Social

Les grévistes du pôle logistique de la Cilam reçus par leur direction


Les grévistes du pôle logistique de la Cilam reçus par leur direction
La grève au sein de la Cilam n'est pas finie pour tout le monde. Si elle a été suspendue hier pour les employés du site de fabrication de Ligne Paradis Saint-Pierre, le pôle logistique-transport de l'Urcoopa-Cilam reste en grève.

En ce moment même, une cinquantaine de personnel gréviste de la Société de Transport des Mascareignes (Cotram-Sotram) tient une assemblée générale pour définir la stratégie à adopter pour la fin de semaine.

"Aujourd'hui, le sous-préfet nous a proposé une table ronde à la condition que notre barrage soit levé le jour de la réunion", indique Patrick Grondin, de la CGTR. Cette condition est à double tranchant pour les grévistes puisque la soixantaine de camions de livraison actuellement prisonnière du site de l'Etang Salé pourrait bien être déplacée vers d'autres entrepôts le temps de cette concertation. La société Sotram-Cotram possède quatre entrepôts dans l'île. D'autres appartiennent aux sociétés filiales du groupe Urcoopa et Cilam.

Les revendications, côté Sotram, ne varient guère de celles qui ont pu être émises la semaine dernière dans le conflit de leurs collègues de la Cilam. L'"augmentation de 100 euros des salaires" en est la première. Celle de "la reconnaissance d'un comité de groupe" permettrait, explique Patrick Grondin, de mettre sur le même degré d'information les différentes unités économique et sociale (UES) des nombreuses ramifications du géant Urcoopa-Cilam.

80% de grévistes

A ce jour par exemple, l'unité économique et sociale de la Sotram négocie de façon dissociée du conflit qui a pu se dérouler du côté de la zone industrielle de Ligne Paradis à Saint-Pierre. Hier, à la Direction du Travail, aucun dirigeant de la Sotram n'était par exemple à la table des négociations, selon les syndicalistes. Voilà 10 jours qu'ils campent devant le portail de leur société dans la zone industrielle des Sables à Etang Salé.

Les grévistes demandent "l'instauration d'un dialogue social". Aucune réunion n'a eu lieu pour l'heure avec le directeur. Toujours selon les chiffres de la CGTR, 56 chauffeurs sur les 80 que compte la Sotram débrayent, assure Laurent Elizeon, délégué du personnel (CGTR) et membre du CE. Ils sont rejoints par six autres personnes du service logistique et un agent de maîtrise, soit 80% du personnel.

A 17h15, nous apprenons qu'une entrevue avec le directeur de la Sotram doit se tenir cette fin d'après-midi. A suivre.

Les grévistes du pôle logistique de la Cilam reçus par leur direction
Mercredi 9 Juillet 2014 - 17:29
LG
Lu 900 fois




1.Posté par Laurent le 09/07/2014 21:07 (depuis mobile)
Suive même la cgtr lé gars, et commence fane CV pour la suite

2.Posté par Monikollande le 10/07/2014 09:09
les syndicalistes coulent le travail
partout en France, ils n'importent quoi et les moutons suivent...

virer moi ces grevistes, y a des chomeurs qui attendent pour prendre leur place
nous les chomeurs, ont cherches du taff (enfin pour ceux qui cherchent et pas ceux qui se contentent du rsa).... les travailleurs eux veulent plus d'argent, mais moins de taff... aller jouer carte

3.Posté par militan reyoné le 12/07/2014 01:43
slt. nou léen democratie et chacun a le droit di ce kil pense. mais anou creol fo nou pran le tan pou ekout et essay compran nout dalon ki batay pou gainy un boutdopin pou son marmay. Fo pa di solman sindikat i fout creol dan fon. I fo oci nir ouar a li dan bezman paske parfoi san connaite, na un moun out famy ke lé en trin ral le diab par la ke dan la grev. Et pou info zot la gainy zot komba... kreol le petete vilin mais na un pe lé pi kouyon...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales