capable de croiser un requin et de se porter à la croisée comme un effaré. 

Entre ses propres déboires judiciaires ou la dame fétichiste que papi à placer au Château de Réduit qui adore tant collectionner les médailles qu'elle pourrait figurer dans le Guiness book ek son bellâtre Alvaro milliardaire et philanthrope. Y'a des ondes de bêtises gravitationnelles qui tourbillonnent. 
Sans parler des Guignols du gouvernement. Un ministre magicien qui  transforme son prêt en or, un ministre mentor accessoirement son paternel de 90 piges qui a des visions et pense faire des miracles, un autre qui se croit la réincarnation d'un Prince d'Arabie, un ministre qui avait bille en tête de lacher des balles de couleurs par hélicoptère à l'occasion de Diwali, mieux la tantine qui a raflé le marché de concombres de mer sous couvert de conflits d'intérêts ou la matante Maya et ses histoires de biscuits. On se dit qu'ont tient un concept ou un casting pour la meilleure comédie de l'année.  

Continuons les singeries ! En voulant nettoyer le pays au karcher, le petit Pravind se retrouve avec un tas de crasse qui lui colle au doigts. 

En plein scandale des connexions parti politique/drogue, comment ne pas se remémorer de l'ère Sir Aneerood Jugnauth saison I, où des trafiquants notoires paradaient à la State House lors de Garden Parties ou celle des Amsterdam Boys avec leurs valises diplomatiques bourrées de billets ou choses illicites. Comment ne pas faire un parallèle avec celui interpellé par la police récemment avec la découverte de 135 kilos d’héroine valant Rs 2 milliards. Le " zanfan lakaz" du Sun Trust Geeanchand Dewdanee, ancien Senior Adviser étant un des invités à la Garden Party du 13 mars pour célébrer le jour de l'indépendance. Il figure également sur la liste des passagers qui accompagnent le petit Pravind en voyage officiel. Et lui dans une candeur de miss Mauritius continue ses balivernes. Il connait le bougre sans le connaitre. La mémoire d'un poisson rouge ! 

Face à ces voyous et trafiquants de drogue qui circulent en toute impunité. Le petit Pravind brandit la menace du rétablissement de la  "peine de mort". Toujours dans le show, il démontre son impuissance devant l’ampleur du problème de la drogue et de la mafia qui la contrôle. 

Tel un super zéro, il affirme qu'il est sans pitié envers les trafiquants de drogue : "mo pé suive tousala de près". Cerish on the macatia, son paternel avec l'élégance d'un vieux zaco, à ceux qui pensent que son parti le MSM favorise l'essor de la drogue dixit il leur " p****" dessus. La classe beuhomme ! Quelle charmante attention ! Quelle bienveillance ! 

Avec toutes ces saisies records depuis quelques mois, on comprend que le pays est sous perfusion. Que si traffic il y a, la demande est devenue une réalité. Le pays est malade, gangrené par des scandales qui n'en finit plus mais aussi par cette misère sociale qui s'est installée progressivement avec un trop grand écart avec son développement. 

Et qu'à force de brader le pays à l'Inde, la Chine ou les Emirats on aura besoin bientôt d'un visa pour y résider et on finira par se sentir chez nous comme chez eux et chez eux...ben ça ne marche pas. 

Source : http://www.zinfos974.com/lamauricienne/Les-malheur...
Lundi 27 Mars 2017 - 06:17
La Mauricienne
Lu 391 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter