Société

Les maires des villes francophones de l'Océan Indien se rencontrent à St-Denis


Les maires des villes francophones de l'Océan Indien se rencontrent à St-Denis
La Ville de Saint-Denis accueille pour la première fois la "Rencontre internationale des maires francophones de l'Océan Indien".

Pendant trois jours, jusqu'à mercredi soir, de nombreux maires de villes d'Afrique, de Maurice, des Comores ou encore de Mayotte participent à une série de conférences, organisées sous l'égide de l'Association internationale des maires francophones (Aimf).

Comment apporte-t-on des solutions aux problèmes que rencontre les populations ? Comment développer économiquement et harmonieusement les pays francophones de l'Océan Indien ? Comment réaliser cette complémentarité à partir des atouts de chacun avec comme dénominateur commun la culture et une histoire partagées ? Comment concilier les économies libérale, sociale et solidaire ? Tels sont les défis auxquels sont confrontés les maires des villes francophones de l'Océan indien.

"L'objectif est d'échanger nos expériences, nos réflexions sur les défis qui sont les nôtres", souligne Gilbert Annette, le maire de Saint-Denis. "Certains disent que le mandat de maire est le plus beau. Nous sommes quotidiennement au contact de la population, qui se tourne souvent vers le maire. Nous avons un rôle essentiel à jouer dans la démocratie à l'heure le monde est confronté à de nombreuses mutations et à une crise sans précédent", ajoute-t-il.

"Les moyens financiers sont accaparés par le pouvoir central"

Jean-Claude de Lestrac, le secrétaire général de la Commission Océan Indien, souligne que "l'idée d'un coopération décentralisée entre les collectivités de l'Océan Indien est parue pendant longtemps comme inopportune. Il fallu du temps pour changer les mentalités. Mais force est de constater que dans la plupart des régions, les moyens financiers sont accaparés par le pouvoir central", les collectivités ne disposant que peu de moyens pour répondre aux besoins des populations.

Ce lundi était consacré au thème de l'eau, où les différents édiles des villes ont pu échanger sur leurs savoir-faire et leurs projets. Un thème qui parle au maire de Rosso (Mauritanie), Yérim Fassa : "Dans ma ville, nous avons de l'eau mais la population a soif, car elle est impropre à la consommation", souligne-t-il. A Rosso, ainsi, une station de pompage permettant le traitement de l'eau a été construite pour soulager les besoins de la population.

Mardi, les invités de cette Rencontre internationale des maires francophones visiteront notamment la station de traitement des eaux usées du Grand Prado. Et la journée de mercredi sera consacrée au thème de l'Economie sociale et solidaire.
Lundi 14 Octobre 2013 - 18:45
Lu 735 fois




1.Posté par noe le 14/10/2013 19:01
Encore des dépenses inutiles !!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par pauvre Réunion le 14/10/2013 19:35
"Rencontre internationale des maires francophones de l'Océan Indien".

Un thème qui parle au maire de Rosso (Mauritanie), Yérim Fassa !!!

Faudra m'expliquer depuis quand la Mauritanie est baignée par l'Océan Indien ????

Les organisateurs de ce truc à dépenser les sous des contribuables, des Réunionnais, savent-ils où ils habitent ???

Allez vous étonner que les touristes ne viennent pas chez nous,... nos propres élu-e-s cumulards ne savent pas où se trouve l'île de La Réunion !!!

3.Posté par Au nom de la rose le 14/10/2013 20:25
Le Maire de Mauritanie est le représentant envoyé par l ‘AIMF et a fait une présentation sur l’eau particulièrement intéressante.
« Pauvre Réunion » a raison : restons à nous multiplier sur une île trop étroite. On bouffera des cailloux et on finira abrutis de connerie. « Pauvres de nous » l’humanité est peuplé de 80% d’abrutis qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez

4.Posté par timagnol le 14/10/2013 20:25
Encore un machin qui ne sert à rien car ce que nos "invités" découvriront sur le dos de la princesse et donc de nos impôts (x) sera totalement inapplicable dans leurs pays respectifs pour cause d'indigence de moyens, de structures ou encore de gouvernance (centralisme d'Etat, quand il existe !) Bon sang mais c'est bien sûr: j'oubliais que l'essentiel est que les buffets soient copieux (on n'y boit pas que l'eau, sécheresse oblige...) et les hôtels confortables !
(x) Il paraît que la cour des comptes vient de fustiger les collectivités locales, particulièrement celles d'outre-mer, jugées dispendieuses dans leurs frais de fonctionnement, payés devinez par qui ?. Encore une fois, nout cabri territorial y mange salade dann parc la cour des comptes !

5.Posté par kada le 14/10/2013 21:04
Comment apporte-t-on des solutions aux problèmes que rencontrent les populations ? simple ici on n'est en République Bananière on ignore la population,et au moment des municipales le maire met le nez dehors, et on recasse des trottoirs qui viennent d'être refaits, et quand il faut réparer leurs torts, il laisse les gens se battre en faisant bouger ciel et terre. Mais on y arrivera ! Sans compter sur le maire!

Gilbert Annette, le maire de Saint-Denis. "Certains disent que le mandat de maire est le plus beau. Nous sommes quotidiennement au contact de la population, qui se tourne souvent vers le maire. Nous avons un rôle essentiel à jouer dans la démocratie"" En tout cas, on ne vous a pas vu et vous n'avez rien fait, sans doute pour vos raisons... L'arbre cache la forêt!

la mairie de Saint Denis ne fait pas son travail ! laisse la population face a la justice !

6.Posté par aux abrutis le 15/10/2013 06:44 (depuis mobile)
un jour, les vivres nous seront coupées !! la cour des comptes commence à nous le faire comprendre et puis il suffit d''assister a quelques conférences de penseurs droitiers.... ça fera mal très mal. La vous ne râlerez plus, vous pleurerez.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales