Economie

Les hôtels des départements d'Outremer à la "recherche d'un second souffle"


Les hôtels des départements d'Outremer à la "recherche d'un second souffle"
KPMG, premier groupe français d'audit et de conseil, s'est penché sur l'hôtellerie dans les départements d'Outremer. Dans cette note, le cabinet s'est intéressé aux "ratios des exploitations hôtelières" pour les Antilles et la Réunion. En tout, ce sont 4.183 chambres qui ont servi de panel, ce qui représente 55,5% du parc hôtelier classé de ces territoires.

Une étude sans ambiguïté et qui met en avant la "perte de lits touristiques" et le "vieillissement des produits". Pour le cabinet KPMG, l'hôtellerie des départements d'Outremer est à la "recherche d'un second souffle". "La capacité d’accueil des Outremer souffre des fermetures successives de nombreux complexes emblématiques du développement touristique de ces îles. Le temps des complexes hôteliers adossés à des enseignes internationales est révolu. Seules se maintiennent des marques franco-françaises localisées sur des sites de qualité", peut-on lire dans la note.

Des marchés qui subissent le "renforcement de la concurrence de destinations voisines" ou des événements comme les "conflits sociaux" aux Antilles ou la crise du chikungunya à la Réunion. "Ce sont plusieurs milliers de lits touristiques qui sont sortis du marché : entre 2001 et 2013, la Réunion a perdu 1380 lits hôteliers. Sur la même période, la Martinique a vu son parc fondre de plus de 2.000 chambres et la Guadeloupe de plus de 1.500 chambres", ajoute le cabinet KPMG.

La masse salariale trop importante

Si les performances commerciales sont "plutôt soutenues", le résultat d'exploitation reste "modéré". Dans l'étude, KPMG fait ressortir que les hôtels des départements d'Outremer ont un taux d'occupation et des prix moyens "proches" de ceux constatés sur le marché métropolitain. "En revanche, le résultat brut d'exploitation ne traduit pas ces bonnes performances commerciales", souligne le cabinet d'audit.

Dans sa note, le résultat brut d'exploitation ressort à un "niveau très inférieur" à celui constaté en métropole. A titre de comparaison, ce résultat est de 12,2% du chiffre d'affaires là où pour des hôtels de catégorie similaire en métropole il est de 30 à 32 % du chiffre d'affaires.

Plusieurs facteurs sont mis en avant pour expliquer cette disparité. Un élément majeur est pointé du doigt, la masse salariale trop importante accompagnée d'une "faible productivité du travail et ce malgré les aides dont disposent les exploitations", explique KPMG. "Malgré les aides dont les hôteliers des DOM sont bénéficiaires, la masse salariale continue de constituer un frein majeur à la rentabilité. Celle-ci pèse beaucoup dans l’exploitation et la rentabilité en comparaison des ratios constatés dans l’hôtellerie métropolitaine (et plus encore en comparaison de l’hôtellerie des destinations concurrentes)", peut-on lire.

Malgré une rentabilité des exploitations "minorée", les performances restent satisfaisantes pour l'hôtellerie dans les départements d'Outremer. "Les perspectives de rentabilité théorique du secteur pourraient freiner l’investissement et les projets. À l’inverse, ces marchés semblent être observés par de nombreux investisseurs qui travaillent à l’émergence de nouveaux concepts", conclut le cabinet KPMG.
Mardi 7 Octobre 2014 - 16:59
Lu 1933 fois




1.Posté par noe le 07/10/2014 18:33
Comment faire pour attirer de bons touristes qui dépensent beaucoup chez nous ? accueil ? prix ? prestations ?

2.Posté par ecolo bobo pasteque le 07/10/2014 19:04
Dimanche en randonnée j'ai rencontré des touristes qui visitaient la reunion a partir d'un package acheté sur "Visage". Pour ceux qui connaissent c'est une grosse agence de voyage specialisée trecking sans guide qui vend des sejours avec des petites fiches pour les randos et s'occupe de faire les reservations dans les gites.


La Réunion est actuellement sur la page d’accueil de leur site:

http://www.visages-trekking.com/

C'est pareil pour Allibert autre grosse boite de trecking qui vient de s'implanter à la Reunion:
http://www.allibert-trekking.com/geo_id/61/aide/1/119-randonnee-la-reunion.htm

Ceux qui connaissent savent que ces boites vendent de la vraie nature. c'est bon pour les hébergements locaux , les gites et la vraie création d'emplois ou le creole est son propre patron.

Hors avec les hotels 4 etoiles, les projets de telepheriques et autres connerie, il y a comme un décalage qui s'annonce entre l'offre et la demande.

3.Posté par KPMG Yes ! le 07/10/2014 19:13
Petite leçon de créole pour KPMG . Qualité s'écrit en créole Kalité mais quand c'est de la daube, on écrit KKalité .
C'est ainsi pour l'accueil et le service dans ce département .

4.Posté par kpon_mg le 07/10/2014 21:52
hop hop hop...voilà une étude réalisée depuis bien loin, derrière un bureau, des réalités du marché OUTREMER...

rappelons que les entreprises locales bénéficient de mesures d'exonérations de charges sociales et cotisations patronales...avant d'énoncer que le poids de la masse salariale est à l'origine de la faiblesse du Rex, il faudrait encore que l'on compare des périmètres identiques.

aussi si zot na besoin d'un coup de main pou' zot zétude la conjoncture..na un boug pa couyon que lé disponible pour redress' un peu zot létude...car là..Zot la fait un lerreur..

citation:
"mon IRTS bateau fou..ousa ban' zétud' i rale à nou".

5.Posté par KLD le 07/10/2014 22:50
il y a eu un premier souffle , j'ai loupé un épisode ? Mais heureusement "l’émergence de nouveaux concepts" sauve la mise , restons optimiste , très fort KPMG !

6.Posté par bovis le 08/10/2014 09:20
bonjour rassurez vs moi qd je viens a la reunion a 2 loc voit loc apart avion resto matin midi soir boites... 10000 e de budjet mon seul regret c'est de repartir a nice chao jaki de nice

7.Posté par Bla bla le 08/10/2014 10:28
C'est pour cela que des requins investisseurs de subventions publique, soutenu par des dispositifs Federer et region, disent

Il faut encore construire 1000 chambres a La Reunion. Pour qui ?
Pour les copains et obtenir 60% d'aide, même si ensuite les hotels sont vident.

STOP A LA DEFISC

Les hotels sont vident toute l'année et ensuite on veut en construire d'autres avec l'argent du contribuable ? Stop aux gaspillages de l'argent public


8.Posté par Un citoyen qui se pose des questions... le 08/10/2014 10:34
Bonjour, pourrait-on savoir qui a demandé cette étude ?
Surprenant que l'IRT ne dispose pas déjà de cette analyse avant l intervention de KPMG.
Et combien ca a coûté?
N y a t il pas un risque que ce travail ait donc été fait deux fois ?
Ou tout au moins qu il ait ete présente et facturé deux fois ?
Peut on avoir la liste des autres mandats de KPMG en lien avec les membres dirigeants de l institut commanditaire de l étude ?
Peut-on consulter l'ensemble de l'étude qquqepart ?

9.Posté par Gromale le 08/10/2014 13:18
@ 8 : très bonne question. Vous pouvez avoir la même chose en "gratuit" (nos impôts) réalisé par la cour des comptes, et la chambre régionale des comptes. Il y a avait aussi un très bel article dans le JIR de lundi. La crise a bon dos en effet.

10.Posté par Olive le 08/10/2014 14:02
"faible productivité du travail " :Autrement dit les Réunionnais sont des fainéants, des gratteurs d'fesses.!!!

11.Posté par jean-jacques le 08/10/2014 15:45
10

La productivité au sens large dans l'hôtellerie inclut la pratique d'une langue étrangère , l'Anglais en particulier , que nos voisins/concurrents Mauriciens et Seychelois pratiquent beaucoup mieux.
Après avec ce que coûte un salarié Français à la Réunion on peut en payer 5 ou 6 dans ces deux
destinations , cela leur procure un avantage de "productivité" contre lequel il est impossible de lutter.

12.Posté par Olive le 08/10/2014 17:06
11
Non, non, ils ne parlent pas de productivité intellectuel...et ils ne nous comparent pas avec des pays dont la m.o. est moins cherre... nous avons les aides pour palier à ce problème , nous sommes comparé à la métropole...

13.Posté par jean-jacques le 08/10/2014 18:38
12

Il existe des aides qui font que les employés coûtent 250 Euros par mois dans l'hôtellerie ?
Dites moi vite lesquelles que j'ouvre un hôtel !
Blague à part la productivité effective des travailleurs Réunionnais est moindre que celle de leurs homologues de métropole c'est vrai , les entreprises de BTP en tiennent compte dans leurs études.

14.Posté par Dimitri ALAIN le 09/10/2014 08:48
et oui noé comme disent les mauriciens on prend les touristes pour des gogos le systhème français est devenue obselète , archaïque et limite mafieux

15.Posté par Olive le 09/10/2014 10:51
13
Il est vrais que les entreprises locales du BTP n'atteignent pas les rendements métropolitains.
Mais, il est trop facile de mètre la faute sur les ouvriers, ouvriers qui sont souvent de simple manœuvres. Pour moi il s'agit plutôt d'un problème structurel, d'une mauvaise organisation d'un manque de formation , notamment au niveau des chefs de chantiers et des chefs d'équipes, les ouvriers qualifier et hautement qualifier n'existent pas sur les chantiers de la Réunion ou peu.
Effectivement l'abus de tarifs excessifs fait que les entrepreneurs locaux n'ont pas trop de soucis, pour preuve le nombre de chantiers ou l'on voie des engins à l'arrêt...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales