Economie

Les jeunes agriculteurs s'intéressent à la filière fruits et légumes


Les jeunes agriculteurs s'intéressent à la filière fruits et légumes
 
L'association des jeunes agriculteurs s'est une nouvelle fois réunie lundi afin de participer à une journée dont le thème était "la filière fruits et légumes". C'est la troisième fois cette année que l'association regroupe ses adhérents. Aux mois de mars et juillet, les jeunes agriculteurs s'étaient déjà rencontrés autour des thématiques de la canne et de l'élevage.

La matinée a débuté avec la visite du marché de gros de Saint-Pierre. Les agriculteurs ont ensuite découvert la coopérative Vivea de Pierrefonds et rencontré Joël Sores, le président de l’AROP-FL, l'association qui regroupe neuf coopérative de fruits et légumes à la Réunion. Ensemble, ils ont évoqué l’organisation de la filière et débattu des perspectives de production pour les jeunes agriculteurs qui souhaitent s’installer ou se diversifier.

"En pleine période de coupe de cannes, on a fait un break pour permette à nos jeunes adhérents et à nos futurs adhérents de découvrir cette filière. Aujourd'hui se côtoie deux types de commercialisation que nous avons découvert aujourd'hui : la visite de marché au gros de Saint-Pierre et la coopérative Vivéa. (...) Ça nous a permis de faire le tour et de constater qu'il y a des marges de manœuvres dans cette filière. Il faudrait faire plus et c'est une perspective d'avenir pour l'installation de nos jeunes agriculteurs et l'agriculture de façon générale à la Réunion", explique Alex Savriama, président des jeunes agriculteurs de la Réunion.

50.000 tonnes de produits importés dont 20.000 de produits frais

Les jeunes agriculteurs en sont convaincus, il existe des produits frais qu'il faut développer à la Réunion :
"Nous avons évoqué la possibilité que de jeunes agriculteurs s'installent pour développer cette filière des fruits et légumes. On perd du foncier agricole à la Réunion chaque année. Il faut continuer les filières classiques mais il faut aussi réussir à produire des fruits et légumes pour notre consommation locale. Je crois qu'une grande partie de la consommation réunionnaise doit être produite sur place. Il y a encore 50.000 tonnes de produits importés dont 20.000 tonnes de produits frais. On ne peux pas lutter sur la filières des produits transformés comme les produits en boîte, mais nous pouvons le faire pour les produits frais comme les oignons, carottes, pommes de terres où il y a encore des marges de manœuvre à la Réunion", conclut le président des jeunes agriculteurs.
Mercredi 2 Novembre 2011 - 15:21
Lilian Cornu
Lu 1058 fois




1.Posté par noe le 02/11/2011 15:22
C'est une bonne initiative ...
ça va faire baisser les prix ?
Surtout qu'il faut manger 5 fruits et 5 légumes par jour , paraît-il ....
Obliger les gens à manger aussi cher alors que les viandes ont meilleur goût que les brèdes ?
On se demande qui abien pu pondre une idiotie pareille ?

2.Posté par sgeg le 02/11/2011 16:05
récemment , j'ai voulu acheter des oignons dans une moyenne surface près de chez moi. il y avait 2 choix venus de chine , 1 de mada et 0 de la réunion...cette tendance suicidaire du tout import doit être inversée !

3.Posté par maroco le 02/11/2011 17:13
Vite, il faut que j'ouvre ma boutique de pesticide ... va y avoir du fric à se faire.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales