Faits-divers

Les légumes détruits à 90%


Les légumes détruits à 90%
Pas de secret, avec les fortes pluies qui touchent la Réunion depuis jeudi, les maraichers sont durement touchés dans le Nord et l'Est. Conséquence, les prix devraient flamber dans les prochains jours !

Les agriculteurs et maraîchers de la Réunion ont d'abord souffert de la sécheresse, et depuis jeudi dernier, ils souffrent désormais de la pluie, tombée en abondance sur les régions Nord et Est de notre île.

Selon un élu de la chambre verte et maraicher de la Bretagne à Saint-Denis, "tout a été détruit à 90%" relate-t-il dans le Jir de ce matin. Les consommateurs vont ressentir ce changement dans les prochains jours : les salades, les brèdes, … ont énormément souffert en raison du temps.

Les maraichers ont pratiquement tout perdu et ils prendront du retard dans la replantation. Dès la fin de la semaine, les prix pourraient augmenter fortement sur les marchés et dans les centres commerciaux.

Une réunion et des visites de terrain doivent se tenir aujourd'hui pour faire un premier bilan des intempéries. Il faut savoir que les principales zones de production se situent dans le Nord et l'Est de la Région, des zones qui comptent près de 2.000 producteurs.
Lundi 31 Janvier 2011 - 07:39
Julien Delarue
Lu 1977 fois




1.Posté par Lois le 31/01/2011 08:55
Comment les tomates par exemples qui sont sous serres donc protégés, on aura une augmentation de prix.
Pareil pour les fruits et légumes venant de métropole, Australie ou sud Afrique.

Mystere!

2.Posté par Réaliste le 31/01/2011 09:29
Bon j'espère pour vous que vous avez fait des réserve de légumes car dans pas longtemps les agriculteurs vont encore se plaindre suite au mauvais temps (après l'épisode sécheresse, voici les inondations) et nous faire encore une augmentation !

Manger 5 fruits et légumes par jour hein ? Mon porte-monnaie risque pas d'apprécier durant cette période !

3.Posté par Jeff le 31/01/2011 09:42
C'est là où les subventions devraient intervenir. Que les maraichers soient subventionnés pour le manque à gagner me semblerait normal, leurs charges restent, cela éviterait que le consommateur soit une fois de plus la victime, car lui il ne peut pas se battre pour une subvention intempérie.

4.Posté par Conclusion le 31/01/2011 10:02
Le contraire eût été surprenant !

Je vais me faire agriculteur car ces gens jouent gagnants quelque soit le scénario météo ou parasitaire.

5.Posté par le congo chez tintin le 31/01/2011 10:29
Pauvres maraîchers et bazardiers....en quelques années la salade est passé d'un franc à un euro...mais c'est toujours eux qui "souffrent" !

6.Posté par datinic le 31/01/2011 11:50
ahhh oui ..

d'abord ils le plaignent de la sécheresse .. allez hop des subventions et les prix qui augmentent..
et maintenant ils pleurent de trop de pluie.. en fin à quel moment est ce qu'ils sont contents ?

7.Posté par noe le 31/01/2011 11:08
Heureusement qu'il y a des lègumes surgelés qui coûtent beaucoup moins chers et de bonne qualité .
Tout est nettoyé et rempli de fraîcheur !
Et aussi les conserves (tomate et autres)

Et puis , il y a aussi les légumes venant de la Métropole : une bonne salade toute prête en sachet et pas trop chère ...
Les légumes-pays ne sont pas tj frais (trop tripotés sur les étals)

8.Posté par le zoreille le 31/01/2011 11:15
Nous n'avions pas besoin de cet article pour savoir ce qui nous attendait!Je ne peux que rejoindre ce qu'ont dit mes prédécesseurs.,quoiqu'il fasse comme temps,les prix augmentent et c'est toujours nous qui payons.J'avais déjà vu çà en métropole avec les vignerons qui ont leur récoltes grêlée,qui sont indemnisés par les assurances et qui produisent quand même un peu et vendent cette récolte!Est ce que les gens qui sont obligés de faire de grands détours pour aller travailler à cause des intempéries sont dédommagés?

9.Posté par 5 par jour ? le 31/01/2011 11:44
m'en fous !...j'en ai mangé 50 par jour pendant trois jours au début des pluies....je peux tenir un mois !
lol

10.Posté par bouboul974 le 31/01/2011 12:16
@noé
si ou lé pas content vive la Réunion aller bat caré dans pays dehors dont.

11.Posté par Conserves le 31/01/2011 12:32
Ce phénomène apparait tous les ans pendant les périodes de pluies...alors pourquoi ne pas permettre la mise en conserves de tomates, litchis et autres fruits en surproduction, au lieu de les laisser pourrir? Les subventions sont elles réellement plus lucratives?

12.Posté par cole le 31/01/2011 12:51
zot t rode de lo zot la gagné pk crié maintenan fo,savoir ce ke zot y ve!! pfff

13.Posté par Seb le 31/01/2011 13:20
4.Posté par Conclusion

Fait toi agriculteur on va voir après !! Vous croyez que c facile !!! Tappe sur les agriculteurs toujours ... mais quand ils auront tous vendu leur terrain pr faire des maisons .. vous aller encore vous pleindre que y a pas de legumes lokal .. ke zot i yaime pas band produit métropole ??

Et noe ... "une bonne salade toute prête en sachet et pas trop chère" ... ppfff !! Pas trop cher ?? 3,5E ... consomme encore des produits de la metropole ... MEME UN SALADE ou lé obligé faire venir 11 000km .. ou lé couillon ou bien kwéé ?


Les légumes-pays sont trop tripotés sur les étals ???? mé out logique lé vraiment pas logique !!!
Band surgelé lé rempli de fraîcheur ??? Normal lé surgelé mounoir !! Ou fé expret ?? Un surgelé peux rester 2 ans en sachet avan finir dan out zassiette mé lé frais d'apres ou ??!!
pfffffff

14.Posté par donnant donnant le 31/01/2011 14:29
Subventions d'accord, mais uniquement si les prix sont bloqués.

15.Posté par odyssee974 le 31/01/2011 14:32
Les risques climatiques sont connus à la Réunion et font partie ''des risques"" dont tout agriculteur est au courant lors de son installation il me semble ?? chaque année les pluies, les cyclones ... c'est la meme rengaine ...
Pour les indemnisations, il faudrait alors penser au manque à gagner des travailleurs, bloqués dans les embouteillages (ce matin sur le littoral 7 kms), à ceux qui n'ont pu se déplacer, car occupés à nettoyer leurs cases, aux commercants pour le mauvais chiffre d'affaires etc etc !!!

16.Posté par Jeff le 31/01/2011 15:35
post14, c'est ce que voulais exprimer dans mon post 3. Autant je râle quand on subventionne la canne surtout que le refus de vrais contrôles des planteurs est suspect. Par contre l'agriculture vivrière (élevage, polyculture) doit être soutenu, c'est un métier plein d'aléas et les pertes d'exploitations sont difficiles à supporter et cela répond à un besoin pour l'ensemble de la population. On ne peut pas se plaindre les produits locaux sont de bons produits.

Je mettrais juste un bémol pour les élévages en batterie (poulets, oeufs) qui ici ne semble pas respecter les règles du jeu.

Post15, il ne faut pas tout mélanger, un blocage c'est momentané alors que perdre ce que l'on a planté, replanté ou semé et attendre la récolte pour rentrer de l'argent, ce n'est pas la même chose. temps.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales