Société

Les jeunes franco-comoriens mettent les points sur les "i"


"Bonjour. Je m'appelle Abdourazak Mdahoma, je suis le porte-parole du collectif des jeunes franco-comoriens de la Réunion. Je suis Français, de père en fils depuis 1887. Mais je suis aussi Comorien". Le ton est donné par le porte-parole qui entame ainsi une conférence de presse destinée à exposer les différentes actions mises en oeuvres à la suite des propos tenus par Claude Guéant.

Le ministre de l'Intérieur avait estimé que les violences dans la ville de Marseille étaient principalement le fait d'une population issue de l'immigration comorienne. En stigmatisant cette communauté, Claude Guéant s'attire une nouvelle fois les foudres d'une partie de la population qui juge ces propos intolérables. Il faut dire que le ministre, depuis son arrivée place Beauvau, n'en est pas à son coup d'essai... et son prédecesseur, Brice Hortefeux, était également un spécialiste des "bourdes".

"Il ne s'est pas excusé !"

Les différents mouvements qui se sont créés par la suite estiment que Claude Guéant regrette certes, mais ne s'est pas excusé. "Il a dit dans un courrier, et face à la presse, qu'il regrettait. Nous souhaitons qu'il s'excuse. Il est un homme avant tout, c'est vrai que l'homme commet des erreurs... Mais cet homme doit aller vers la personne offensée. On va la voir, on s'excuse et on est sincère. A partir de là, on réfléchit ensemble comment rebondir", explique Abdourazak Mdahoma.

Le collectif des jeunes franco-comoriens se mobilisera lors d'une une manifestation prévue ce samedi. "Manifester tout haut notre blessure et notre regret. La France est ce qu'elle est par cette diversité. La délinquance en France n'est pas un problème communautaire ou ethnique, issu de l'immigration mais un problème social qui appartient à la France, dans toute sa composante", poursuit le jeune homme, juriste de formation.

Une plainte sera également déposée la semaine prochaine contre Claude Guéant : "Et nous demanderons sa démission. Bien sûr cet acte judiciaire est mené à bout pour le symbole, de façon à marquer le coup. Mais dans le fond, il est grave de tenir de tels propos avec cette position politique. Nous souhaitons que ces dérapages cessent", ajoute le porte-parole du collectif local, soutenu par la mairie de Saint-Denis (représentée par Ericka Bareigts, la deuxième adjointe (PS)), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) et la Cimade (Comité inter mouvements auprès des évacués).
Jeudi 22 Septembre 2011 - 06:06
Lu 2125 fois




1.Posté par marc le 22/09/2011 08:53
avant de monter au créneau et de dénoncer les pseudo declarations xénophobes il faudrait à chaque fois que les communauté incriminées s'interrogent sur cette notion de citoyenneté qui au de là de nos origines respectives en fait un élément d'intégration au sein de la république . trois dimensions la structurent : le civisme , la civilité , la solidarité .
une fois qu'elle est respectée on peut alors légitimement ester en justice contre toute acte qui peut paraitre attentatoire aux droits d'un individu ou d'une communauté .. la tolérance n'a jamais été un exercie qui consiste à imposer aux autres ses valeurs , ses us et coutumes c'est quelque chose qui fonctionne dans les deux sens ..souvent à vouloir cultiver la singularité à travers notre quotidien , on devient singulier avec tous tes les conséquences que cela suppose ..
.

2.Posté par Gvar le 22/09/2011 11:21
En tant que porte-parole du collectif des jeunes franco-comoriens de la Réunion, je serais curieux de savoir ce que ce monsieur y connait à la situation à Marseille...

Si monsieur Guéant estime que "les violences dans la ville de Marseille sont principalement le fait d'une population issue de l'immigration comorienne", y a pas 150 questions à se poser : soit c'est complètement faux et il ment; soit c'est la vérité.
Alors qu'est-ce qui vous pose problème, qu'il mente ou qu'il disent une vérité qui vous dérange ?

Qu'est-ce que ça veut dire "stigmatiser une communauté" ? La désigner ? Mettre un nom sur cette communauté ?

Cela vous pose-t-il un problème que monsieur Guéant déroge à la règle française cad celle de la politique de l'autruche ? On ne nomme pas, on ne dit rien, on fait semblant que tout va bien dans le meilleur des mondes c'est ça ?

Alors avant de vous intéresser à la situation comorienne à Marseille jetez donc un œil à celle de la Réunion...

3.Posté par L'histoire se répète... le 22/09/2011 11:46
Peut être que monsieur Guéant a prononcé cette malheureuse phrase parce que, lui aussi, estime que c'est avant tout "son pays( monsieur)"... Et pour rester dans cette logique, tous ceux qui soutiennent les élus qui prônant le "c'est chez moi ici" accepteront avec autant d'empathie les propos de Guéant. A moins que pour eux, il y ait deux poids deux mesures c'est à dire on peut le dire à la réunion peuple qui a tant souffert du joug métropolitain, mais pas à marseille.
L'être humain est si complexe!

4.Posté par toukoutfé le 22/09/2011 12:25
soit on est français avec tous ses valeurs, soit on est comoriens avec tous ses valeurs et là, j'avoue que je ne comprend rien du tout.

Un citoyen français a des droits individuels, publics et politiques. Il a aussi, des devoirs, obligations légales ou morales envers le pays, envers l'état.

La République est indivisible, elle est laïque car elle sépare le politique et les religieux et traite des citoyens indépendamment de leur croyance.
La France est l'un des rares pays à poser la laïcité comme principe constitutionnel. La France a un hymne national et un drapeau. Voilà, c'est ça être français.

Et comorien doit doit avoir ses principes et ses valeurs, son drapeau et son hymne, voilà, mon incompréhension d'être français et comorien en même temps.

5.Posté par Patrick D le 22/09/2011 15:12
Si j'étais étranger, j'aurais été heureux que La France des Français m'accepte.

6.Posté par bob metro le 22/09/2011 15:33
100% d'accord avec Gvar.

De plus, une chose m'amuse beaucoup notamment en lisant le com de "l'histoire se répète".

Quand un marocain/algérien/ivoirien passe à la télé, et qu'il dit "France dehors, je suis chez moi dans mon pays", tout le monde applaudi cet élan de liberté et d'autodétermination, moi le premier.

Quand un français dit cela, qu'il soit ou pas un politique, il est invariablement classé dans les "nazi franchouillards et beaufs qui ne voient pas que le monde change et qui préfère la consanguinité à l'ouverture sur le monde".

Je ne suis pas raciste, je ne méprise aucune culture, et ne prétend pas que la mienne est supérieure à une autre, mais, que ça vous plaise ou non, JE SUIS CHEZ MOI EN FRANCE, et si une communauté y pose des problèmes, alors il faut réagir spécifiquement sur cette communauté, ce qui n'implique pas tout de suite qu'on parle d'extermination de stigmatisation et tout le tralala!!

simplement, et la chose est de plus en plus vraie, que tu sois comorien, rwandais, Russe ou marocain, tu es le bienvenu, mais si tu viens ici, tu deviens français, car si tu transporte ton mode de vie: alors ne vient pas te plaindre d'avoir des difficultés d'intégration, et ne te plain pas si un jour on te demande de rentrer chez toi.

A bon entendeur.

7.Posté par fiuman le 22/09/2011 21:39
Cela me rappelle l'histoire d'un mec qui voulait le beurre, l'argent du beurre et se taper la laitière et qui en fin de compte a pris un coup de fusil du laitier........................

8.Posté par nuisible.FR le 22/09/2011 22:45
Dans toute l'Afrique ... il eu a eu la colonisation et la décolonisation .Pour les Comores , Terre d'Islam ,
ce fut de 1886 ( grace au sultan Said Ali ben Said Omar ) à 1975 .Personne ne peut émettre douter sur les raisons qui ont poussé Mayotte ,seule et unique Terre d'Islam de France , a rester au sein de la France , Terre Chrétienne .Le choc des civilisations vient que les Arabes ( Blancs, Gris ou Noirs ) représentent la plus grande population d'immigrés en France .

9.Posté par miel de fiel le 23/09/2011 07:28
Bonjour belle Réunion.....
Les Comoriens de Marseille n'ont rien à voir avec vous et j'espère que vous avez la sagesse de bien gérer votre communauté.

Ici, il faudrait trier les religieux intégristes comoriens d'extrême gauche et anti-france virulents, je parle de Grandes Comores, des réfugiés économiques sans histoire pris entre deux feux si j'ose dire,

des mahorais, français à part entière, plus ou moins évolués ou mal adaptés à la vie française et pas mal paumés dans leur tête pour certains au niveau incivilité et qui veulent à tout prix vivre ici comme à Mayotte.... je vous laisse imaginer le calvaire des voisins dans les rares projets de mixité ethnique (depuis 12 ans j'essaye d'éduquer sans succès)..........

Pourquoi Guéant a soulevé le lièvre sans le tirer ? Des menaces terroristes latentes venues des G.Comores contre la France qui se préciseraient via l'Iran ?? Nettoyage des clandestins ou des résidents à noms multiples ???? Attendons la suite, que faire d'autre ?

Manifester sans savoir n'est qu'embrouiller un peu plus la pelote. Les français sont très patients mais il arrive un moment où......... les marre-seillais n'en peuvent plus de vivre dans ce merdier multiethnique et de ces diverses communautés africaines et maghrébines férocement antagonistes entre elles mais toutes d'accord pour "taper" sur le blanc "raciste".
Longue vie à votre île. Cordialement, une marre-seillaise.

10.Posté par nuisible.FR le 23/09/2011 22:11
Pourquoi Sarkon ne répond pas au(x ) Président ( s )de la République Islamique des Comores ,qui affirme (nt) que " Aux yeux du monde, Mayotte ne sera jamais un département français. Mayotte est comorienne et le restera à jamais" , et que la présence française est une " occupation ".

11.Posté par Sansblague le 24/09/2011 00:55
2/"Si monsieur Guéant estime que "les violences dans la ville de Marseille sont principalement le fait d'une population issue de l'immigration comorienne", y a pas 150 questions à se poser : soit c'est complètement faux et il ment; soit c'est la vérité.
------------------------------
Le Glaude GUEANT il a précisé "qu'il n'a fait que répéter ce que lui a dit un policier".
Toutefois, un ministre n'est pas un perroquet, il doit vérifier tout ce qu'on lui dit, c'est le principe de base de la police. Vérifier les sources et les faits. On ne rapporte pas ce que dit le vent.
De même, dans l'affaire Bourgie et l'autre " l'Alexandre" et le Tiakhedine (?), il les fréquente depuis des années mais il ne savait pas qu'ils transportaient des valises ou servait d'intermédiaires. Il les fréquentait seulement pour définir des éléments de langage.
Nous avons donc le premier flic de France qui ne vérifie rien...mais qui répète...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales